Actualités

NÎMES Tirs au Chemin-Bas : les réactions politiques s’enchaînent

De nouveaux coups de feu ont éclaté ce dimanche en fin de matinée au quartier du Chemin Bas d'Avignon. Un homme blessé par balle a été évacué un peu plus tard vers les urgences du CHU de Nîmes, grièvement atteint. Depuis, les réactions politiques sont nombreuses... 

Laurent Burgoa, sénateur du Gard : "À l’occasion de la fusillade qui s’est déroulée dimanche 13 décembre dans le quartier du Chemin Bas d’Avignon à Nîmes, Laurent Burgoa qui avait déjà sollicité sans succès le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin sur cette problématique posera dès la rentrée parlementaire une question orale au Sénat afin que la République retrouve tous ses droits dans ce quartier nîmois. Dans son courrier adressé le 3 novembre à Gérald Darmanin, juste quelques jours après son élection, Laurent Burgoa rappelait déjà que « les 13 policiers nationaux supplémentaires affectés à la ville de Nîmes étaient en nombre insuffisants et demandait la date envisagée pour le remplacement de matériel obsolète annoncé par la Place Beauvau »."

Vincent Bouget, secrétaire départemental du PCF : "Nouveaux tirs en pleine rue au Chemin Bas d’Avignon, un blessé grave. Après l’intrusion d’un homme dans une école la semaine dernière, quelques mois après le meurtre du jeune Anis. Maintenant ça suffit ! Aujourd’hui tous les pouvoirs publics doivent parler, intervenir. La police nationale, le préfet ainsi que les responsables à la Ville. Et il ne suffira pas de se renvoyer la responsabilité. Les habitants des quartiers populaires ont le droit de vivre normalement, dans la tranquillité."

Yoann Gillet, élu RN d'opposition Ville et Agglo de Nîmes : "C'est triste car finalement, plus personne n'est surpris. On s'habitue à ces situations. C'est inquiétant d'autant que ces tirs se sont déroulés presque au même endroit où le jeune Anis a été tué. Je pense aux habitants qui ne veulent plus sortir de chez eux. Ils sont terrorisés. Et ils ont raison. On peut y arriver si l'on veut vraiment agir. Il faut plus de moyens. La police n'est nulle part. Faut la police partout. Il faut donc être ferme et mettre hors d'état de nuire ces délinquants."

Lire aussi : 

NÎMES Tirs au Chemin-Bas : EELV Nîmes demande des actes concrets

NÎMES Tir au Chemin-Bas d’Avignon : pour la députée Françoise Dumas « cette situation ne peut plus perdurer »

Etiquette

Abdel Samari

Créateur d'ObjectifGard, je suis avant tout passionné par les médias et mon département. Ce qui me motive chaque jour : informer le plus grand nombre sur l'actualité du Gard ! Pari tenu ?

2 réactions sur “NÎMES Tirs au Chemin-Bas : les réactions politiques s’enchaînent”

  1. Tiens, c’est bizarre, nos politiques ne critiquent plus la Police, maintenant ils en ont besoin. Dans ces quartiers, dont la population est pour majorité étrangère ou issue de l’immigration, est on sûr que la police ne sera pas traitée de raciste ou faisant des contrôles au faciès. Messieurs les Policiers, n’allez surtout pas contrôler dans ces quartiers, quoi qu’il arrive vous aurez tort !!!!!

    1. Exact. Quand on a besoin de la police, on dit qu’ils ne sont pas assez nombreux, sinon, on les accuse de mille maux, on leur crache dessus……comment peuvent-ils être motivés ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité