A la uneActualités

J’AURAIS VOULU… Le street-artiste Swed Oner, des lunettes aux portraits

Mathieu Taupenas, alias Swed Oner, dans son atelier de la rue Sigalon, à Uzès (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Pendant l'été, chaque mardi, Objectif Gard vous propose la rubrique « J'aurais voulu ». Une personnalité gardoise nous raconte ce qu'elle aurait aimé pratiquer comme autre métier. Cette semaine, place au street-artiste uzétien Swed Oner, Mathieu Taupenas pour les intimes.

« C’est une bonne question, je n’en sais rien ! » lance Swed Oner lorsqu’on lui demande ce qu’il aurait fait s’il ne vivait pas de son art aujourd’hui. Car pour l’Uzétien, l’autre carrière a été plus qu’une évocation. « J’ai été opticien pendant sept ans, peut-être que j’aurais continué dans cette voie », estime-t-il, après s’être creusé.

Car ce métier, « il m’a plu avant que j’aie envie de faire autre chose, d’avoir plus de liberté dans ce que je faisais », poursuit le street-artiste, qui choisit il y a six ans de se lancer en tant qu’artiste à temps complet. « Il y a eu une transition pendant deux ans, le temps de mettre en place tout ce qu’il fallait », rembobine-t-il, lui qui a toujours dessiné et peint.

Et pour son art, son premier métier lui sert encore : « le souci du détail me vient aussi de ce métier, un opticien doit être très minutieux et avoir un sens de l’observation, de la morphologie des visages, je m’en sers aujourd’hui. » On retrouve cet aspect dans les portraits de Swed Oner, dont le niveau de détail permet de retranscrire l’humanité des sujets.

Des portraits devenus la signature d’un street-artiste aujourd’hui reconnu. Outre son atelier uzétien, Swed Oner travaille partout en France. Ainsi, au début de l’été, il revenait de deux festivals à Calais puis Aurillac, et vit de son art.

Alors il le martèle, il n’a « aucun regret » d’avoir quitté son premier métier. Certes, mais s’il devait en faire un autre ? « Je n’arrêterai pas, je peindrai toute ma vie, c’est trop tard. » Encore raté. Puis, finalement, l’artiste ouvre une brèche : « Dans tous les cas, j’aurais été mon propre patron. »

Bien, mais peut mieux faire. « Peut-être une pizzeria, j’ai toujours aimé les pizzas, et c’est un métier où il y a de la créativité, ça m’aurait plu aussi », finit-il par imaginer. Et là, c’est nous qui imaginons à quoi ressemblerait une pizza street-art. L’intéressé nous aiguille sur un des ingrédients : « du fromage. » C’est un début.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Vous pouvez suivre l'actualité de Swed Oner sur sa page Facebook

Etiquette

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité