Actualités

GARD 20 postes créés pour la rentrée 2021 dans le 1er degré : « Des annonces en trompe l’oeil », selon le SNUipp-FSU

L'école Charles-Martel de Nîmes. (Photo d'illustration: Objectif Gard)

Mardi dernier, soit le 12 janvier 2021, Sophie Béjean, rectrice de la région académique Occitanie, rectrice de l’académie de Montpellier et chancelière des universités, présentait en comité technique académique (CTA) les moyens d’enseignement alloués pour la rentrée 2021.

En ce qui concerne le premier degré, l’académie de Montpellier bénéficiera, à la rentrée 2021, de la création de 140 emplois supplémentaires et se place au 5e rang des académies les mieux pourvues après les académies de Versailles et de Lyon, avec une diminution démographique bien plus accentuée que celle de l’année précédente. La baisse prévisionnelle est de 1 743 élèves par rapport à la rentrée 2020. Elle s’accentue dans le Gard (- 744), les Pyrénées-Orientales (- 469), l’Aude (-278), et la Lozère (-92) et est amorcée dans l’Hérault (-160), ce qui induit une diminution du nombre d’enfants scolarisés dans les cinq départements de l’académie.

"La dotation académique résulte de l’application de la méthode de répartition mise en œuvre par le ministère intégrant dans le calcul le facteur démographique et les caractéristiques socio-économiques des territoires appréhendés au niveau communal", précise-t-on du côté de l'académie de Montpellier dans un communiqué de presse. Et de poursuivre : "Les 140 emplois supplémentaires attribués améliorent des conditions d’encadrement dans l’académie et permettront de poursuivre la mise en place du plafonnement à 24 élèves par classe de la grande section au CE1, de poursuivre la mise en œuvre des dédoublements de classe en grande section situés en REP, d’ouvrir des dispositifs supplémentaires relatifs à l’école inclusive (ULIS), d’augmenter le volume des décharges de direction pour les directeurs d’école ainsi que d’améliorer et renforcer les capacités de remplacement des professeurs des écoles."

Dans le Gard, ce sont 20 postes qui seront créés pour la rentrée 2021. Pour le SNUipp-FSU du Gard, le compte n'y est pas. "Ce n’est pas de 20 postes dont le département a besoin mais bien de 192 ne serait-ce que pour répondre aux priorités académiques ! Madame la rectrice, comme le ministre de l'Éducation, fait donc des annonces en trompe l'oeil", lâche l'organisation syndicale dans son communiqué. "Dès la rentrée de septembre 2020, des contractuels ont été recrutés pour pallier le manque de remplaçants. Les absences liées au covid n’ont pas été anticipées. Le SNUipp-FSU du Gard demande depuis la rentrée de septembre l’ouverture de la liste complémentaire du concours de professeur des écoles afin que des enseignants soient nommés devant les élèves. Il est inacceptable que des étudiants soient recrutés par voie de presse pour assurer des remplacements alors que les écoles ont besoin d’emplois statutaires occupés par des personnels diplômés et formés."

Et d'ajouter : "C’est pourquoi le SNUipp-FSU du Gard a déposé une alerte sociale, auprès du directeur académique du Gard, afin de dénoncer cette dotation insuffisante en postes d'enseignants pour suivre les priorités académiques et faire face à la crise sans précédent que connaît l'école."

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité