ActualitésEconomieSociété

GARD La CCI aide les entreprises à décrocher plus de marchés

Les élus vont signer la convention liant la CCI 30 à Nîmes métropole (Photo Anthony Maurin).

En ces temps de crise sanitaire, la crise économique guette les petites entreprises. Dans le Gard, elles sont nombreuses à vouloir tenter les appels d'offres mais se perdent souvent dans la paperasse. Voici une réponse efficace, une plateforme dédiée à l'accompagnement.

Elles sont déjà un peu plus de 200 à faire partie du groupement mais elles devraient être des milliers ! Cette plateforme dédiée aux chefs d'entreprise a été pensé depuis trois ans et sera mise à jour autant de fois que cela sera nécessaire. L'objectif de la Chambre de commerce et d'industrie (CCI) du Gard est de signer des conventions avec la quinzaine d'opérateurs publics ou privés qui réalisent 80 % des appels d'offres du Gard.

Pour le président de la CCI du Gard, Éric Giraudier, " il est important en ce début d'année de montrer des projets peu onéreux, efficaces et qui correspondent aux besoins que ressentent les entreprises. Cette plateforme est partie d'un constat simple. Les réponses des entreprises gardoises aux appels d'offres étaient insuffisantes en termes de chiffres et de qualité de dossier. Il y avait un problème entre les appels d'offres et les réponses des entreprises. " Il fallait relier les uns aux autres.

(Photo Anthony Maurin).

Et le jeu en vaut la chandelle ! On parle de plus de 600 marchés en 2020 ce qui représente des millions d'euros ! Autant que les entreprises gardoises en bénéficient pour les réinjecter dans notre économie... Nîmes métropole est ainsi le premier établissement public à signer une convention pour intégrer cette nouvelle version de la plateforme.

Son président, Franck Proust, est conscient des enjeux. " Actuellement, les TPE et les PME souffrent. La commande publique est un élément de croissance important, notre ambition c'est de faire en sorte, en restant dans la légalité, que notre argent reste dans le Gard ! Par an à Nîmes métropole on parle de 200 millions d'euros de commande publique. Nous avons 94 millions d'investissements, en 2021 j'espère 124 millions et plus tard, 240 si nos finances se portent mieux. Nous augmentons les acomptes versés aux entreprises et diminuons les délais de paiement mais il manque encore la visibilité. "

Bref, il faut communiquer pour faire connaître cet outil nécessaire, utile et qui peut engendrer des retombées économiques majeures pour la région. Instigateur de la plateforme, Jean-Marc Roumeas explique : " Les entreprises sont la richesse du territoire. Les élus lançaient leurs projets mais les entreprises n'y répondaient pas alors nous avons imaginé une solution grâce au réseau CCI France car en Normandie il y avait la même problématique. Nous avons adapté leurs réponses à notre territoire. Nous perfectionnons, affinons, catégorisons, détaillons tout afin que les chefs d'entreprise puisse se positionner sur les marchés selon leurs capacités. "

Franck Proust et Éric Giraudier signent la convention (Photo Anthony Maurin).

Prenons l'exemple d'un professionnel positivement impacté par cette plateforme. Fabien Venier, de Venier rénovation, est clair : " Mon entreprise est une entreprise familiale. Avant nous avions différents supports mais toujours mal référencés. Il y en avait tellement que nous mettions de côté les appels d'offres mais nous oublions d'y répondre. Aujourd'hui, on reçoit un mail correspondant à nos filtres et en trois clics on sait si c'est intéressant pour nous. On gagne un temps fou, ça nous permet d'augmenter de plusieurs dizaines de pour-cents notre réponse à certains marchés. "

200 entreprises reçoivent ces mails de la CCI 30. Mais il manque encore des détails de poids. Par exemple, former les chefs d'entreprise à mieux répondre aux appels d'offres, étudier plus en détails les mémoires techniques. Il faut qu'ils comprennent qu'il y a des choses obligatoires et légales à remplir. Selon Olivier Fabregoul, maire de Caissargues et vice-président de Nîmes métropole, délégué au Développement économique, au Marketing territorial et aux Relations extérieures, " c'est toujours une frustration quand on est maire de voir des entreprises extérieures remporter ces marchés... On préfère quand l'argent reste dans notre bassin et c'est notre travail de faire travailler notre tissu économique. "

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité