A la uneActualitésEconomie

GARD Quatre élus de la CCI contraints à la démission par le préfet de la Région Occitanie

La chambre de commerce et d'industrie à Nîmes (Photo Anthoy Maurin).

Comme le dit le proverbe, les absents ont toujours torts. Le préfet de la région Occitanie, selon nos informations, vient de décider de démettre de leur fonction quatre élus de la CCI Gard, qui ne pourront donc plus siéger dans les instances de la chambre consulaire en raison de leurs absences répétées.

Les élus alésiens Céline Balle, Frédéric Brunel, Francis Cabanat ainsi qu'Hélène Belmont, du Gard Rhodanien ne sont plus élus à la CCI Gard. Ils ont appris la nouvelle par un courrier officiel en date du 2 juin 2020 signé par le secrétaire général pour les affaires régionales du préfet d'Occitanie, l'autorité régionale de tutelle.

"Par lettre du 26 décembre 2019, en application des dispositions de l'article R 712-4 du code du commerce, je vous ai demandé vous conformer à vos obligations en participant aux assemblées générales de la Chambre de commerce et d'industrie du Gard dans les deux mois suivant cette notification, explique la préfecture d'Occitanie. Informé par le président de la chambre consulaire de votre absence à l'assemblée générale du 3 février 2020, j'ai constaté par lettre du 20 février 2020 que vous n'avez pas rempli l'obligation de participation à cette instance délibérante et j'ai engagé la procédure contradictoire.

Mais la remarque n'est pas sans effet : "Comme vous ne m'avez pas communiqué vos observations et explications sur ces absences, j'ai l'honneur de vous faire savoir que je vous démets d'office de vos fonctions en application des articles précités du code du commerce."

L'ancien président au nombre des écartés

Toujours selon nos informations, seul l'ancien président de la CCI Alès et candidat à la présidence de la CCI Gard, Francis Cabanat, a répondu au courrier du secrétaire général du préfet d'Occitanie. Mais ses justifications n'ont semble-t-il pas convaincu. Il a lui aussi été démis de ses fonctions.

Dans l'histoire, c'est forcément Éric Giraudier, le président actuel, qui se frotte les mains. Sans être pour rien dans cette décision administrative, il voit partir quatre élus qui lui étaient hostiles. Sans compter que ses opposants avaient tenté auprès de l'autorité régionale de tutelle de contester la présence d'autres élus, plutôt fidèles au Nîmois.

Sans succès selon l'un des courriers auquel notre rédaction a pu accéder. "Je souhaite en effet vous préciser que, suite à ma demande, le président de la CCI m'a apporté des éléments de réponse sur la situation professionnelle des élus que vous contestez qui attestent que ces chefs d'entreprise élus, du fait de l'exercice de leur activité professionnelle, remplissent les conditions d'éligibilité à l'article L 713-4 du code du commerce", indique le secrétaire général du préfet d'Occitanie.

Etiquette

Abdel Samari

Créateur d'ObjectifGard, je suis avant tout passionné par les médias et mon département. Ce qui me motive chaque jour : informer le plus grand nombre sur l'actualité du Gard ! Pari tenu ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité