ActualitésSociété

DÉCONFINEMENT À Nîmes, la crèche de l’institut d’Alzon a rouvert ses portes

Ce matin, les enfants étaient heureux de retrouver leurs jouets (Photo Corentin Corger)

À Nîmes, si les écoles maternelles et primaires ne rouvrent que jeudi, les crèches ont rouvert ce lundi. À l’établissement géré par l’Institut Emmanuel d’Alzon, 26 enfants étaient accueillis, ce matin, avec des mesures bien particulières.

Conformément aux recommandations du Gouvernement, l’Institut Emmanuel d’Alzon a rouvert aujourd’hui ses trois crèches à Beaucaire, Garons et Nîmes. Dans la ville-préfecture, 26 enfants, au lieu des 90 habituels, étaient accueillis ce matin.

Dans le respect de groupe limité à dix enfants, ces derniers étaient donc répartis en trois sections : les plus jeunes (10 mois), les plus âgés (jusqu’à 3 ans) et ceux qui, en temps normal, sont en simultanée en maternelle et à la crèche. De petits effectifs qui rendent plus confortable le respect des mesures barrières pour les 13 membres du personnel présents sur le site.

Pour pouvoir rouvrir, la direction travaille depuis trois semaines sur un protocole de reprise conforté par celui reçu, jeudi dernier, de la part du ministère. "On est serein car la reprise a été correctement anticipée", félicite Sophie Guilbaut, directrice et coordinatrice des crèches de l'institut d'Alzon.

Yvan Lachaud est venu rencontrer le personnel de la crèche (Photo Corentin Corger)

Concrètement, les mesures ont été renforcées. Et ce dès l’arrivée des parents, avec un nouveau sens de circulation instauré et des accès divisés pour que les parents n’utilisent pas tous les mêmes escaliers. Ces derniers doivent impérativement laver leurs mains et être masqués pour pénétrer dans l’établissement.

Concernant les enfants, "les mains sont systématiquement lavées après chaque activité. Les chaussures sont enlevées et tout ce qui est objet extérieur n’est pas autorisé. Nous avons une caisse pour chaque jour. Ça nous permet de la désinfecter et de la laisser rangée une semaine", poursuit la directrice. Une situation qui demande davantage de vigilance car il est difficile pour des enfants en bas âge d’éviter d’être à proximité et de jouer ensemble.

Avant celle des écoles primaires, prévue ce mardi au sein de cet établissement privé, cette réouverture des crèches est logique pour Yvan Lachaud, directeur de l’Institut Emmanuel d’Alzon : "Ça me paraît normal pour que le système reparte, que l’économie redémarre et que les gens puissent aller travailler." Après les crèches lundi, demain ce sont les écoles primaires de Nîmes et de Beaucaire qui rouvrent avec respectivement 165 élèves (sur 500) et 140 attendus. Au total, sur les 5 600 élèves que compte d’Alzon, entre 30 et 40% des parents sondés sont prêts à remettre leur enfant à l’école.

Corentin Corger

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité