ActualitésSociété

NÎMES Un label qui nous veut du bien

La Maison Carrée (Photo Archives Anthony Maurin).

Le comité de labellisation Expe-CT du ministère des Affaires étrangères vient de sélectionner Nîmes pour son expertise acquise sur son Plan de gestion du patrimoine mondial , qu’elle travaille depuis bientôt dix ans.

Une reconnaissance officielle qui permet à la Ville de développer ses coopérations internationales au travers de thématiques au cœur des grands défis mondiaux comme le changement climatique, la cohésion sociale, le développement économique ou la diversité culturelle.

Forte de l’obtention de ce label, valable pour une durée de trois ans, la Ville a déposé une première demande de mission de coopération à l’international auprès de l'Ambassade pour l’action extérieure des collectivités territoriales coopération Méditerranée, patrimoine, tourisme et francophonie pour réaliser une mission d’expertise auprès du village de Menjenz, situé au nord du Liban, candidat figurant sur la liste indicative des biens proposés à l’inscription au Patrimoine mondial pour ses vestiges archéologiques exceptionnels.

Suite à la décision en 2018 du Comité du patrimoine mondial de reporter la candidature "Ensemble historique urbain de Nîmes", en raison de la surreprésentation de l’antiquité et des centres urbains sur la liste du patrimoine mondial, la ville de Nîmes a fait le choix de proposer une nouvelle candidature centrée sur la Maison carrée. Le seul monument nîmois, soulignent les experts, pouvant prétendre à une valeur universelle exceptionnelle sans équivalent parmi les biens figurant déjà au patrimoine mondial.

(Photo Anthony Maurin).

La mission d’expertise prendra la forme d’une rencontre ponctuelle entre les représentants de Nîmes et de Menjenz, afin d’échanger sur la conception et les modalités de mise en place d’un Plan de gestion d’une candidature au Patrimoine mondial. La Ville déposera une seconde demande de partenariat de coopération en mars avec El-Jem, village tunisien situé aux portes de la région du Sahel.

À travers ce partenariat, la municipalité entend œuvrer au rayonnement international de Nîmes, de son patrimoine romain et partager la valeur universelle exceptionnelle de sa candidature Unesco. Elle entend aussi échanger ses savoir-faire et ses compétences dans le domaine de la gestion patrimoniale tout en développant des expertises et créer des réseaux d’échanges internationaux.

Programme d’appui à la coopération thématique des collectivités territoriales, Expe-CT a pour objectif de promouvoir les compétences à l’international et les savoir-faire des collectivités territoriales dans les domaines de gestion des services des collectivités locales. Depuis 2011, 36 collectivités territoriales et 13 associations d’élus ont été labellisées.

La Maison carrée au coucher du soleil... (Photo Archives Anthony Maurin).

Village libanais d'un millier d'habitants, Menjenz élabore son dossier de candidature Unesco dans la catégorie culturelle pour la conservation de ses vestiges archéologiques très variés comme des sites mégalithiques, un temple antique (dont il ne subsiste que la base), une forteresse médiévale et du patrimoine bâti XIXe siècle. Le maire de Menjenz sollicite l’expertise reconnue de la ville de Nîmes pour conserver, valoriser et transmettre ce patrimoine antique exceptionnel.

La Ville travaille son nouveau dossier de candidature avec l’accompagnement de l'État français. À ce jour, elle a franchi avec succès les trois étapes de validation du Comité national des biens français du Patrimoine mondial à savoir la valeur universelle exceptionnelle, le périmètre et le plan de gestion qui comprend des actions pour la connaissance, la conservation, la valorisation et la transmission du bien.

Le périmètre et la zone intermédiaire de protection dite "tampon" et la partie historique sur le culte impérial font l’objet de précisions pour une inscription potentielle en 2023. " Cette inscription serait la reconnaissance internationale de la valeur patrimoniale de ce monument emblématique de Nîmes, comme un accélérateur d’enthousiasme. Elle marquerait la forte volonté de valorisation patrimoniale qui est la nôtre, depuis plus de 20 ans, à travers la restauration, la valorisation et la conservation des monuments. Le Musée de la romanité est aussi un exemple de nos efforts en matière de partage et de transmission ", explique Jean-Paul Fournier, maire de Nîmes.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité