Faits Divers

AU PALAIS Viols sur son épouse, il estime que sa « religion prime sur les lois de la République »

Le palais de justice de Nîmes. (Photo / Objectif Gard).

Justice. Un homme, âgé de 45 ans, est détenu depuis un an après sa mise en examen pour des viols sur son épouse et des violences habituelles.

C'est la femme du mis en cause qui a déposé plainte après avoir reçu des gifles, des coups. "Elle était frappée dans la nuit sans raison et ses enfants aussi. C'est pour cela qu'elle a déposé plainte contre son mari", analyse la juge de la cour d'appel de Nîmes qui résume les faits reprochés au mari détenu. "Cette dame a dénoncé les agissements de son mari car il ne voulait pas qu'elle sorte et il ne voulait pas que les enfants aillent à l'école", poursuit le magistrat en lisant la procédure.

"Il conteste les faits depuis le début, c'est une personnalité fragile, il a fait plusieurs séjours en psychiatrie", souligne le conseil de cet homme pour justifier la demande de remise en liberté. "Il y a un risque majeur de pression sur la victime s'il sort de prison comme il le demande. Dès lors qu'il voulait et que son épouse ne voulait pas, sa religion l'emportait et il se permettait des dérives, des infractions", souligne pudiquement l'avocat général, Alexandre Rossi.

Concernant les faits de viols, lors d'une confrontation avec sa femme dans le cabinet du juge d'instruction nîmois en charge des investigations monsieur a estimé "que sa religion prime sur les lois de la République" et donc qu'il ne peut pas y avoir de viol sur son épouse. Une perception qui n'a pas convaincu les magistrats de la cour d'appel de Nîmes qui ont refusé, jeudi, d'accorder un contrôle judiciaire au père de famille. Il reste donc détenu pour la suite de la procédure.

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

2 réactions sur “AU PALAIS Viols sur son épouse, il estime que sa « religion prime sur les lois de la République »”

  1. « Dès lors qu’il voulait et que son épouse ne voulait pas, sa religion l’emportait et il se permettait des dérives, des infractions », souligne pudiquement l’avocat général, Alexandre Rossi. »
    SI ON OSAIT SANS PUDEUR LE CONVAINCRE QUE DANS CE PAYS, SEULE LA LOI DE LA REPUBLIQUE EST LA REGLE, PLUTOT QUE DE TERGIVERSER AUTOUR DU FAUX ARGUMENT PSYCHIATRIQUE, PEUT-ETRE ALORS PARVIENDRIONS NOUS A SORTIR DE CE SOUCI !

  2. Le fanatisme religieux n’est pas incompatible avec des troubles psychiatriques.. A ce sujet, omerta sur le nombre d’attaques au couteau en France depuis 3 ans par des individus dit « psychiatriquement instable ».. Pas de prison et pourtant des victimes !! Des familles endeuillées qui prennent double « peine » car les radicaux sont nourris, logés, blanchis dans des établissements psychiatriques…. Mais on vient nous expliquer que la différence entre Conflans et ce type d’attaques, au niveau de leurs « problèmes psychiatriques » elle se situe où ? Quand tu vois le marocain de 21 ans qui a égorgé 2 femmes et massacré le sacristain à Notre Dame de Nice, qui criaient et repetaient « Allah Wakbar » comme un possédé, lui sera jugé comme terroriste ! Les renseignements devraient faire le tour des établissements publics et privés car c’est devenu un nid à clandestins !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité