A la uneActualitésCulture

J’AURAIS VOULU… Être photographe : zoom sur François Noël

Pour Objectif Gard, François Noël, directeur du Théâtre de Nîmes, a accepté de faire son autoportrait en photo. (Photo : François Noël)

Pendant l'été, chaque semaine, Objectif Gard vous propose la rubrique "J'aurais voulu". Une personnalité gardoise nous raconte ce qu'elle aurait aimé pratiquer comme autre métier. Ce mardi, c'est au tour du directeur du théâtre de Nîmes, François Noël, de se livrer.

François Noël aurait-il voulu être un comédien ? Non et peut-être aurions-nous trouvé cela un peu cliché si tel avait été le cas. Derrière les lunettes blanches du directeur du théâtre de Nîmes, se cache le regard d'un photographe. Sa passion pour la photographie s'est manifestée très tôt. Elle l'a guidé vers l'École nationale supérieure des Beaux-Arts à Paris. D'instinct, François Noël pointe son objectif sur les objets plus que sur les personnes, sur des situations particulières prises sur le vif plus que sur des scènes figées, "même si ça peut m'arriver parfois si j'ai une idée bien précise." Son plaisir, c'est d'inventer, il n'était pas question pour lui de devenir photographe-reporter. "C'est pour cela que j'ai rejoint les Beaux-Arts", commente-t-il.

Mais après avoir goûté au spectacle vivant, plongé au coeur du Festival d'Avignon, ses ambitions professionnelles ont changé, sans jamais s'éloigner du domaine artistique. En 1976, alors que François Noël est étudiant aux Beaux-Arts, il trouve par l'intermédiaire d'un ami, un boulot d'été chez France Culture, dans le cadre de ses programmes décentralisés à Avignon. "J'étais factotum. Je collais les affiches, je tenais les micros pendant les conférences, etc. Je l'ai refait l'année suivante. J'avais alors proposé au directeur de l'antenne de faire moi-même une petite émission sur le festival Off, une quotidienne de dix minutes."

De la photo au festival d'Avignon

L'étudiant en photographie se découvre alors un appétit féroce pour le spectacle vivant. Jusqu'à devenir un objectif de carrière. François Noël sera alors engagé en tant qu'ingénieur du son pour le Festival d'Avignon avant d'occuper la place de directeur technique de spectacles. "De la direction technique à la direction, il n'y avait qu'un pas que j'ai franchi allègrement."

Pour autant, l'actuel directeur du théâtre de Nîmes n'a jamais raccroché son objectif. "Je continue à faire des photos en amateur, ça reste une passion. D'ailleurs, il y a généralement dans les programmes de saison, une sélection d'une vingtaine de mes photos". Son reflex argentique a été remplacé par un numérique, mais le passionné ne se prive pas d'utiliser son téléphone portable. "Cela permet une spontanéité, une réactivité intéressante, ce qui n'est pas toujours évident avec les gros appareillages".

Ses derniers clichés capturés remontent au début de l'année, juste avant le confinement. En voyage à Berlin, François Noël a réalisé une série de photos lors d'une manifestation dénonçant la pédophilie dans l'Église catholique. "Les manifestants faisaient défiler des objets, des poupées par exemple. Ce sont des images assez puissantes." Reste à savoir si le photographe amateur exposera un jour ses images. "On me l'a proposé mais pour le moment, je n'ai pas le temps de m'en occuper. Mais j'aimerais bien."

Stéphanie Marin

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité