A la uneActualités

BAGNOLS/CÈZE Une fête nationale teintée de covid-19

Ce mardi matin, lors de la cérémonie de la fête nationale à Bagnols (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Du bleu-blanc-rouge, la Marseillaise, un cortège, une chorale, des porte-drapeaux : cette fête nationale du 14-juillet à Bagnols n’avait à première vue rien de différent de d’habitude.

Sauf que ce 14 juillet est le premier en temps de crise sanitaire du coronavirus covid-19. Alors à l’hommage traditionnel rendu le 14-juillet à ceux morts pour la France, un hommage aux victimes du virus et au personnel soignant a été ajouté à la cérémonie, conduite par Jean-Claude Mougenot, président des anciens combattants de Bagnols. Ainsi, et pour la première fois lors d’une cérémonie officielle, le directeur du Centre hospitalier de Bagnols Jean-Philippe Sajus a été invité à prendre le micro.

Le directeur en profitera pour rendre un hommage appuyé aux soignants au sens large, notamment à ceux qui ont été tués par le covid-19, « à l’armée de l’ombre aux côtés des soignants », comprendre les services techniques, la blanchisserie ou encore les agents d’entretien de l’hôpital, aux bénévoles et aux forces de l’ordre. « C’est l’occasion de réaffirmer notre attachement à la santé comme bien universel », estimera Jean-Philippe Sajus, avant de saluer « les nombreuses initiatives » nées durant le confinement, qui ont démontré « des valeurs d’humanité, de courage et d’abnégation. »

Des gerbes ont été déposées, celle de la mairie par le maire Jean-Yves Chapelet, son adjointe Jennifer Obid et le directeur du Centre hospitalier Jean-Philippe Sajus (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

« Nous savons tous ce que nous devons aux soignants, il faudra s’en rappeler », conclura le directeur du Centre hospitalier. Dans son discours, le maire de Bagnols Jean-Yves Chapelet s’associera à l’hommage au personnel soignant avant d’estimer qu’au cours de cette crise sanitaire, « les grandes valeurs de la République ont été ébranlées comme rarement. »

Le maire insistera ensuite sur la fraternité : « j’ai vu du courage, de l’abnégation, du sens du devoir, de la générosité et de la solidarité, les Français se sont retroussé les manches. » Se tournant ensuite vers l’avenir, Jean-Yves Chapelet citera Jean Cocteau (« l’avenir n’appartient à personne ») avant d’estimer que « ce sera à nous élus locaux de relever avec nos concitoyens le défi de ce siècle, sortir des sentiers battus, redonner un sens à l’action publique, encourager nos concitoyens à prendre toute leur place dans la vie démocratique du pays. »

Jean-Yves Chapelet terminera par une allusion à la Révolution, en affirmant que « en cas d’échec, le danger est grand. La vindicte populaire d’aujourd’hui ne doit en aucun cas être le comité de salut public d’hier. »

La fête nationale se poursuit ce mardi, avec dès 19h30 des déambulations de fanfares dans le centre-ville, et à 22h30 le tir du feu d’artifice au stade Saint-Exupéry.

Thierry ALLARD
thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité