A la uneActualitésSociété

NÎMES Travailler dans la fibre optique, un métier d’avenir !

Stagiaires, formateurs et entrepreneurs ensemble pour le Gard et la fibre optique (Photo Anthony Maurin).

Une rencontre était organisé sur le plateau technique du lycée Jules-Raimu entre les 14 stagiaires de la formation de technicien/raccordeur fibre optique et les entreprises qui devraient les embaucher en sortie de stage.

Les stagiaires sont au boulot depuis un mois est cette première réunion, cette rencontre, devait servir à créer le lien le plus solide possible entre futurs embauchés et les entreprises qui jouent le jeu du recrutement. Pour transformer l'essai, le but du jeu est d'unir les compétences du Greta du Gard et de l'Afpa, deux organismes formateurs.

Aujourd'hui à mi-formation, tout a été décalé pour de logiques raisons sanitaires. La formation aurait dû avoir lieu en avril dernier mais a été repoussé. Les stagiaires lui sont malgré tout restés fidèles ! Ils ont bien compris que leur avenir, pérenne, était là, au bout de quelque 330 heures d'une formation divisée en plusieurs blocs de compétences.

Quelques outils nécessaires au métier (Photo Anthony Maurin).

Oui, cette formation correspond parfaitement aux besoins et aux attentes du moment. Il faut dire que le Gard est en pleine mutation technologique. À l'origine du projet de déploiement de la fibre sur le territoire, le Département met le paquet. Un moment important. D'ici 2022, 257 000 prises doivent être raccorder au sein de 305 communes. Pour y arriver, 200 personnes sont sur le terrain mais il en manque encore une grosse centaine !

Changer la vie

Pour Isabelle Simon, déléguée régionale Méditerranée pour Altice France-SFR " C'est un chantier important  et stratégique pour nous tous. C'est un très beau métier que vous faites car vous changez la vie des gens. Oui, la fibre change la vie ! Vous travaillez aujourd'hui mais ce sont aussi les générations futures qui en bénéficieront. C'est fait pour durer dans le temps, c'est de la technologie durable. "

Petite présentation de la formation (Photo Anthony Maurin).

Dans le Gard, deux sociétés sous-traitent ces travaux. Circet, qui a ses bureaux à Vendargues (34) et Milhaud, s'occupe de l'est et du sud du Gard. JSC, elle, basée à Alès, prend en charge le nord et l'ouest du département. La formation doit prendre fin le 26 novembre prochain et ces futures embauches arrivent à point nommé.

Des chiffres conséquents

En chiffres, le sujet est abyssal. En 25 ans, le Gard va investir 340 millions d'euros dans cette affaire de fibre dont 210 millions lors des quatre premières années. Actuellement, les équipes ont raccordé 45 000 prises sur 30 communes, il faut accélérer le processus. " Seuls " 3 000 km de câbles ont été déployé mais à la fin, on avoisinera les 12 000 !

Discussion autour d'un café et des mesures barrières (Photo Anthony Maurin).

Si vous voulez rester informé le site Wigardfibre est accessible. 3 500 personnes y jettent un oeil chaque mois pour connaître l'avancée de la fibre sur leur territoire. " Le monde des télécommunications ne s'arrête pas à la fibre ! La 5G arrive, après elle il y aura encore autre chose, ajoute un chef d'entreprise qui va recruter un stagiaire. Vous vous formez à un métier qui va évoluer. Vous allez prendre des responsabilités et monter en compétences. Les réseaux sont fait pour grandir, ils sont vivants. Vous êtes encore vert, il faut faire du chemin pour être mûr mais continuez, vous êtes sur la bonne voie "

" Vous êtes déjà sûr d'avoir un emploi et en plus de rester dans votre zone de confort !, conclut un autre chef d'entreprise. C'est incroyable en cette période. Votre emploi, en plus, a de l'avenir, c'est certain ! Vous avez eu la chance de travailler sur un plateau technique bien équipé, de travailler les gestes adéquats en toute sécurité. Maintenant vous allez finir la formation et intégrer des entreprises qui vont vous faire travailler peut-être d'autres choses... Vous n'allez pas vous ennuyer ! "

(Photo Anthony Maurin).

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité