A la unePubli Reportage

ALÈS Julie Gaspard de la société Plujol : « Aujourd’hui, on est maçons avant tout »

Publi Reportage

De la recherche de terrain, au gros œuvre et second œuvre, la société Plujol accompagne le client dans chaque étape du projet. (Photo Julie Gaspard)

(Publireportage) Alors qu’elle fêtera sa dixième année d’existence l’année prochaine, l’entreprise implantée dans la zone Destival à l’entrée du pôle mécanique à Saint-Martin-de-Valgalgues, longtemps référencée dans le domaine de l’isolation, a opéré une transition vers la maçonnerie depuis un peu plus de deux ans.

Créée en 2011, l’entreprise Plujol s’est très vite imposée sur le marché de l’isolation du bassin alésien. Désormais installée dans la zone Destival qui précède l’entrée du pôle mécanique à Saint-Martin-de-Valgalgues, l’entreprise gérée par Lukasz Pluta, qui emploie neuf salariés, a procédé à une extension vers la maçonnerie dont elle envisage de faire son activité principale. « La transition vers la maçonnerie s’est effectuée il y a deux ans. On nous a rapidement fait confiance, sans avoir eu recours à la communication. On ne dira pas qu’aujourd’hui on veut faire uniquement de la maçonnerie, mais presque », expose Julie Gaspard, la secrétaire comptable de la boîte, interlocutrice privilégiée durant l'interview.

Cette convoitise ardente pour le gros œuvre va ainsi revenir à plusieurs reprises au cours de l’échange : « On a toujours cette possibilité de proposer du second œuvre, mais aujourd’hui on est maçons avant tout. On veut s’imposer dans ce secteur. Quelqu’un qui veut faire construire, j’ai envie qu’il vienne nous consulter », développe Julie Gaspard. Et d’ajouter : « D’autant que c’est aussi le métier premier de Lukasz Pluta, le gérant de l’entreprise. »

La société Plujol est en mesure d'offrir à ses clients des prestations globales, clé en main. (Photo J.G)

Récemment, la société Plujol a livré plusieurs chantiers, notamment à Quissac, à Saint-Privat-des-Vieux et à Clavières. « On a aussi des chantiers sur le secteur de Nîmes et de Blauzac, donc en terme de rayon d’activité on est vraiment mobile », résume l'employée de l’affaire alésienne. Alors que l’entreprise a recruté un élément supplémentaire avant le confinement, ses gérants espèrent la voir se développer davantage : « Actuellement on est en capacité de travailler correctement sur trois chantiers simultanément. Il faut qu’on pérennise ce que nous avons amorcé. »

« Le client a toutes les cartes en main »

Quant aux délais de livraison des chantiers, « on a un bon timing », rétorque Julie Gaspard, avant de détailler le fonctionnement de l’entreprise : « On travaille avec un regroupement d’artisans. L’un d’entre eux est chargé de la réalisation du permis de construire. Un autre assure l’attestation Bbio, document indispensable pour le dépôt du permis de construire. Nous nous chargeons bien entendu de la partie maçonnerie, mais on travaille aussi avec un plombier-électricien, un carreleur et un façadier. Nous assurons également la partie terrassement. Chaque intervenant me propose son devis, que j’intègre au mien. Ensuite le client choisit de prendre la prestation dans sa globalité ou il peut par exemple me faire ses suggestions s’il préfère faire appel à des connaissances. »

Afin d’être le plus attractif possible, des prix ont été préalablement négociés avec chaque artisan. « En termes de rapport-qualité prix, je pense que nous sommes bien placés. Ce sont des artisans qui appartiennent à la bulle alésienne. Ça fonctionne bien, l’organisation est bien rodée. On a intégré toutes les personnes nécessaires à la chaîne pour être totalement indépendants dans notre fonctionnement. Quand nos clients se présentent à la banque, ils ont toutes les cartes en main », apprécie la secrétaire comptable, avant de conclure : « On est comme une petite famille. Le point de rendez-vous c’est chez nous. Tout le monde s’entend bien et communique, même si ça ne s’est pas fait du jour au lendemain. »

Corentin Migoule

Complément d'informations sur le site de l'entreprise ou au 04.30.38.11.08. Hors confinement, Lukasz Pluta reçoit du lundi au vendredi et le samedi sur rendez-vous.

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité