A la uneActualitésSociété

NÎMES Un 1er mai différent pour l’Union Locale CGT

(Photo Anthony Maurin).
Le cortège prêt à partir pour la Préfecture du Gard photo Corentin Corger)

On le sait, le 1er mai est synonyme de fête du travail et de jour férié… Mais c’est aussi le moment qu’ont choisi les syndicats pour manifester. Confinement oblige, cette année la fête sera virtuelle.

À l’Union local de la CGT de Nîmes, Lucrèce Tebani appliquera les directives nationales.  » On fera une manif confinée !  » Une manif confinée, sérieusement ?  » Oui, on propose aux gens d’envahir les réseaux sociaux de nos slogans et de nos idées. Il faut penser au jour d’après, marquer le coup plus que jamais et apporter un nouveau regard sur la suite du confinement.  »

Action nationale, ce 1er mai sera changeant. Alors le syndicat a des idées. Ni barbecue, ni merguez, ni convivialité…  » Mais cela ne vous empêche pas d’accrocher des banderoles à votre balcon, collez des choses aux murs, bref faites ce que vous pouvez ! Par exemple les camarades du CHU vont décorer le rond-point de l’hôpital  » poursuit la Cégétiste.

Tout nouveau, tout beau. Même sans défilé dans les rues, les Gardois risquent d’entendre quelques propos syndicalistes ce 1er mai. Des slogans scandés à la fenêtre, des chansons sifflotées.  » On va faire des photos de tout cela pour en faire des diaporamas ! Ce premier mai sera moins solidaire et festif que d’habitude car le moment est compliqué mais chacun fera en fonction de son environnement. Le but est de marquer les esprits ! Vous savez, il y a de plus en plus de droits qui sont néfastes aux travailleurs comme au CHU de Nîmes notamment où les conditions de travail sont dangereuses. Déjà que leur situation n’est as facile en temps normal…  » ajoute Lucrèce Tébani.

Vous l’avez compris, tout change mais pas les priorités de la CGT.  » On verra le jour d’après mais ce que nous voulons préserver en premier lieu c’est la santé des salariés. Nous comprenons que l’économie doit repartir mais la santé est primordiale. En plus, on ne lâche pas la réforme des retraites, nous n’en voulons pas mais nous continuons différemment. Ce 1er mai sera peut-être celui des jeunes car il se déroulera en grande partie sur les réseaux sociaux  » conclut Lucrèce Tébani qui a ténu à rappeler qu’au niveau de la sécurité, les employeurs gardois avaient bien joué le jeu. De même, elle a rappelé que les amortisseurs sociaux français avaient bien fonctionné.

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 38 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité