A la uneActualitésPolitique

ALÈS Conseil municipal : un budget qui divise, une prime covid discutée et un peu « d’enfumage »…

Le vote du budget 2020 au conseil municipal d'Alès. Photo Tony Duret / Objectif Gard
Le vote du budget 2020 au conseil municipal d'Alès. Photo Tony Duret / Objectif Gard

À l’issue d’une séance de près de trois heures, marquée une nouvelle fois par des échanges animés entre le binôme Roustan-Rivenq et son opposition de Gauche, le budget a été voté dans le cadre d’une procédure accélérée liée au Covid-19.

« Diktat »

Dès la première délibération, et comme il en a pris l’habitude lors des deux précédents conseils municipaux, la tête de liste du Printemps Alésien, Paul Planque, donne le ton de la soirée en contestant les méthodes utilisées lors de l’élaboration du règlement intérieur du conseil municipal. « Il aurait dû être établi en collaboration avec vos opposants. Le choix que vous faites n’est pas des plus intelligents. Vous procédez par diktat ! », accuse le communiste avant de menacer d’aller au tribunal administratif et de demander à Max Roustan de « surseoir au règlement intérieur ». Réponse immédiate du maire d’Alès : « Nous allons le voter tel quel et nous irons au tribunal s’il le faut ». La séance a commencé depuis 5 minutes à peine… Ambiance !

Budget : une « bonne gestion »

Max Roustan et son premier adjoint, Christophe Rivenq, présentent tour à tour le débat d’orientation budgétaire 2020 et le budget primitif « qui ne tient pas compte de la crise covid » et qui est dévoilé « tel qu’il aurait dû être voté en avril 2020 », explique Rivenq en préambule. Après l’énumération d’une longue liste de chiffres d’investissement et de fonctionnement, ce dernier annonce fièrement que « la ville d’Alès fait partie des communes les moins endettées » et vante « la bonne gestion » de celle-ci. Il rappelle par exemple la dette par habitant de 950€ à Alès contre 1 076€ pour des communes de même strate et se félicite, en ces temps difficiles pour les associations, d’augmenter leurs subventions avec une hausse de 54 000€ par rapport à 2019.

Planque dénonce "l’enfumage"

La bonne humeur manifestée par Christophe Rivenq lors de la présentation du budget n’est manifestement pas communicative. « Il y a un écart entre votre discours autosatisfait et la réalité », casse aussitôt Paul Planque. En s’adressant à Rivenq - qu’il surnommera à plusieurs reprises « le premier adjoint par intérim » -, il regrette que la crise du coronavirus n’ait pas été prise en compte. « Pour une ville qui a un temps d’avance… », ironise-t-il en s’inspirant du slogan de la campagne de Max Roustan.

Planque s’attaque ensuite à Roustan et évoque son passé d’apiculteur : « Vous continuez dans l’enfumage ! En même temps c’est votre métier d’origine… » Il délivre enfin toute une série de pistes de réflexion comme la mise en œuvre de circuits courts, le déploiement de solutions écologiques, les déplacements doux… « On va passer un sacré mandat », réagit Christophe Rivenq qui poursuit : « Il n’a pas digéré sa défaite et il va constamment rejouer le match. Vos leçons de gestion financière, vous allez les garder pour vous ».

L’abattoir

Un autre sujet majeur qui a occupé une partie des débats, hier soir, concerne l’abattoir d’Alès. « 2020 sera l’année pour prendre de grandes décisions sur l’abattoir. Préparez les carnets de chèque car il va falloir nous aider. Nous sommes au pied du mur », prévient Christophe Rivenq. Max Roustan précise : « Il y aura une dernière réunion : soit elle marchera, soit on tirera le rideau ». « Bougez la table ! », lance Jean-Michel Suau qui, une fois n’est pas coutume, espère comme la majorité que l’abattoir et la cinquantaine d’emplois qui en dépend seront sauvés.

Le représentant du Rassemblement National, Francis Bassier, souhaite lui aussi que l’abattoir soit tiré d’affaire, mais reste vigilant : « Je suis surpris que vous passiez sous silence les conditions d’abattage des animaux. Il faut tout faire pour qu’ils soient abattus sans souffrance ». Max Roustan lui répond : « C’est l’abattage rituel qui fait qu’Alès a payé les pots cassés. Il est autorisé en France. Supprimons l’abattage rituel et il n’y aura plus de problème ».

Une prime covid pour les agents

Le conseil municipal a voté l’attribution d’une prime exceptionnelle aux agents qui ont été mobilisés au plus fort de la crise du covid-19. Elle varie de 100€ à 1 000€ en fonction du nombre de jours de présence sur le terrain. La suggestion du socialiste Arnaud Bord de verser également une indemnité au personnel qui a fait du télétravail n’est pas du tout passée : « Il faut bien que ceux qui ont pris des risques soient plus indemnisés », lui répond Max Roustan. « Mais ils n’ont pas demandé à rester chez eux ! », réplique Jean-Michel Suau.

Tony Duret

En bref :

  • 56 associations alésiennes ont vu le montant de leur subvention être maintenu.
  • Profitant de la délibération sur le marché de maîtrise d’œuvre relatif à la réhabilitation des halles de l’abbaye d’Alès, la conseillère municipale d’opposition, Béatrice Ladrange, a dénoncé « un projet très insuffisant concernant l’exigence environnementale».
  • En toute fin de séance, les conseillers municipaux ont appris par la voix de Christophe Rivenq qu’ils devront se retrouver « de bonne heure » le vendredi 10 juillet pour désigner les grands électeurs lors des prochaines élections sénatoriales.

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

2 réactions sur “ALÈS Conseil municipal : un budget qui divise, une prime covid discutée et un peu « d’enfumage »…”

  1. Roustan n’est plus qu’une triste marionnette de Rivenq, une potiche bien utile pour celui qui n’a pas eu le courage de mener la liste. Et pour cause vu son niveau de popularité. On se demande dans quel état Roustan finira le mandat.
    Pour le reste Rivenq est égal à lui même : suffisant et auto-satisfait alors que la ville s’enfonce dans la pauvreté , le coeur de ville se meurt .
    Triste bilan après en 25 ans de règne , un règne renouvelé seulement par 18,38% des inscrits. Une victoire par défaut d’électeurs et peut être de concurrence suffisamment pertinente et crédible.

  2. Tiens quelle surprise, la ville et l’agglo seront dirigées par un politicien planqué derrière son parrain. En plus qu’Ales est sur les 72 communes de l’Agglo celle où la liste gagnante a obtenu le moins de suffrages des inscrits ( à peine 18,38%). Drôle de démocratie où le plus mal élu va diriger tous les autres. A moins que…Après tout Ales ne représente plus que 25 à 30% de la population de l’Agglo. On n’est plus à une époque où Ales représentait les 2/3 de la population de l’Agglo limitée à une dizaine de communes. On verra bien si les « cocos » tergiversent et se débinent encore ou pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité