A la uneActualitésSports GardUSAM

USAM Galvanisé, Nîmes accroche Berlin au bout du suspense

 

Les Nîmois ont réalisé une prestation très aboutie pour repartir de Berlin avec le point du nul (Photo USAM)

Au terme d'une partie de haut niveau, l'USAM a accroché le Füchse Berlin 34-34 sur son terrain. Appliqué et vaillant, Nîmes n'a jamais abandonné dans cette rencontre et comme un symbole c'est le capitaine Julien Rebichon qui a arraché le nul sur le buzzer. Les Gardois ont quasiment validé leur ticket pour les huitièmes de finale. 

Affronter le leader invaincu de ce groupe B, double vainqueur de l'épreuve (en 2015 et 2018) et finaliste de la dernière édition, représente un véritable test pour l'USAM. La question est de savoir si les hommes de Franck Maurice sont capables de rivaliser avec des grosses écuries européennes. La réponse est un grand oui ! Si les Allemands mènent dans les premières minutes, les Français s'appuient sur Sanad pour prendre une première fois l'avantage, brièvement (3-4, 7e).

En difficulté vendredi face à Chambéry (défaite 32-28), l'Égyptien a retrouvé davantage d'adresse pour un bilan de six buts en neuf tentatives à la pause. Sur un face-à-face, le Pharaon aurait pu permettre aux siens de creuser l'avantage mais il ne cadre pas. La machine berlinoise reprend rapidement les choses en main en imposant sa maîtrise du jeu et profitant aussi de quelques pertes de balle gardoises (8-5, 11e). Le temps mort pris par Franck Maurice est bénéfique. Nîmes ne panique pas et refait son retard grâce à Sanad et Desbonnet.

Coup pour coup

Les Gardois gèrent bien les supériorités numériques et repassent en tête (10-11, 20e). Desbonnet se distingue également avec deux parades consécutives. On assiste à un match de grande qualité avec un handball de haut niveau proposé. Des gestes défensifs impressionnants, des arrêts et des buts magnifiques à l'image de ce missile d'Hesham dans la lucarne de Genz pour signaler son entrée en jeu. Sans oublier le combat, le coach nîmois parlait de densité physique en avant-match, il a été servi.

Sanad a été le meilleur buteur nîmois avec 11 réalisations (Photo USAM)

Si l'exclusion de Salou pour avoir tenu le cou de son adversaire était logique, la grossière opposition d'Andersson aurait dû mériter le même sort. Pourtant, les arbitres grecs en ont décidé autrement. Nîmes répond présent sur tous les secteurs du jeu et mérite donc de virer en tête à la pause (16-17). Maintenant la mission est de tenir ce rythme sur toute la rencontre. En feu, Hesham étale encore son aptitude à trouver la faille de loin. Mais les Berlinois montent le curseur d'un cran sur ce deuxième acte et reprennent le commandement des opérations (24-23, 40e).

En partie grâce au bras magique de l'international croate Kopljar, passé par le PSG entre 2012 et 2015. Les Gardois sont toujours au contact et le suspense quant à l'issue de cette partie fait augmenter la tension. Tobie et Andersson reçoivent deux minutes (26-25, 46e). Néanmoins, les Usamistes ne sont pas perturbés et Desbonnet fait mouche depuis sa cage. Sa troisième tentative vient mourir sur le poteau allemand à 28-27. Sanad a plus de réussite pour égaliser (28-28, 50e).

Rebichon sur le gong

Le temps mort pris par le coach teuton permet de reprendre son souffle dans ce match haletant et prolifique. La décision se rapproche mais reste à savoir qui aura le dernier mot. Les deux formations sont au coude à coude à une minute du terme. Berlin marque de nouveau et Franck Maurice pose le dernier temps mort à 17 secondes de la fin. L'action se déroule et au bout du bout Rebichon reçoit la balle et s'envole pour délivrer les siens (34-34). La joie nîmoise contraste avec les visages médusés des Allemands.

L'USAM va repasser troisième à l'issue de cette journée mais est tout près d'assurer mathématiquement sa qualification en 8e. Ce soir, la Green team a surtout montré qu'elle pouvait être ambitieuse dans cette compétition.

Corentin Corger

Ligue européenne de l'EHF. 8e journée. Max-Schmeling-Halle. Füchse Berlin - USAM Nîmes Gard 34-34 (mi-temps : 16-17). Arbitres : M.M Tzaferopoulos et Bethmann (Grèce). Rencontre disputée à huis-clos. Deux minutes à Berlin : Michalczik (12e), Kopljar (16e), Andersson (44e), Gojun (48e, 54e), Drux (59e). Deux minutes à Nîmes : Dupuy (18e), Salou (23e), Tobie (44e), Acquevillo (58e). 

Berlin : Genz (5 arrêts sur 22 tirs), Milosavljev (6 arrêts sur 23 tirs); Ernst, Wiede (4/4), Holm (0/1), Gojun, Andersson (9/16), Lindberg (3/3), Michalczik (2/2), Chrintz (2/2), Matthes, Kopljar (4/5), Vujovic (3/6), Koch (1/1), Marsenic (3/5), Drux (3/3). Entraîneur : Maximilian Rinderle. 

USAM : Desbonnet (9 arrêts sur 43 tirs, 2 buts sur 3 tirs), Gouaze ; Derisbourg, Gallego (3/3), Vincent, Rebichon (2/2), Salou, Nyateu (5/7), Gibernon, Dupuy, Tesio, Tobie (2/4), Acquevillo (3/6), Joblon, Hesham (6/8), Sanad (11/14). Entraîneur : Franck Maurice. 

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité