ActualitésSociété

NÎMES Déshabiter la nature, penser et respecter le monde sauvage

Virginie Maris du CNRS (Photo CNRS).

Une conférence pour mieux comprendre et en visioconférence pour mieux entendre !

(Photo Wikimedia).
Les Escapades du muséum continuent en ligne. Le Musée d'histoire naturelle vous donne rendez-vous ce jeudi 18 mars à 18h pour comprendre les enjeux de la recherche avec comme thématique "Déshabiter la nature : penser et respecter le monde sauvage". Une conférence animée par Virginie Maris, philosophe de l'environnement. 

Comment habiter la nature sans la dénaturer ? Le projet d’habitation totale qui semble caractériser l’Anthropocène n’est-il pas incompatible avec l’idée même de nature ?
L’humain serait chez lui partout, du fond des océans aux confins de l’atmosphère. Il aurait, dit-on, laissé son empreinte à l’échelle de la planète tout entière. Les quelques espaces qui ne sont pas encore dominés par les activités humaines seraient réduites à des réserves intouchables qu’il s’agirait de préserver comme des reliques.
Dans cette proposition, nous essaierons de trouver une ligne de fuite, pour penser des formes d’interactions et de coexistence avec la nature qui demeurent discrète, respectueuses, s’apparentant davantage à une décolonisation du monde sauvage qu’à sa sanctuarisation ou son appropriation.

Virginie Maris du CNRS (Photo CNRS).
Cette conférence sera animée par Virginie Maris, directrice de recherche au CNRS. Elle travaille au Centre d’écologie fonctionnelle et évolutive (CEFE – UMR 5175) de Montpellier en philosophie de l’environnement. Ses travaux portent sur les enjeux épistémologiques et éthiques de la protection de la nature.
Elle est l’autrice d’une trentaine d’articles scientifiques sur la biodiversité, l’écoféminisme, les espèces non-indigènes, l’économie environnementale, les services écosystémiques ou la compensation écologique. Elle a publié Nature à vendre – les limites des services écosystémiques (Quae, 2014), Philosophie de la biodiversité – petite éthique pour une nature en péril (2de éd. Buchet-Chastel, 2016) et La Part sauvage du monde – penser la nature dans l’Anthropocène (Seuil, 2018).
Les prochains rendez-vous :

  • jeudi 15 avril "Evolution de la biodiversité : adaptation et activités humaines" par Pierick Labbé, professeur de biologie à l'université Montpellier
  • jeudi 20 avril "Exposer le vivant" par Perig Pitrou, anthropologue, directeur de recherche au CNRS
  • jeudi 21 juin "Les épidémies dans le passé" par Olivier Dutour, professeur à l'Ecole pratique des hautes études

La conférence se déroulera ce jour en direct via teams de 18h à 20h. La réservation est obligatoire par téléphone au 04.66.76.73.45. La procédure de connexion sera envoyée par mail aux inscrits.

Publicité
Publicité
Publicité

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité