A la uneActualitésSociété

ALÈS La boulangerie Mamie M récompensée pour son savoir-faire

Tahar Benzouaoui va donner naissance à un autre projet avant l'été : un restaurant de burgers faits maison disposant d'un service drive similaire à celui des chaînes de restauration rapide. (Photo Corentin Migoule)

Parce que l'artisanat est son cheval de bataille, Tahar Benzouaoui, propriétaire de la boulangerie Mamie M implantée depuis octobre dernier sur la rocade est, vient d'obtenir la certification "Boulanger de France". 

Propriétaire de l’établissement L’authentique, restaurant spécialisé dans les burgers faits maison, Tahar Benzouaoui gère aussi une société d'ambulances que tenait jadis son papa. Depuis octobre dernier, l'Alésien a ouvert sa première boulangerie baptisée Mamie M en l'honneur de sa maman et d'une expression cévenole bien connue.

Une nouvelle activité dans laquelle celui qui a grandi à La Grand-Combe s'est jeté à corps perdu, ne négligeant aucun détail et mettant l'artisanat au cœur de sa démarche. Si ses baguettes de tradition française confectionnées avec une farine bénéficiant de l’appellation "Farine de nos régions", sans additif et sans améliorant, étaient déjà plébiscitées, elles risquent de l'être encore davantage.

Une distinction relativement rare

Car son établissement implanté sur la rocade-est alésienne vient tout juste d'obtenir le label "Boulanger de France", une certification créée il y a un peu plus d'un an par la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française (CNBPF). "Sur près de 80 000 boulangeries en France, moins de 1000 possèdent cette certification", promet le Grand-Combien.

À l'issue d'un audit interne, Tahar Benzouaoui et son équipe ont reçu la visite d'une représentante de l'organisme indépendant Véritas le 15 janvier dernier. Après s'être assurée que les critères d'hygiène étaient respectés, au même titre que les étapes de la fabrication artisanale, l'inspectrice a délivré la note de 19,2 sur 20 à l'établissement qui a donc mérité haut la main son label.

Bientôt une petite sœur

Après trois mois d'ouverture, l'entrepreneur qui emploie cinq boulangers dont deux apprentis, quatre pâtissiers et une équipe de vendeuses pour permettre à la boutique de tourner à plein régime sept jours sur sept, leur rend hommage : "Ce label c'est grâce à eux et au cœur qu'ils mettent à l'ouvrage tous les jours pour respecter ce qu'est l'artisanat".

Des viennoiseries jusqu'à la très variée gamme snacking proposée chaque midi, tout est fait à la main chez Mamie M : "C'est plus long mais on prend plus de plaisir à le faire", justifie le chef d'entreprise qui s'appuie sur une jeune équipe de passionnés.

Parce qu'il est un boulimique de travail et un pourvoyeur d'emplois, Tahar Benzouaoui ne compte pas s'arrêter là. Au printemps, sans qu'une date officielle ne soit encore arrêtée faute de pandémie, Mamie M aura une petite sœur. Une nouvelle boulangerie portant le même nom et "respectant le même esprit" verra le jour dans le cœur de ville alésien. Cinq à dix personnes devraient faire l'objet d'une embauche et prendre part à une aventure collective défiant la concurrence industrielle.

Corentin Migoule

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité