ActualitésCulture

CONFINEMENT JOUR 35 Recommandation culturelle : triptyque à la saveur Beigbeder

Photo : Linda Mansouri

Puisqu’il faut rester chez soi en confinement, Objectif Gard a décidé de vous proposer tous les soirs à 17 heures, une recommandation culturelle ou divertissante, qui n’implique pas de sortir de votre salon.  Bienvenus aujourd'hui dans l'univers de Frédéric Beigbeder et de sa légendaire plume piquante. 

99 francs, formidable roman publié en 2004 et toujours au cœur de l'actualité. Octave, publicitaire de 33 ans, se rebelle contre l'univers superficiel de la publicité qui brasse des millions d'euros en vendant des produits inutiles à de pauvres ménagères. Une diatribe sur un système mercantiliste qui crée l'envie et décide à votre place ce qui est bon d'acheter ou pas. Ce roman est une critique profonde, ingénieusement entrecoupée de scénarios publicitaires. Le ton est extrêmement ironique et cynique. « Vous êtes les produits d'une époque. Non. Trop facile d'incriminer l'époque. Vous êtes des produits tout court. »  À (re)lire !

"La première année, au début, tout est beau, même vous. Vous n'en revenez pas d'être aussi amoureux." Dans le roman L'amour dure trois ans, Beigbeder dépeint une vision morose de l'amour. L'amour c'est un périple sans fin, un ascenseur émotionnel, un puits de questionnements. Alors à coup de franches rigolades et d'humour incisif, on en prend plein la figure. Des "je t'aime, moi non plus", de la philosophie en veux-tu, en voilà, du second degré à la pelle. Le langage est cru, plongez dans le quotidien de Marc Marronnier.

« Le seul moyen de savoir ce qui s'est passé dans le restaurant situé au 107e étage de la Tour nord du World Trade Center, le 11 septembre 2001, entre 8 h 30 et 10 h 29, c'est de l'inventer. » Dans le roman Windows on the world, le lecteur est pris d'angoisse, de profonds vertiges. Beigbeder nous propose un approche différente mais déstabilisante de cette tragédie mondiale, qui nous transporte au 110e étage de la tour nord. Nous en avions des images extérieures. Nous voila désormais à l'intérieur en tant qu'acteurs. Un registre qui tranche avec les œuvres de Beigbeder et nous prend aux tripes. Un must have.

Faisons durer le plaisir avec deux autres références toutes aussi succulentes. Une vie sans fin est un roman qui contrairement à ce qu'on pourrait penser n'est pas un livre de science-fiction mais bel et bien une ode à la vie. On vous recommande également L'homme qui pleure de rire, le nouveau roman satirique et hilarant qui dézingue notre industrie de divertissement. De quoi vous occuper un bon moment.

Linda Mansouri 

Etiquette

Linda Mansouri

Après un Master 2 en Communication, j'ai choisi d'intégrer un journal dans l’ère du temps et trait d'union entre les Gardois... Ma mission: inventer tous les jours de nouvelles façons de vous interpeller, de vous surprendre et de créer du lien avec vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité