ActualitésCulture

UZÈS La balade nocturne et onirique de Linh Nguyen à découvrir à la chapelle de la médiathèque

Linh Nguyen était en résidence artistique à Uzès du 13 octobre au 7 novembre. Elle a capté de nombreuses images la nuit d'Uzès au Pont-du-Gard pour créer le film "Tisser la nuit". Il est visible à la chapelle de la médiathèque jusqu'au 20 février. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Jusqu'au 20 février, venez découvrir la balade à la poésie nyctalope de l'artiste gardoise Linh Nguyen dans la chapelle de la médiathèque d'Uzès. L'œuvre vidéo "Tisser la nuit" est constituée de nombreuses images filmées la nuit en time laps d'Uzès jusqu'au Pont-du-Gard en suivant le tracé de l'aqueduc romain.

Linh Nguyen  a passé une partie du deuxième confinement à Uzès, en résidence artistique. Du 13 octobre au 7 novembre, elle a imaginé et créé le film documentaire "Tisser la nuit". Si le résultat final est condensé en 18 minutes, l'artiste a passé des heures et des heures à filmer le dehors la nuit. Offrant ainsi un point de vue plus mystérieux qu'une déambulation diurne. Elle a utilisé la technique du time laps pour accélérer les images. Les étoiles semblent filer à grande vitesse alors que la jeune femme a passé des nuits entières en pleine nature face à un ciel presque statique à l'œil nu.

N'ayant pas son permis de conduire, elle a beaucoup marché avec son fidèle chien, Touftouf. Suivant toujours le tracé de l'aqueduc romain qui autrefois prenait sa source dans la vallée de l'Eure et arrosait la ville de Nîmes. "Il y a plusieurs soirs où j'ai dormi dans ma tente. Il n'y avait personne, ce qui était le plus inquiétant, c'était les sangliers", atteste la jeune femme de 30 ans.

Toutes les images ont été filmées la nuit, grâce à la technique du time laps.

"Je filmais les paysages, l'architecture, les fils électriques, les vignes, la carrière, le Pont du Gard... Presque tout ce que je voyais", poursuit-elle. Mais prendre des images la nuit n'est pas l'exercice le plus aisé. Linh Nguyen ne partait en vadrouille que les soirs de pleine lune ou presque pour capter suffisamment de luminosité. Elle posait ensuite son trépied bien stable et pousser son exposition au maximum sur l'appareil : "Quand on prend une photo, cela se fait en quelques millièmes de secondes, là, le temps de pose pour une image est de 30 secondes. C'est très long", explique-t-elle.

À cette "sorte d'ivresse poétique", l'artiste a rajouté des images de la fameuse mosaïque, qui a révélé les racines romaines d'Uzès, qui est actuellement restaurée à l'Inrap. Mais aussi des sous-titres très oniriques. Côté son, la balade oscille entre bruits nocturnes et musique provençale. Toute une ambiance s'accordant parfaitement au décor des murs de la chapelle de la médiathèque où le film est diffusé. Surtout que l'image a été découpée pour s'imbriquer parfaitement le long des voûtes de l'édifice.

Cela fait deux ans que Linh Nguyen s'adonne à la vidéo. Diplômée des Beaux Arts de Nîmes, elle a un peu touché à toutes les disciplines avant de s'intéresser à la photographie. Ses projets à l'étranger sont compromis à cause de la crise sanitaire, mais elle devrait prochainement réaliser le portrait d'un agriculteur du Lot-et-Garonne, tenant une ferme de pruneaux, chez qui elle avait travaillé il y a quelques années.

Marie Meunier

"Tisser la nuit", film réalisé dans le cadre du dispositif "La chapelle en résidence", porté par la communauté de communes Pays d’Uzès, et soutenu par la DRAC Occitanie, la Région Occitanie et le département du Gard. Film visible dans la chapelle de la médiathèque jusqu'au 20 février.

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité