A la uneActualités

CORONAVIRUS Le test par goutte de sang : quel est son intérêt ?

Le test sérologique se pratique en prélevant une goutte de sang au bout des doigts (Photo Corentin Corger)

Concernant le dépistage du coronavirus, deux tests existent : virologique, par voie nasale, et sérologique, via le sang. Ce dernier est proposé en pharmacie mais l'intérêt est surtout d'indiquer si le patient a des anticorps liés au virus et donc s'il a déjà contracté la covid-19. Une pharmacienne nous éclaire sur les deux méthodes. 

Depuis mi-juillet, les pharmacies proposent un test sérologique. Sans rendez-vous chacun peut se rendre dans un établissement et se faire prélever une goutte de sang au bout du doigt à l'instar des diabétiques pour savoir leur taux de sucre. La goutte de sang est ensuite déposée sur un support avec ajout d'un réactif et, comme pour un test de grossesse, après dix minutes d'attente un témoin indique le verdict.

Sauf que contrairement à ce qu'une partie de la population croit, ce dépistage ne permet pas de savoir si on a le coronavirus au moment présent mais si l'on a déjà contracté ou pas. Si le résultat est positif cela signifie que le patient a développé des anticorps et qu'en théorie il est immunisé contre ce virus. Ce point n'a pas encore été totalement affirmé par les scientifiques au sujet de la covid-19.

"C'est seulement un indicateur. Pour qu'il ait un intérêt il faut avoir eu la maladie au moins quinze jours avant le prélèvement et réaliser derrière une prise de sang pour confirmation", précise Sylvie, pharmacienne au Talabot, à Nîmes. Au retour par exemple d'un chômage partiel, certaines entreprises peuvent demander ce type d'information à leurs employés avant qu'ils ne reprennent le travail physiquement.

Sylvie et Agathe, pharmaciennes sur le boulevard Talabot à Nîmes (Photo Corentin Corger)

Dans cette officine, c'est en moyenne un patient par jour qui subit un test sérologique. Depuis la mise en place de ce dispositif dans une pièce ventilée, sur la trentaine de dépistage réalisée tous ont été négatifs. C'est évidemment faible comme chiffre mais plutôt logique puisque ce qui intéressant dans la majorité des cas c'est de connaître sa situation à l'instant T.

"C'est pour cela que j'en refuse tous les jours. Certains veulent se faire tester parce qu'ils pensent avoir été en contact avec quelqu'un de positif. Dans ce cas, c'est un test PCR qu'il faut faire", poursuit la pharmacienne qui ressent le besoin d'informer davantage la population. Le test virologique s'effectue avec le fameux écouvillon, peu agréable, qui va permettre de réaliser un prélèvement par voie nasale car c'est dans cette zone que pénètre le virus dans notre corps avant de descendre dans l'organisme. Ce procédé de la goutte de sang, fabriqué en France, est proposé au tarif de 17,90€ à la pharmacie Talabot de Nîmes.

Le prix du service est fixé par le pharmacien lui-même. Sylvie s'interroge de voir les files d'attente de plus en plus longue devant les laboratoires : "Je ne sais pas si c'est la meilleure solution de tester tout le monde à tour de bras. Ce n'est pas parce qu'il y a plus de cas que plus de personnes sont malades." Puisque certains sont asymptomatiques et insistent pour se faire tester. Et même si vous êtes positif au test sérologique, cela ne signifie pas que vous êtes sorti d'affaire mais qu'il faut continuer à se protéger.

Corentin Corger

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité