A la uneActualités

BEAUCAIRE Sur les bancs de l’école même en vacances : qu’en pensent les enfants ?

Pauline Garcia, étudiante en Master MEF à Nîmes, participe à l'opération "Vacances apprenantes" lancée pour la première fois à l'école Nationale de Beaucaire lors de ces vacances de février. (Photo : Stéphanie Marin/ObjectifGard)
Pauline Garcia, étudiante en Master MEEF à Nîmes, participe à l'opération "Vacances apprenantes" lancée pour la première fois à l'école Nationale de Beaucaire lors de ces vacances de février. (Photo : Stéphanie Marin/Objectif Gard)

Lors de ces congés d'hiver, l'école Nationale de Beaucaire a ouvert ses portes pour accueillir quarante enfants dans le cadre du dispositif national "Vacances apprenantes" lancé l'été dernier par le ministère de l'Éducation nationale.

Le portail de l'école Nationale s'ouvre lentement. La montre affiche 9h15. La directrice des lieux, Hélène Garcia, se précipite vers la porte d'entrée pour nous accueillir. Le visage masqué mais le sourire dans les yeux, elle nous invite à pénétrer dans l'établissement. Cette école a fait une croix sur les congés de février - en tout cas pour quarante élèves et cinq enseignants accompagnés d'une étudiante - afin de mettre en place et ce pour la première fois depuis sa création, le dispositif "Vacances apprenantes" (*).

Une opération lancée l'été dernier par Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Éducation nationale et pour laquelle se dessine un double objectif : lutter contre les retards qui ont pu s’accumuler pendant la période de confinement et les risques de décrochage, et permettre aux enfants de vivre, en collectivité, des moments enrichissants.

Autour d'un jeu de l'oie, les enfants s'amusent à résoudre des problèmes de mathématiques. (Photo : Stéphanie Marin/Objectif Gard)

Du 15 au 19 février, ce sont 20 élèves de CE1 qui ont rejoint les bancs de l'école Nationale, relayés cette semaine par 20 autres enfants de CM1 et CM2. Répartis en trois groupes, tous les matins, ils participent à des ateliers de mathématiques et de français. Après la révision des tables de multiplication, Hélène Garcia et sa jeune équipe s'attaquent aux problèmes de maths. Un cours informel qui se déroule autour d'une table sur laquelle est posée un jeu de l'oie dont les règles ont été modifiées. Pour avancer et atteindre l'arrivée, il faut résoudre les problèmes énoncés. "Nous avons fabriqué ce jeu nous-mêmes. Heureusement qu'il y a Internet, on y puise notre inspiration", s'amuse la directrice de l'école.

La partie se scinde en plusieurs temps, celui de la concentration pour trouver la solution, celui des rires et même des danses lorsque la maîtresse valide la réponse. "C'est hyper cool, lance Aya, 9 ans. On s'amuse plus qu'à la maison." Et sa copine Malak d'ajouter : "À la maison, on ne fait que regarder la télévision. Ici, on apprend des choses, on voit nos amis." Comme ses camarades, Mohamed-Ali, 11 ans, ne peine pas à se lever le matin pour aller à l'école, il voit en ces "Vacances apprenantes" l'opportunité de s'exercer davantage avant son entrée au collège l'année prochaine.

Lors d'un atelier de vocabulaire animé par Mélissa, professeure des écoles. (Photo : Stéphanie Marin/Objectif Gard)

Émue par ces témoignages, Hélène Garcia ne regrette en aucun cas la mise en place de ce dispositif. "Je suis même surprise, toutes les places ont été pourvues. Nous avions identifié cinq ou six élèves souffrant de réelles difficultés, les autres se sont portés volontaires", souligne-t-elle. Elles aussi volontaires, Mélissa, professeure des écoles, et Pauline, étudiante en master MEEF (métiers de l'enseignement, de l'éducation et de la formation) prennent le temps de répondre aux difficultés, aux incompréhensions de chaque enfant. Un temps de partage différent dans un cadre plus souple que celui de l'école en temps normal.

Lors de la randonnée ce mercredi 24 février. (Photo : Pauline Garcia)

Assis sur sa chaise et alors que l'atelier de vocabulaire s'achève, Raphaël, 11 ans, trépigne d'impatience. Ce qu'il attend, c'est l'après-midi. Car à partir de 13 heures, les enfants participent à des ateliers sportifs ou artistiques, là encore élaborés avec les moyens du bord car si l'équipe pédagogique est rémunérée en heures de vacation, aucun budget supplémentaire n'a été attribué pour permettre ces "Vacances apprenantes". "Nous avons fabriqué un jeu de Mölkky avec de vieilles quilles", cite en exemple la directrice.

Zoé, 10 ans, s'amuse tellement, qu'elle a sacrifié une séance de rugby pour pouvoir venir à l'école. Ce mercredi après-midi, les vingt pensionnaires d'Hélène, Mélissa et Pauline ont découvert les joies de la randonnée. Nul doute qu'ils en sont revenus plus éclairés au sujet de la faune et la flore de notre territoire. Et à quelques jours de la rentrée, la directrice pense déjà aux prochaines vacances lors desquelles, et si la mairie l'y autorise à nouveau, l'école Nationale restera ouverte.

Stéphanie Marin

* Dans le Gard, 16 actions (31 sur tout le territoire de l'académie de Montpellier, NDLR) ont été menées dans le cadre du dispositif "Vacances apprenantes" dont dix par des écoles, cinq par des collèges, une en lycée. 600 élèves ont pu en bénéficier.

Publicité
Publicité
Publicité

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité