A la uneActualitésSociété

NÎMES-ALÈS Entre prime, déprime et médaille, le personnel hospitalier inquiet

Près de l'hôpital de Nîmes (Photo : Coralie Mollaret)

Même heure, même sujet, mais pas tout à fait au même endroit… Ce matin, le syndicat CGT a tenu une conférence de presse dans les centres hospitaliers de Nîmes et d’Alès. L’objectif étant de revenir sur la gestion de la crise sanitaire liée au Covid-19. Une épidémie qui a secoué le pays, mettant à l’épreuve les soignants qui manquaient cruellement de moyens (masques, blouses ou respirateurs).

Dans le Gard, cégétistes nîmois et alésiens sont unanimes : « Si nous avions été aussi touchés que le Grand Est, ça aurait été la catastrophe ! » Des propos alarmistes que les syndicalistes motivent, chiffres à l’appui. Au CHU (Centre hospitalier universitaire) de Nîmes, « 200 soignants ont attrapé le Covid-19 sur 6 000 agents », indique la secrétaire générale de la CGT, Nathalie Argensons (18 agents touchés à Alès sur 1 600 agents, Ndlr). « À Montpellier, sur les 11 000 agents, seuls 80 ont été testés positifs. Il y a bien un problème », poursuit-elle.

Christine Jumeaucourt, infirmière au centre gérontologique Serre-Cavalier, et Nathalie Argensons, secrétaire générale de la CGT au CHU de Nîmes(Photo : Coralie Mollaret)

Pour ces syndicalistes, pas de doute : « La gestion de crise n’a pas été bonne. Ce que nous subissons aujourd’hui aurait pu être évité. » Nathalie Argensons accuse « la direction de s'être cachée derrière la mise en place de protocoles. » Des protocoles « qui n’ont pas été adaptés à la réalité du terrain. » Elle en veut pour preuve la mise en place des services "haute densité virale", accueillant des patients atteints du Covid-19. « Ces derniers ont été installés au premier étage, un lieu de passage. Or, on sait très bien qu’ils doivent être installés au dernier. »

Serre-Cavalier dans le viseur

Confortée par l'infirmière de Serre-Cavalier, Christine Jumeaucourt, la CGT nîmoise revient sur la situation du centre de gérontologie, touché de plein fouet par l’épidémie : « Le retour d’une résidente toujours contagieuse, le 8 mai, a contaminé les autres résidents du bâtiment Le Figuier, soit au total 12 personnes », pointe Mme Jumeaucourt. Idem en avril, au centre gériatrique de l’hôpital « où le retour d’un patient contaminé a entraîné la fermeture de la tour D.»

Le virus aurait ainsi fait son œuvre auprès des patients mais aussi des soignants : « À Serre-Cavalier, neuf des 19 aide-soignantes ont été contaminées ainsi que trois des quatre ASH (Agents des services hospitaliers) et infirmiers. » Pour pallier le manque de personnel, « la direction a annoncé le renfort de 130 soignants. Toutefois, ils n’étaient pas là en même temps, ni à plein temps. Ils s’agissaient de renforts ponctuels... Du coup, le personnel a encore plus été sollicité que d'habitude. »

Isabelle Jaussent, membre du bureau, et Nicolas André, secrétaire CGT hôpital Alès. Photo Tony Duret / Objectif Gard
Isabelle Jaussent, membre du bureau, et Nicolas André, secrétaire CGT hôpital Alès. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Rendez-vous revendicatif  le 16 juin 

À Nîmes comme à Alès, la CGT entend poursuivre sa mobilisation. À Nîmes, un rendez-vous revendicatif - pour ne pas dire une manifestation - se tiendra le 16 juin, à 14h30, devant la Maison carrée. L’occasion de demander à nouveau « une étude de l’IGAS (Inspection générale interministérielle du secteur social) sur la gestion de crise » mais aussi d’évoquer d’autres revendications, comme la fameuse prime de 1 500 euros promise aux soignants par le Gouvernement.

« Une enveloppe vient d'être débloquée par l’ARS (Agence régionale de santé). À Nîmes, seul 40% des agents la toucheront. Nous avons milité pour que ceux qui lavaient le linge salle - et donc potentiellement contaminés - bénéficient de cette prime », poursuit  la secrétaire générale de la CGT au CHU de Nîmes. 

À Alès, Nicolas André, secrétaire CGT, et Isabelle Jaussent, membre du bureau, distribuent depuis plusieurs jours des médailles aux agents hospitaliers. "On souhaite qu'ils y inscrivent leur(s) revendication(s)", explique Nicolas André. Et le mardi 16 juin, à partir de 13h, tous les agents seront invités à les accrocher à une médaille géante qui sera envoyée au président de la République.

Mais ce qui inquiète le plus les deux syndicalistes alésiens, c'est l'après. "Le retour à l'anormale", comme le prononce délibérément Nicolas André. "On demande une reconnaissance de nos salaires et une augmentation d'au moins 300€ pour tous les agents. Par ailleurs, la prime de 1 500€ doit être versée à tout le monde car on a tous subi un stress ou une réorganisation personnelle. Enfin, on voudrait plus de moyens en effectif et en matériel", développe-t-il. Des revendications qu'ils jugent primordiales pour la suite. Et encore plus si une deuxième vague virale devait déferler. Si d'aventure elle advenait, Isabelle Jaussent ne se fait pas d'illusions : "Si c'est le cas, beaucoup d'agents ne feront plus l'effort car ils se sont déjà fait avoir une première fois..."

Tony Duret et Coralie Mollaret 

Publicité
Publicité
Publicité

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité