A la uneActualités

DANS LE RÉTRO En 1970, c’était les rues de Nîmes

Cet été, nous vous replongeons dans les archives photos de l'année 1970, il y a tout juste 50 ans.

Le rond point de l'Europe version 1970 (Fonds Collignon - Archives municipales de Nîmes)

Chaque samedi de l’été, à 11h30, Objectif Gard vous propose une plongée photographique 50 ans en arrière grâce aux précieuses archives d’Hervé Collignon (1927-1998). Ce photographe travaillait alors pour le compte du journal Le Méridional. Pour ce second épisode, voici les rues de Nîmes comme vous ne les avez peut-être jamais vues.

En cette année 1970, l'avenue Jean-Jaurès nous apparaît sous un aspect qui nous est familier. Le rond point de l'Europe portait, à cette époque les drapeau de la communauté européenne. ils sont désormais délocalisés plus au sud, au square du Colisée. On y devine aussi la station service, qui existe toujours.

À gauche l'avenue Maréchal-Juin et à droite la rue Arnavielle (fonds Collignon - Archives municipale de Nîmes)

Une photo prise du toit du lycée Camargue (aujourd'hui lycée Ernest-Hemingway). On y voit l'ancien octroi, déjà transformé en bar prisé des lycéens. Mais c'est surtout les sens de circulation qui interpellent. D'un coté l'avenue Maréchal-Juin pour prendre la direction de Lunel et de l'autre la rue Arnavielle menant à Sommières. Le tout à double sens.
Le monument aux morts dédié aux martyrs de la Résistance situé sur l'avenue Jean-Jaurès en 1970 (Fonds Collignon - Archives municipales de Nîmes)

Bien sûr le monument aux morts dédié aux martyrs de la Résistance et situé sur l'avenue Jean-Jaurès n'a pas changé. En revanche ses abords ne sont plus les mêmes. Aujourd'hui les petites maisons ont laissé place à des résidences et des grands bâtiments.

L'avenue Georges-Dayan (Fonds Collignon - Archives municipales de Nîmes)

À l'ouest de la ville, l'avenue Geoges-Dayan semble être plantée au milieu de nulle part. Un camion Citroën type H, dont le profil est resté dans la légende et trois nîmois marchant au bord de la route. Rien n'est vraiment encore aménagé mais il y a déjà les bâtiments de l’extrême sud du quartier de Pissevin.

Le boulevard Talabot en travaux en 1970 (Fonds Collignon - Archives municipales de Nîmes)

Des travaux dans les rues de Nîmes, c'est décidément une vieille habitude pour les Nîmois. Il y a 50 ans le boulevard Talabot était en chantier et les voitures passaient entre les camions. Dans l'axe, là où il y a une haie aujourd'hui, des places de parking sont aménagées, ainsi que l'éclairage à deux branches et des trottoirs pour les piétons. Des travaux identiques sont effectués sur le boulevard Sergent-Triaire.

Le boulevard Talabot en 1970 (fonds Collignon -Archives municipales de Nîmes)

Ce n'est pas une sinécure que de se déplacer en voiture à cette époque et encore moins à l'intersection du boulevard Talabot et de la route d'Avignon. Jusqu'en 1970, cet endroit était surnommé « le carrefour des autos perdues ». Des travaux sont entamés avec la mise en place de feux tricolores, de haricots directionnels et de passages piétions. On constate finalement que ce quartier a relativement peu changé en 50 ans.

Le début de la route d'Avignon (Fonds Collignon - Archives municipales de Nîmes)

Il y a un demi-siècle la place d'Assas était aussi en pleine gestation. Alors qu'elle est ouverte à la circulation des deux cotés, un homme semble constater stoïquement l'avancée ou le retard des travaux. Aujourd'hui la place ne ressemble plus du tout à cette photo vieille de 50 ans.

La place d'Assas en 1970 (fonds Collignon - Archives Municipales de Nîmes)

Les photos ont le charme du temps passé. Les plus anciens y retrouvent leurs souvenirs et les plus jeunes découvrent ce qu’ils n’ont pas connu. Ces clichés montrant les rues de Nîmes en 1970 apportent un éclairage sur les changements urbains de la ville, pour le meilleur et pour le pire.

Norman Jardin

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité