A la uneActualitésSociété

OCCITANIE Carole Delga : « Je veux que le Gouvernement réagisse rapidement ! »

(Photo capture d'écran Visioconférence).

La présidente a présenté les mesures d'urgence déployées, prolongées ou renforcées par la Région.

La présidente de la Région Occitanie, Carole Delga (Photo capture d'écran Visioconférence).

Les mesures proposées par la présidente de la Région Occitanie, Carole Delga, doivent assurer la continuité du service public et freiner l'impact économique et social de cette crise sanitaire. La santé pourrait en partie être décentralisée pour être plus réactive et en contact avec son territoire local. Une forme de régionalisation d'un objectif national. 

" Je veux que le Gouvernement réagisse rapidement ! Il doit réagir rapidement... ", entame Carole Delga. Le moment est grave pour l'économie française. On se soucie de la santé, évidemment, mais une économie saine et florissante reste un enjeu que les Français ont au coeur de leurs priorités. Afin de poursuivre sa mission de service public et de répondre aux besoins des citoyens les plus impactés par ce nouveau confinement, la Région organise la continuité de ses services, notamment dans les lycées et les transports régionaux. Parallèlement, elle déploie de nouvelles mesures d'urgence sur les volets sanitaire, social et économique.

Depuis mardi, l'Occitanie a dépassé le seuil symbolique des 1 000 morts de la covid-19. Mais ces données ne sont pas complètes si on omet de dire qu'en septembre 68 personnes sont mortes du virus quand, en octobre, la Région en décelait 349 ! " C'est dire la propagation. Nous ne sommes pas la Région la plus touchée mais c'est significatif. Le Gard est le premier département le plus touché d'Occitanie car il est en lien avec le foyer Auvergne-Rhône Alpes. À cette situation exceptionnelle s'ajoute le confinement et la menace terroriste ", précise la présidente de la Région Occitanie.

Récupérer une partie de la compétence santé

En cette période de pandémie, l'élue voudrait que la Région prennent la compétence pour diverses choses ayant trait à la santé : la construction, l’entretien et l’équipement des CHU et des centres hospitaliers généraux, épicentre du maillage territorial de l’offre hospitalière. L'Occitanie voudrait aussi récupérer la régulation de l’installation des personnels soignants (démographie médicale, zonage des professionnels libéraux/expérimentation du conventionnement différencié).

Enfin, la responsabilité de décider des ouvertures et des fermetures de filières de formations médicales et paramédicales, de fixer les quotas d’entrée dans ces formations en lien avec la recherche et les universités. Il est également demandé le transfert de l’immobilier des instituts de formation, souvent rattachés aux hôpitaux.

Avec le logo de la Région, le lycée Einstein de Bagnols (Photo : archives mairie de Bagnols)

Pour agir, il faut agir. Mais comment ? En écoutant le terrain et les attentes prioritaires. Le plus important est de le faire en lien avec les attentes des français. Trois axes prioritaires se détachent pour Carole Delga : la protection sanitaire, la protection et la transformation de notre économie et la sécurité des personnes face au terrorisme.

Pour Carole Delga, " dans nos lycées ou dans les transports LiO, nos équipes sont à l'œuvre pour permette cette continuité et adapter les mesures sanitaires. " La semaine prochaine, les 225 lycées publics pourraient fermer 1/2 journée pour réfléchir à un plan d'action, à la mise en place de procédures qui garantiront la sécurité des élèves et des personnels.

Des masques pour les petits

" Il faudra que le ministre décide si cela est possible. En outre, le meilleur enseignement se fait en présentiel. Nous ne voulons pas de décrochage scolaire. Ne sacrifions pas notre jeunesse. Elle doit se sentir intégrée dans notre société. Je demande aussi à ce que tous les soignants à domicile soient éligibles à la prime mensuelle de 186 euros. " La Région compte également élargir le fonds local aux entreprises culturelles, touristiques et événementielles. À partir de l'âge de 6 ans (jusqu'à 11 ans) et dans les prochains jours, 15 000 jeunes recevront deux masques lavables "Made in Occitanie" par mois pour éviter qu'ils se retrouvent sans protection.

(Photo capture d'écran Visioconférence).

Pour la présidente Delga, les préfets de département pourraient très bien décider, sans généraliser, choisir les commerces de proximité qui doivent rester ouverts. La situation n'est pas la même dans le Gers et dans le Gard. Selon elle, le e-commerce doit être taxé pour abonder un fonds destiné à la relance du commerce de proximité.

À partir du 12 novembre pour le grand public (mais demain pour les commerçants), la plateforme Dans ma zone, vous permettra d'acheter vos cadeaux de Noël, de vous habiller, d'acheter un vélo, etc. Il suffira de taper le produit non alimentaire que vous souhaitez acheter et vous aurez tous les articles vendus dans tous les commerces de proximité avec parfois le fameux "Made in Occitanie" qui sera finement précisé.

Trains et lycées plus et mieux surveillés

Depuis le mois de mars, la Région est venue en aide à 48 000 entreprises pour une somme totale de 205 millions d'euros. " On va prolonger tant qu'il y aura besoin ! " Pour la présidente Carole Delga, " nous sommes en train de travailler sur une aide concernant les loyers. La Région en prendra une partie à sa charge pour passer ce cap très difficile mais il faut changer notre process économique. "

L'extension du fonds L’OCCAL (80 millions d'euros) sera effectif pour les entreprises culturelles. " Notre mission, c'est de répondre présent auprès de celles et ceux qui sont particulièrement fragilisés par cette crise sanitaire, économique et sociale. Le pack que nous formons avec l'État et les chambres consulaires nous permettra d'apporter des solutions concrètes et justes. La Région est plus que jamais mobilisée pour prendre sa part dans cet engagement ", assure la présidente Delga.

Ces dispositifs transversaux s'adaptent aux réalités des besoins. Pour terminer avec " violences, racisme, antisémitisme et radicalisation, nous allons mettre en place un observatoire des violences dans les lycées. Nous allons essayer de détecter plus tôt la radicalisation et continuer à investir dans les lycées. Nos trains Lio et nos autocars LiO seront aussi sous surveillance vidéo d'ici 2023. "

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 37 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Articles similaires

Un commentaire

  1. « Nous allons mettre en place un observatoire des violences dans les lycées. Nous allons essayer de détecter plus tôt la radicalisation »
    Il existe déjà un plan >>> https://eduscol.education.fr/cid100811/prevention-radicalisation.html
    Alors mettre en place un observatoire pour ne rien voir comme celui de la laïcité, ne changera pas grand chose, d’autant plus lorsque la présidente d’Occitanie ouvre en grand les portes aux immigrés, mineurs ou pas, légaux ou pas.
    Faire de la communication et uniquement de la communication pour se dédouaner, en cette période d’hommages aux victimes de l’islamisme, n’est pas très digne.
    N’oublions pas que la situation que les Français subissent est le résultat d’une politique menée depuis des décennies par les uns et les autres, de droite et de gauche. Stop hypocrisie !

    Conseiller R.N Nîmes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité