A la uneActualités

FAIT DU JOUR Jean-Louis Hunault : « La France se prive de milliers de tests de dépistage Covid-19 ! »

Jean-Louis Hunault, président du SIMV (Syndicat de l'industrie du médicament et diagnostic vétérinaires.).

Le président du Syndicat de l'industrie du médicament et diagnostic vétérinaires, Jean-Louis Hunault, est agacé. Depuis un mois, il assure au Gouvernement que ses adhérents peuvent fabriquer plus d’un million de tests covid-19. Une proposition qui, pour l’heure, reste sans réponse. 

Le Gard n’est, certes, pas expert en médicament pour les animaux. Toutefois, notre territoire est la terre d’accueil de Jean-Louis Hunault, président du SIMV (Syndicat de l'industrie du médicament et diagnostic vétérinaires). Depuis mars, le chef d’entreprise est confiné dans sa résidence secondaire à Castillon-du-Gard. Chez lui, il est en contact permanent avec ses adhérents et observe avec une pointe d'amertume la gestion de la crise sanitaire par le Gouvernement.

L'expertise vétérinaire en matière de covid 

« Depuis un mois, nous avons mis à disposition de l’État notre capacité de production pour fabriquer des tests. Or, on nous ignore largement », regrette le syndicaliste. À trois semaines du déconfinement, le Gouvernement planche sur une stratégie pour remettre les Français au travail, tout en assurant leur sécurité sanitaire. Pour l’heure, aucun vaccin n’a été élaboré. Place donc à la prévention. En plus des gestes barrières et des masques, le Président Emmanuel Macron, a annoncé la mise en place de tests « massifs » pour le dépistage du covid-19.

L’État veut passer à 500 000 tests par semaine contre 25 000 actuellement. Ces analyses serviront à identifier les personnes contaminées afin de les « isoler », cassant ainsi les chaînes de transmission du virus. « L’industrie vétérinaire a une certaine expérience en la matière », martèle Jean-Louis Hunault. Et d'argumenter : « La moitié des tests de détection pour la grippe porcine africaine, qui sévit particulièrement en Chine, est fabriquée en Occitanie ! (...) Alors c'est dommage, la France se prive de milliers de tests de dépistage Covid-19 ! »

Tests : dans le nez ou dans le sang ?

La crise sanitaire que traverse la France a permis de mettre au grand jour deux types de tests. Le test dit virologique : « Un prélèvement opéré dans le nez via un coton-tige qui contient un réactif pour savoir si le virus est présent dans votre corps ou non. » Et un test dit sérologique, un prélèvement sanguin « pour rechercher si vous avez des anticorps, des traces de lutte contre la maladie. »

Selon Jean-Louis Hunault, « ces deux tests sont complémentaires, pouvant à la fois détecter les personnes infectées et dresser un tableau de celles qui auraient contracté le covid-19 afin de déterminer le degré d’immunité. » À disposition de l’État, trois des sociétés adhérentes au syndicat : Idvet et Idexx à Montpellier et Biosellal à Lyon proposent de livrer 300 000 tests nasopharyngés et un million de tests sérologiques par semaine.

Face à ses propositions, « l'État nous ignore ! », répète le syndicat, « on nous a dit qu’il fallait déposer nos tests auprès de l’institut Pasteur pour avoir l’agrément. C’est chose faite. Les deux entreprises montpelliéraines ont eu l’agrément et la troisième, la lyonnaise, est en passe de l’avoir. » Alors qu’est-ce qui bloque ? Les prix ? « Non », affirme Jean-Louis Hunault, « c’est la loi de Finances qui les fixe et une analyse avoisine les 50€. De plus, on ne vient pas pour faire de l’argent mais pour rendre service et aider à redémarrer notre pays. »

Le député Berta : « Nous avons des milliers de propositions »

Le député gardois Philippe Berta doit auditionner, ce vendredi, l'institut Pasteur. L’élu MoDem vient d’être nommé président de la mission de l’Assemblée nationale sur la recherche autour du covid-19. « Il faudrait que M. Hunault me passe son dossier », propose le parlementaire, expliquant que « nous avons des milliers de propositions de ce type à vérifier et valider. » Enseignant-chercheur, Philippe Berta connaît bien l’entreprise Idvet : « L’évaluation de ces tests n’est pas simple, il faut pouvoir s’assurer de leur précision. »

Le président du SIMV rappelle toutefois que la production de tests est une « course ». « Des pays comme l’Allemagne, l’Italie ou encore la Belgique nous achètent des tests. D’ailleurs en Italie, les laboratoires vétérinaires ont été réquisitionnés ! » Dans cette course, le Philippe Berta appelle à la prudence : « Des mairies ont acheté des tests chinois qui donnent des réponses correctes dans seulement 20% des cas ! » Un exemple rappelant qu’il ne faut pas confondre vitesse et précipitation. 

Coralie Mollaret

coralie.mollaret@objectifgard.com 

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

2 réactions sur “FAIT DU JOUR Jean-Louis Hunault : « La France se prive de milliers de tests de dépistage Covid-19 ! »”

  1. Dossier : Test de dépistage.
    Je suis très inquiet pour mon pays qui ressemble à un bloc impossible a bouger.
    Encore une fois j’ai honte de voir l’Allemagne qui nous donne l’exemple avec une efficacité incontestable.
    Quand allons nous sortir de cette torpeur permanente tout en criant que nous sommes le meilleur pays au monde.
    Nos échecs s’accumulent depuis de nombreuses année et nous regardons la situation avec béatitude.
    Enfin, j’ai l’impression que nous sommes dirigés depuis de nombreuses années par une caste qui ne tient pas compte de la réalité du terrain et affaiblie par le pouvoir financier qui la tétanise.
    Nous avons l’exemple aujourd’hui sur ces forces vives de la nation qui sont anesthésiée par cette caste pour les empêcher de contribuer au bien de notre pays.

    1. Alors d’une part il n’y a que vous qui entendez que nous sommes « le meilleur pays du monde » ce qui n’a d’ailleurs pas de sens.
      D’autre part l’Allemagne teste plus parce qu’ils ont des fabriquants de tests … et de machines ! Parce que une fois que vous avez le coton tige, la technique pcr nécessite minimum 3h de technique (extraction, détection, validation) et surtout de grosses machines très chères …. les labos qui avaient déjà ces machines (la pcr ne sert pas que pour le CoVid) ne sont pas légions, et si d’autres labos s’équipent, on ne forme pas à une telle technique en 48h.
      Donc 1. Arrêter de simplifier à l’extrême ce qu’on ne comprend pas
      2. Ne pas penser que tout le monde est stupide sauf soi-même.
      3. Conséquence directe des 2 points précédents : la fermer …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité