Faits Divers

AU PALAIS Après l’avoir giflé, il lance un aspirateur sur sa compagne

Nathalie Welte a requis 18 mois de prison contre Nathan. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Le 15 janvier, à Alès, Nathan a frappé sa compagne avec laquelle il vit depuis 7 mois. Ce jeune de 24 ans dit avoir « pété un plomb » quand il s’est aperçu qu’elle avait changé les codes du partage de connexion de son téléphone.

« Je l’aime cette fille, mais elle me fait péter un plomb », explique Nathan devant le tribunal correctionnel d’Alès où il était jugé en comparution immédiate le 18 janvier. Jaloux, le jeune homme suspecte sa belle de lui faire des infidélités. « Elle m’a déjà fait des choses », se justifie-t-il auprès de la présidente. Mais ce jour-là, c’est surtout Nathan qui a fait des choses… À cause d’un changement de code jugé suspect sur le téléphone de sa compagne, il l’a poussée sur le lit avant de la gifler à plusieurs reprises. Il lui a ensuite lancé une enceinte Bluetooth et un aspirateur sur le corps. Terrorisée, la victime s’est enfuie par la fenêtre.

Présente à l’audience, cette dernière, qui a eu trois jours d’interruption totale de travail (ITT), n’est pas rancunière : « Depuis qu’il n’a plus son traitement, ça ne va plus. Et puis, il n’a personne dans sa vie, il a perdu ses parents », le plaint la jeune femme. L’examen de sa personnalité par la juge, Céline Simitian, confirme les dires de la victime : le jeune homme a perdu son père très jeune, puis sa mère il y a quelques années, avant de tomber dans la délinquance. « Je suis monté dans l’échelle de la criminalité parce qu’il n’y avait pas quelqu’un derrière moi pour me cadrer », analyse Nathan quand la présidente évoque son casier judiciaire.

La procureure, Nathalie Welte, rebondit : « J’entends qu’il a un parcours difficile, mais ce n’est pas à la justice de régler ses problèmes à sa place ». Elle requiert 18 mois de prison dont la moitié avec sursis. Pour la défense, Me Marine Vasquez demande « la clémence » du tribunal en insistant sur le « parcours de vie difficile » de son client et « son passé qui a impacté sa personnalité ». À l’issue du délibéré, le tribunal condamne Nathan à 18 mois de prison dont 9 avec sursis. Il devra aussi suivre un stage de sensibilisation aux violences conjugales.

Tony Duret

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité