Actualités

NÎMES Les archéologues demandent des revalorisations de salaires, des emplois et du respect

Les archéologues en colère (photo Norman Jardin)

Des représentants et sympathisants CNT et CGT se sont rassemblés ce mardi devant la Maison carrée pour réclamer des meilleures conditions de travail.
Ils étaient une cinquantaine de membres de l’INRAP (Institut national de recherches archéologiques préventives) venue du Gard mais aussi de l’Hérault pour demander « de vrais salaires, des emplois et du respect ! ». Rassemblés, symboliquement devant la Maison carrée, les archéologues de la CGT (Confédération générale du travail) et de la CNT (Confédération nationale du travail) ont réclamé une revalorisation des salaires « pour compenser la perte de pouvoir d’achat subie depuis 2002 ». Selon les manifestants, les agents de l’INRAP n’ont connu aucun réajustement salarial depuis 10 ans et leur pouvoir d’achat aurait baissé de 20% en 20 ans.

Les syndicalistes demandaient également des emplois « pour donner des perspectives aux jeunes archéologues et aux personnel administratifs, tous ultra-précarisés ». Toujours selon les syndicats, 800 départs à la retraite sont à prévoir d’ici 2032, soit prêt d’un tiers de effectifs.
Le renouvellement ne serait pas assuré et l’INRAP pourrait mettre en péril sa capacité opérationnelle. Enfin, c’est la direction de l’institut qui était montrée du doigt par les archéologues qui exigeaient « la fin d’une gouvernance malveillante et d’une organisation pathogène ». Sur les 320 archéologues de la section Occitanie – Paca et Corse, une soixantaine est basée dans le Gard.

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité