Actualités

BAGNOLS/CÈZE Une pétition contre la suppression de six postes au lycée Einstein

Représentant des élèves, l'association Trait d'union et les enseignants du lycée Einstein demandent d'une seule voix de ne pas baisser la dotation globale horaire du lycée, qui entraînerait le suppression de six postes. (Marie Meunier / Objectif Gard)
À la rentrée 2021-2022, le lycée Einstein devrait subir une importante baisse de dotation horaire globale dans son enseignement général. Environ 120 heures par semaine qui entraînerait la suppression de six postes d’enseignants. La mesure ne passe pas aux yeux des parents, des professeurs, des élèves, des syndicats et des élus. Une nouvelle pétition en ligne a été lancée jeudi.
À l'heure où nous écrivons ces lignes, 630 signatures ont déjà été recueillies. Le but étant d’en récolter le plus possible pour « avoir du poids » dans les négociations avec le rectorat. Une audience est prévue le 25 mars.
Cette pétition, c’est l’association de parents d’élèves Trait d’union qui l’a lancée avec des élèves et des enseignants non-syndiqués. Mais leur volonté est que chaque personne du territoire s’empare de ce sujet. « Le problème va au-delà du lycée, c’est tout le territoire qui est impacté », lance Valérie Baudouin, de l’association Trait d’union et représentante des parents d’élèves au conseil d’administration.
« Ça s’attaque à l’offre de spécialités qu’on propose aux élèves. On a la chance au lycée d’avoir 9 des 11 options proposées ce qui n’est même pas le cas de 5% des lycées français. Avec six postes en moins, on ne peut plus offrir toutes les spécialités. À termes, l’offre globale sera moins attractive », explique Valérie Baudouin. L’option "Sciences de l’ingénieur" ferait partie des matières menacées à cela près qu’elle constitue une porte d’entrée clé vers l’offre d’emploi disponible sur le bassin de vie où sont implantés entre autres Marcoule ou EDF Tricastin.

Des classes en sureffectif ?

Cette baisse de dotation horaire devrait également entraîner des suppressions de classes, « et donc des sureffectifs à venir », raisonne Nathalie Delagrange, professeure de Lettres et d’Histoire, élue au conseil d’administration. « Aujourd’hui, dans les classes, on est 36. Si on ne fait rien, on peut se retrouver à 38. Nous élèves, on va avoir du mal à solliciter notre professeur en cours », rebondit Baptiste Caffarel, représentant des élèves au lycée. Sans parler de la distanciation physique imposée par les mesures sanitaires...
Pour compenser cette baisse de dotation horaire, les professeurs titulaires pourraient être contraints à accepter de faire des heures supplémentaires. L’association Trait d’union et les professeurs déplorent le recours trop fréquent aux enseignants contractuels « au détriment de la stabilité des équipes » et souhaiterait que des heures de postes à temps complet soient créées à la place.
D’autant que ce système n’est pas forcément adapté à la situation géographique du territoire. Valérie Baudouin contextualise : « Le territoire du lycée est le nœud du problème. On est en bout de département, en bout de région. On est en bout de tout. Personne ne veut venir chez nous. Il faut que ce soit rentable pour les remplaçants et les contractuels de venir jusqu’à Bagnols, au niveau de leur trajet. »

« Ce combat qu’on mène aujourd’hui est celui de demain... »

Ce qui serait prévu par le rectorat, c’est que du côté lycée général, il y a aura une baisse de dotation horaire. Et du côté de la SEP (section d’enseignement professionnel), la dotation horaire restera la même, alors que selon l’association et les professeurs, elle est déjà déficitaire. C’est pourquoi, ils vont demander au rectorat d’augmenter la dotation horaire globale des deux sections. D’autant que pour l’heure, le nombre d’inscrits pour la rentrée 2021-2022 n’est pas encore connu.
Pour arriver à leurs fins, ils demandent à chaque personne du territoire de signer la pétition car « ce combat qu’on mène aujourd’hui est celui de demain, après-demain et des années suivantes ». Déjà plusieurs mobilisations ont été initiées par les syndicats depuis deux semaines. Du côté des lycéens, une autre pétition a été lancée qui a été signée par la quasi-totalité des délégués de classe. Les professeurs ont aussi envoyé une pétition au rectorat où plus de 110 d’entre eux ont signé sur 150 enseignants.

Marie Meunier

Pour signer la pétition, cliquez ici.
Lire aussi : https://www.objectifgard.com/2021/03/16/bagnols-ceze-journee-lycee-mort-a-albert-einstein/
https://objectifgard.goodbarber.app/blog/c/0/i/54599751/bagnols-ceze-suppressions-de-postes-au-lycee-einstein-le-syndicat-snes-appelle-manifester

Publicité
Publicité
Publicité

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité