ActualitésCultureSociété

NÎMES Yves Thos, l’amour de l’affiche en version originale

(Photo Anthony Maurin).

Il a à son compteur une bonne centaine d'affiches de films (cinéma), plus ou moins connus, mais Yves Thos est un personnage incontournable quand on parle de peinture grand format. Une grande partie de son oeuvre est à découvrir à Carré d'Art jusqu'au 3 avril prochain.

L'affichiste, car c'est le nom qu'on lui donne, est celui qui offre les premières émotions d'un film envers son futur public. C'est à partir de l'affiche que le spectateur fait souvent le choix d'aller ou non voir le film en question. Autant dire que, comme pour la bande-annonce, les productions choisissent les meilleurs affichistes pour mettre en avant leurs films.

Yves Thos en train de signer (Photo Wikimédia)

Yves Thos n'est ni Nîmois ni même Gardois mais il l'est devenu au fil des années. Il s'est installé à Saint-Chaptes et a déjà exposé dans le coin, notamment à la salle Claude-Bourrier à Bouillargues en 2010. Autodidacte sérieux et passionné, Thos a d'abord un peu copié ce qui se faisait ailleurs mais, petit à petit, sa patte a pris le dessus et Thos est devenu un important artiste dans un milieu hyper concurrentiel.

(Photo Anthony Maurin).

Avec l'arrivée de la photographie dans la promotion du cinéma autour des années 1960, n'ont pu rester affichistes que ceux qui savaient reproduire des dessins aussi réalistes que les photos. C'était son cas ! Il a fait deux affiches de films de Federico Fellini (dont la Dolce Vita), celle du Spartacus de Stanley Kubrick et de très nombreux films pour lesquels apparaît Jean-Paul Belmondo, les Charlots, Fernandel, Tony Curtis... Il a même fait l'affiche de quelques James Bond (Goldfinger ou Au service secret de sa majesté) !

(Photo Anthony Maurin).

Mais comment fait-on une affiche ? Tout d'abord on va sur le plateau ou en tout cas on s'inspire de ce que l'on peut y trouver en matière de décors, de notes, de couleurs, de lumières... Quelques photos du film en tournage, quelques unes des acteurs en costume et hop, si on a beaucoup de talent, on fait comme Thos, c'est à dire qu'on tente le pari réussi d'émerveiller une première fois un public qui n'est pas toujours attentif.

(Photo Anthony Maurin).

Exposées à Carré d'Art, ces affiches sont tout simplement à leur place. En effet, on ne regarde pas les affiches de manière attentive, non, on les regarde en passant et nos yeux s'arrêtent sur celle qui est réussie.  N'oublions pas que dans le passé ces affiches étaient collées un peu partout en ville... Pendant plus de 30 ans, Yves Thos a dessiné des chimères qui nous ont permis de voyager avant même d'aller au cinéma. Une exposition authentique, à ne pas manquer.

(Photo Anthony Maurin).

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité