A la uneActualitésSociété

NÎMES Armurerie à l’ancienne et trouvailles modernes

(Photo Anthony Maurin).
Didier Mateo, le patron de l'Armurerie nîmois (Photo Anthony Maurin).

Le sujet est parfois tabou mais les armureries sont légales. On peut donc aller farfouiller de ce côté-ci, en été, pour débusquer un sujet un peu décalé. Bienvenue à l'armurerie Nîmoise.

Il se trouve qu'à Nîmes, les armureries ne sont pas légion mais qu'elles sont, et furent par le passé, assez nombreuses pour faire partie d'une véritable économie. Il faut dire que le Gard compte parmi les départements français où l'on chasse le plus, notamment le sanglier.

En lieu et place d'une vieille station essence (qui faisait aussi bistrot de quartier), au carrefour de Ventabren, derrière la Légion, l'Armurerie nîmoise a trouvé son public depuis 2017, année de son ouverture. Pour le patron, Didier Mateo, " Quand j'étais plus jeune, il y avait 2 000 chasseurs à Nîmes, aujourd'hui il en reste 300 mais nous avons toujours 2 000 tireurs dans l'agglo ! Le relais n'a pas été assuré par les anciens chasseur et des disciplines comme le ball-trap se sont largement développées. "

L'emplacement parfait (Photo Anthony Maurin).

Didier a travaillé, avant de se mettre à son compte, chez l'armurier Baumel ainsi qu'à l'Armurerie française mais il était dans l'armement depuis ses 16 ans. " J'ai le permis depuis 1988, je suis spécialisé dans la militaria, les armes de collections, les bourses aux armes... J'ai pas mal bourlinguer mais je suis bien Nîmois ! J'ai été bercé par l'autonomie du travail à son compte mais avant, j'étais plombier-chauffagiste " poursuit le patron qui a passé son certificat de qualification professionnelle à Beaucaire avant d'ouvrir son commerce.

Spécialisée dans la chasse, la collectif et le tir sportif, l'armurerie propose de nombreuses références et offres également un service en ligne. Qui a dit que les chasseurs étaient incultes ? Neuves ou d'occasion, les armes peuvent être gratuitement expertisées et le client est conseillé ou aiguillé. Ici le dépôt-vente est aussi de mise et on s'occupe de réparer les armes aussi bien anciennes que modernes.

Une partie du magasin (Photo Anthony Maurin).

" Les gens sont contents, j'ai de bons retours ! Je fais aussi pas mal de videos sur les réseaux sociaux même si je ne brille pas derrière un ordinateur, il faut vivre avec son temps ! J'ai 50 ans et je constate qu'avant, il y avait beaucoup plus d'armureries. Internet, mon site de vente en ligne et mon adhésion a Naturabuy m'ont permis, par exemple, de ne pas trop souffrir pendant le confinement. "

Fusils et carabines de chasse, équipements, carabines express ou mixtes, bagagerie, armes des deux dernières grandes guerres, armes blanches, pièces détachées de militaria, pistolets à plomb, ball-trap, archerie, arbalètes, pistolets à poudre... Et bien évidemment tout ce qui tourne autour de la munition, qu'elles soient à air comprimé ou à poudre.

Une autre partie (Photo Anthony Maurin).

" J'ai voulu que ma boutique soit à l'ancienne... Une échoppe qui remémore la dizaine d'artisans nîmois de l'époque. Nous sommes des commerçants de proximité, de quartier. Chez moi, on voit l'humain, peu importe le prix, c'est le service qui compte. Moi, ce que j'aimais quand je pénétrais dans une armurerie, c'était les odeurs d'huiles. J'ai aussi mis du bois, c'est chaleureux et simple " poursuit Didier Mateo.

Les armes blanches ont aussi leur place dans cette armurerie. Couteaux artisanaux, pliants, dagues de chasse, des couteaux de collection, de combat, fixes mais aussi des couteaux suisses ! Même des armes défensives sont accessibles. Bombes au poivre, menottes et matraques (pas que pour les coquins), fumigène, pistolet gomme-cogne, shocker, pistolet d'alarme, bombes lacrymogènes...

Les armes plus anciennes et la partie militaria (Photo Anthony Maurin).

Mais comment cette armurerie est-elle arrivée ici, dans ce lieu un peu atypique ? " C'est un coup de bol ! Je connaissais l'ancien propriétaire qui a décidé de me louer les locaux. J'ai toujours habité le quartier, nous en sommes à la cinquième génération... Ici, on peut se garer aisément, il y a la Légion pas loin et grâce à eux, j'ai très rapidement obtenu le permis de vendre des armes de catégorie B. Ce sont des clients réguliers qui se donnent le mot. "

Comme cette armurerie à l'ancienne est aussi bien ancrée dans son millénaire, vous aurez compris qu'elle propose des envois sécurisés. Le client peut donc parfaitement acheter sur Internet ses affaires et les recevoir sans avoir à se déplacer !

(Photo Anthony Maurin).

Le client peut aussi venir tranquillement car il y en a pour toutes les bourses. " C'est ce qui est beau. De riche avocat au débutant qui a un petit budget en passant par l'expert qui sait ce qu'il veut, on trouve de tout. Pour la chasse, on a des fusils qui coûtent entre 400 et 2000 euros. Rien qu'en fusils, j'ai une centaine de références mais si on ajoute les 40 armes de poings et les armes de guerre, on monte vite à 200. "

Un secteur " chasse et tir " avec des cibles et des choses pour les petits et gros gibiers ainsi qu'un côté " collection " avec des objets et des armes anciennes voire très anciennes sont les particularités de cet endroit. Mais une spécificité est plus locale encore... " J'ai vraiment tenu à jouer la carte de l'artisanat local à fond car mes cartouches sont faites à Montfrin (NDLR la cartoucherie du Gardon) par un artisan qui m'a beaucoup aidé à mes débuts " conclut Didier.

La carte de la Société Communale des Chasseurs de Nîmes... Il y a quelques décennies (Photo Anthony Maurin).

L'ouverture aux canards aura lieu le 21 août prochain, les tourterelles des bois à la fin du mois, une session plus générale pour le deuxième week-end de septembre et, enfin, l'ouverture pleine et entière aura lieu après les vendanges, en octobre. Et puis, même si vous n'êtes pas chasseur mais simplement curieux, n'hésitez pas à vous rendre sur place, en laissant traîner l'oreille, vous entendrez les fameuses histoires des chasseurs !

L'Armurerie nîmoise, 38 Boulevard Chabaud Latour, 30000 Nîmes. Ouverture du mardi au vendredi de 9h à 19h et le samedi de 9h à 12h (après-midi sur rdv). Tel : 04.66.23.77.74.

(Photo Anthony Maurin).

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 37 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité