A la uneActualitésSociété

LA RÉCAP’ Incivilités, Sénatoriales et Tour de France : l’essentiel de l’actualité de la semaine

Du côté de la route de Comps à Beaucaire. (Photo : Objectif Gard)

Pour la rentrée, tous les samedis à 19 h, Objectif Gard vous propose un nouveau rendez-vous sous la forme d'un flash-back sur les événements, petits ou grands, qui ont ponctué la semaine. C'est parti pour la Récap' !

Poubelle la vie ! À Beaucaire - comme dans bien des communes gardoises d'ailleurs - se joue un bien mauvais feuilleton. On y est confronté à des problèmes d'incivilités et de salubrité publique comme a pu le constater notre consoeur et collègue Stéphanie Marin, auteure lundi matin d'un article sur le sujet. Containers pleins jusqu'à la gueule vomissant leur peu ragoûtant contenu, bouteilles en verre empilées dans des cartons ou jetées à même le sol, sacs poubelles éventrés laissant apparaître leur contenu pestilentiel, cadavres de matériel electro-ménager et autres débris transforment les sites de collecte et leurs abords en poubelle à ciel ouvert. J'en passe et des meilleurs... De toute évidence, pour certains le respect de l'environnement et le tri sélectif ne sont que des notions parfaitement absconses tout droit sorties de l'esprit tordu de quelques écolos farfelus et de bobos fanatiques. Et apparemment le "monde d'après" que tout le monde appelait récemment de ses vœux ressemble comme un jumeau au "monde d'avant". Pauvre planète !

Alexandre Pissas (à gauche) et Denis Bouad (au centre). Le bon temps d'avant, le temps des copains... (Photo : Département)

"J'y suis, j'y reste !" "Le Sénat a été inventé pour prouver qu'il existe une vie après la mort". S'il en est bien un qui ne partage cette saillie attribuée à l'ancien ministre d'État et... sénateur bitterois Edgar Faure (1908-1988), c'est bien Alexandre Pissas. Accroché comme une bernique à son rocher à son investiture aux Sénatoriales décrochée auprès d'une phalange de militants du Parti socialiste gardois, le conseiller départemental du canton de Bagnols-sur-Cèze, maire des Tresques, premier vice-président du conseil départemental et président du Service départemental d'incendie et de secours du Gard (une seconde, je reprends mon souffle !) voit d'un très mauvais oeil - et c'est rien de le dire - la candidature tardive au Palais du Luxembourg du président... socialiste du conseil départemental, Denis Bouad. Ce mardi dans nos colonnes, le cumulard morticole tresquois s'est défendu bec et ongles et a réaffirmé à notre collègue Coralie Mollaret sa légitimité et son intention d'aller jusqu'au bout de sa démarche élective et de sa quête aux juteux jetons de présence. Rome et Albe ont eu leur bataille entre les Horaces et les Curiaces. Le Gard aura la sienne : le Vorace contre le Coriace. On vous laisse devinez qui est qui mais avec un indice : il y en a un des deux qui est de Gauche. Reste à savoir lequel !

C'est le coureur kazak Alexey Lutsenko qui s'est imposé au sommet du mont Aigoual (Photo Anthony Maurin).

Un p'tit tour et puis s'en va ! Contrairement à l'année dernière où il avait squatté le Gard durant trois jours, cette année le tour de France n'aura fait qu'une météorique apparition sur notre territoire. Mais quelle apparition et quel territoire ! C'est en effet l'inédit col gardois de la Lusette qui a joué les juges de paix pour une échappée de huit coureurs qui naviguait en éclaireur trois minutes devant un peloton de favoris et de leaders pas vraiment enclins à prendre une initiative au risque de se faire contrer et de payer ensuite comptant et pas content l'addition. Et même si en l’occurrence on espérait assister à une belle bagarre entre prétendants à la victoire finale, et qu'on a un peu été déçu de voir la montagne gardoise accoucher d'une souris, les spectateurs, assez nombreux, n'ont pas boudé leur plaisir en dépit des contraintes sanitaires dues au covid-19. Homme fort de l'escouade de fuyards, le Kazak Alexey Lutsenko plaçait une attaque sans tourner casaque et s'engageait dans un effort solitaire couronnée de succès sur le toit du Gard. Tout juste arrivé et reparti illico pour cause de transfert jusqu'à Millau - ville départ du lendemain -, le grand barnum polychrome du tour de France n'aura fait qu'une petite étape dans le Gard.

Philippe GAVILLET de PENEY

 

Philippe Gavillet de Peney

Après avoir traîné ma plume et ma carcasse un peu partout dans les rédactions des quotidiens régionaux de l'Hexagone, j'ai posé mes valises à Objectif Gard en mars 2016. Couteau suisse de la rédaction, j'interviens dans plusieurs rubriques avec une inclination plus marquée pour le sport, les portraits et les sujets de société... Au sein du journal, j'assure par ailleurs le Secrétariat de rédaction.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité