ActualitésSociété

NÎMES Deux concerts à la cathédrale !

L'orgue de la cathédrale de Nîmes (Photo Archives Anthony Maurin).

Au lieu du samedi 19 décembre et à cause des conditions sanitaires actuelles, la pause musicale et spirituelle " Orgue à midi ", qui a lieu entre 12h et 12h30 à la cathédrale de Nîmes, reviendra pour un moment de légèreté le troisième samedi de janvier.

Le temps de l'Avent de Noël est arrivé. Alors imaginez à la cathédrale ! Après la crèche, voici la pause méridienne musicale animé par Michel Reynard, organiste connu et reconnu. Au programme, des œuvres de Nicolas de Grigny (1672-1703) comme l'Ave Maris Stella, Plein jeu, Fugue à 4, Duo et Dialogue sur les grands jeux.

L'auditeur spectateur entendra aussi du Jean-Sébastien Bach(1685 – 1750) avec Wachet auf, ruft uns die Stimme et Concerto en Ré Majeur BWV 972 d’après Vivaldi, op. 3 n°9. Michel Corrette (1707-1795) et son Noël provençal seront interprétés tout comme Claude Balbastre (1724-1799) et un extrait de la Première suite de Noëls : « Où s’en vont ces gais bergers ? ».

Comme toujours, l'organisation de cette pause méridienne est gérée par les Amis des orgues de la cathédrale de Nîmes, avec le soutien de la ville de Nîmes. L'entrée est libre dans la limite de la jauge maximale autorisée et dans le respect des règles sanitaires en vigueur. Une participation aux frais est mise en place alors si vous voulez faire perdurer ces instants de bonheur, n'hésitez pas à donner une pièce ou un petit billet !

Concert sur grand écran

Autre rendez-vous de choix à la cathédrale mais dont la date prévue le 20 décembre est repoussée de quelques semaines, le concert Stabat mater de Pergolese. En plus de Pergolese, des œuvres pour orgue de Jean-Sébastien Bach seront reprises. Le concert, payant (11 à 15 euros dans la limite de la jauge maximale autorisée et dans le respect des règles sanitaires en vigueur), sera retransmis sur grand écran.

Michel Reynard, président de l’association des Amis des orgues de la cathédrale de Nîmes, propose donc deux moments forts pour la cathédrale. Mais il ne sera pas seul puisque Luc Antonini, Bertrand Dazin et Petra Ahlander agrémenteront la deuxième date de leur savoir-faire.

La cathédrale de Nîmes (Photo Archives Anthony Maurin).

Né en 1961 à Avignon, Luc Antonini commence des études musicales dans sa ville natale avant d’entrer au Conservatoire national supérieur de musique de Paris où il obtient six prix : harmonie, contrepoint, fugue, orchestration, analyse et celui d’orgue à l’unanimité. Il débute très vite une carrière de concertiste qui le mène dans les plus grandes villes d’Europe et dans les festivals les plus prestigieux.

Son vaste répertoire lui permet d’aborder une littérature très variée du XVIIe siècle à nos jours mais Luc Antonini est aussi compositeur. L'association des Amis de l'orgue du Vigan vient de lui passer commande d’une œuvre pour grand orgue qui a été créée en juin 2019 par Thomas Ospital, organiste titulaire des grandes orgues de Saint-Eustache à Paris.

Michel Reynard (Photo Orgue à midi).

Petra Ahlander étudie le piano et la flûte traversière dans son pays natal la Suède, puis participe à des spectacles d’opérettes avec une chorale amateur, avant d’aller en France à l’âge de 18 ans comme jeune fille au pair. Elle chante en soliste avec des formations variées en France et en Europe un répertoire allant du XVIIe siècle à la musique contemporaine. Elle participe à de nombreux festivals de musique sacrée, mais consacre aussi beaucoup de temps à défendre le lied et la mélodie. Elle dirige un ensemble vocal féminin "Minerva" et un chœur mixte, le "Chœur d’Assas".

Enfin, Bertrand Dazin est chanteur contre-ténor, haute-contre, alto. Dès l’âge de sept ans jusqu’en 1995, il fait partie des Petits chanteurs de Lille et de la Maîtrise boréale dirigée par Bernard Dewagtère. Depuis 1995, il a travaillé avec de grands chefs : Jean-Claude Malgoire, Olivier Schneebeli, Laurence Equilbey, Michel Laplénie, Gabriel Garrido, Marc Minkowski… Cela fait vingt ans qu'il se produit en duo avec James Bowman mais qu'il offre aussi son concours à de nombreux oratorios.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité