ActualitésSociété

GARD Les AOC s’impliquent pour l’avenir des vins produits en appellation

Photo d'illustration (Photo Archives Anthony Maurin).

La Fédération Sud des AOC a sollicité et obtenu une limitation volontaire des rendements pour les appellations sous-régionales et pour les AOC communales pour la récolte 2020.

Dans un contexte économique complexe, lié aux effets de la crise de la Covid-19 et de l’instabilité de plusieurs marchés export (taxes Trump, Brexit...) mais aussi à l’évolution des comportements de consommation, cette limitation des rendements vise à " produire ce qu’on est capable de vendre ", avoue Jean-Philippe Mari, président du syndicat de l’AOC Côtes du Roussillon et de la Fédération Sud des AOC. L’objectif est clair " garder la maîtrise de notre offre, qui représente un potentiel de 1,5 million d’hectolitres, en veillant à l’équilibre des marchés sur le court, moyen et long terme afin d’assurer une juste rémunération des vignerons, d’autant que nous avons dans cette région des outils de pilotage très performants, comme notre système interprofessionnel de gestion prévisionnelle des sorties. "

Cette mesure d’ajustement s’inscrit dans une démarche de préservation de la viticulture en appellation d’origine contrôlée (AOC) au sein d’un vignoble mixte qui associe des vins en AOC (15 %) et des vins hors AOC (85 %). " Au-delà de l’enjeu commercial, il y a aussi des enjeux en termes de développement, d’économie du territoire et d’écologie ", explique Christophe Bousquet, président du syndicat de l’AOC La Clape et secrétaire général de la Fédération Sud des AOC.

Des vignes (Photo archives Coralie Mollaret)

Et de reprendre, " Les vignes en AOC sont situées sur les terroirs les plus qualitatifs, aux rendements agronomiques faibles et qui sont souvent des terroirs accidentés de l’arrière-pays. Protéger la production de vins en appellation d’origine contrôlée, c’est souvent préserver la seule activité agricole possible, parfois même la seule activité. Et c’est aussi, dans certains secteurs proches des villes ou des villages, un garde-fou pour empêcher la disparition des sols à vocation agricole, mais également limiter la fermeture des milieux et les risques d’incendies dans les zones plus reculées "

Un projet commun

Les syndicats des 20 appellations d’origine contrôlée du Languedoc et du Roussillon entendent aussi s’engager dans plusieurs dossiers d’ordre structurel, notamment pour améliorer la lisibilité de l’offre entre l’appellation régionale, les différentes appellations sous-régionales et les différentes appellations communales.

Ils souhaitent aussi une plus grande coopération entre les appellations du Languedoc et les appellations du Roussillon. " Nous avons besoin d’un projet commun ", souligne en effet Philippe Coste, président de l’AOC Minervois et vice-président de la Fédération Sud des AOC. " Aujourd’hui, les vignerons des deux vignobles ont envie de travailler ensemble pour se donner les moyens, en les additionnant, de franchir un cap avec un projet ambitieux qui permettra de stimuler la demande pour l’ensemble des vins de nos appellations. "

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité