A la uneActualités

FAIT DU SOIR Coronavirus : la ministre vient prendre le pouls des EHPAD

La ministre chargée de l'Autonomie, Brigitte Bourguignon, a rencontré beaucoup de monde (Photo : Stéphanie Marin/Objectif Gard)
C’est ce que l’on appelle une visite marathon. En une poignée d’heures, Brigitte Bourguignon, ministre chargée de l'Autonomie, s’est rendue dans deux EHPAD à Nîmes et Aubais ainsi qu’au pôle gérontologique nîmois de la Croix-Rouge française.
Promouvoir les activités intergénérationnelles et les nouvelles mesures sanitaires contre la covid-19 : tel était l’objectif de la venue de la ministre déléguée, chargée de l'Autonomie. C’est à l’établissement d‘hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) Les Terrasses au sein de la Maison de santé protestante à Nîmes qu’a débuté cette visite marathon.
Ici, 88% des résidents sont vaccinés et 74% d’entre eux ont reçu la deuxième dose. Après une année compliquée bien entendu marquée par l’épidémie de covid-19 et les mesures sanitaires mises en place pour l’éradiquer, la directrice générale de la Maison de santé protestante de Nîmes a annoncé le lancement ce mercredi de la première phase d’ouverture des trois EHPAD de l’association - un quatrième est en préparation - en fonction du nouveau protocole sanitaire national fraîchement imprimé. « C’est un soulagement pour les résidents comme pour les familles qui vont pouvoir retrouver une certaine proximité », se satisfait Anne Lenart.
La ministre chargée de l'Autonomie a démarré sa visite marathon par l'EHPAD Les Terrasses à Nîmes. (Photo : Stéphanie Marin/Objectif Gard)
En fonction de l’évolution de l’épidémie et de l’impact de la vaccination sur la transmission en cas de portage virus, les personnes vaccinées seront autorisées à sortir de l’établissement et à l’intérieur à recevoir leurs proches dans leur chambre et pratiquer à nouveau des activités collectives. Les résidents non vaccinés ne seront pas exclus, mais ils devront être testés et respecter un isolement de sept jours à leur retour en EHPAD.
La directrice générale de la Maison de santé protestante de Nîmes a également présenté, entre autres dispositifs en action ou en voie de développement, l’expérience en cours d’intégration de 15 places dédiées à des personnes en situation de handicap ainsi que son service EHPAD « hors les murs ». Il permet aux personnes âgées de vivre chez elles et de bénéficier d’un accompagnement personnalisé.
La ministre a poursuivi son chemin jusqu’à EHPAD Saint-Joseph du Pôle gérontologique nîmois de la Croix-Rouge française qui s’est engagée à créer un "tiers-lieu" opérationnel en 2024. Une structure proposera un espace ouvert au public et lieu moteur de la vie associative et culturelle du quartier où les citoyens pourront se rencontrer, échanger et animer des activités intergénérationnelles.
La ministre de l'Autonomie a découvert le projet de tiers-lieu porté par le pôle gérontologique Nîmes de la Croix-Rouge Française. (Photo : Stéphanie Marin/Objectif Gard)
Un projet en bonne voie qui d’ores et déjà démarre en trombe avec la mise en route d’un "tiers-lieu" mobile grâce à l’achat d’un van Peugeot J9. Les résidents de l’EHPAD Saint-Joseph à Nîmes étaient à pied d’œuvre ce lundi après-midi et aux côtés des membres du collectif ETC pour la confection du mobilier du véhicule qui stationnera à l’extérieur des EHPAD de la Croix-Rouge mais traversera également le territoire pour créer des espaces de convivialité sur l’espace public. Un premier diagnostic, effectué en partenariat avec le master 2 de Design Innovation Société de l’Université de Nîmes, a permis d’imaginer de nombreuses possibilités d’activités : programmation cinéma, accueil de répétitions d’artistes, atelier d’accompagnement au numérique, permanences d’associations, café des aidants, jeux, salon de coiffure, café-langue, table d’hôtes, démonstration d’artisanat local… Reste à affiner une première programmation selon les envies, besoins, et talents du Gard.
Le premier arrêt est prévu ce samedi tout prêt de l’école Émile-Gauzy à Nîmes, à l’occasion du marché, pour faire connaître ce dispositif. « Je crois beaucoup en l’intergénérationnel. D’abord parce que ce sont des viviers d’emplois mais aussi parce qu’il y a un lien qui se tisse des deux côtés, des choses très positives. Donc on ira de plus en plus vers des EHPAD ouverts, a assuré Brigitte Bourguignon. C’est le même regard, la même interaction entre les jeunes et les personnes âgées qui feront que notre société sera un peu plus inclusive, ouverte. Ça fait partie des enseignements de cette crise sanitaire. »
Enfin, le pôle gérontologique propose aussi un dispositif « Vivre @ la maison ». Il permet à chacun de bien vieillir chez soi en offrant des services à domicile et de lutter ainsi contre l’isolement des personnes âgées. Une priorité pour Brigitte Bourguignon, elle l’a rappelé dans notre interview publiée ce lundi matin : « Depuis que je suis ministre, je n’ai qu’une seule doctrine, celle de « protéger sans isoler ». […] Nous avons lancé un comité stratégique de lutte contre l’isolement et proposé un vade mecum à destination des élus locaux pour faciliter la mise en œuvre de mesures assurant la continuité des soins des personnes âgées ou handicapées à domicile. De nouvelles réponses restent encore à venir. Nous allons notamment mobiliser 10 000 services civiques pour lutter contre l’isolement de 300 000 personnes isolées. »
La ministre a rencontré deux étudiantes de l'Université de Nîmes qui ont signé un contrat à temps partiel avec la fondation "Partage et Vie" pour accompagner les résidents de l'EHPAD Les Mazets de l'Argilier. (Photo : Stéphanie Marin/Objectif Gard)
« Protéger sans isoler », tel est le leitmotiv de la fondation Partage et Vie. Direction Aubais, à l’EHPAD Les Mazets de l’Argilier. L’établissement qui compte 70 résidents a mis en place le dispositif de désinfection par des sources UV-C développé par la société vendarguoise Deliled, créée par le Nîmois Pierre Zemour. Ce dispositif est composé de robots et de plafonniers dont l’action à travers la diffusion des sources UV-C permet d’éradiquer le virus sur les surfaces exposés avec un taux d’efficacité de 99,9%.
Un outil qui a changé la vie des résidents dont 65 sont désormais vaccinés. Depuis la semaine dernière, ils peuvent par exemple réinvestir la grande salle pour prendre leur repas. La fondation Partage et Vie a ensuite présenté à la ministre ses mesures pour favoriser le lien intergénérationnel et notamment la campagne offrant 500 emplois étudiants dans des EHPAD. Elle vise à répondre aux besoins de deux générations durement impactées par la crise sanitaire.

Le bilan de la ministre chargée de l'Autonomie sur la ligne d’arrivée de son marathon à Aubais

 Stéphanie Marin

À lire aussi : LE 7H50 de la ministre Brigitte Bourguignon : "La campagne de vaccination dans les EHPAD a été une réussite"

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité