A la uneGardNîmes OlympiqueSociété

FAIT DU SOIR Mister Renaud, taureau Ripart

Au centre, le taureau nommé Ripart. (Photo Boris Boutet)

Il a six ans, pèse 450 kilos et devrait sortir en course cette année pour la première fois sous son nom. Ripart, un taureau camargue de la manade bellegardaise Didelot, a été baptisé en hommage à l'emblématique footballeur du Nîmes Olympique. À l'aube de sa carrière, de grands espoirs sont placés en lui. 

À la manade Didelot, on aime les stars du ballon rond. Et les footballeurs sont souvent une source d'inspiration quand il s'agit de baptiser un taureau. "Je suis supporter de l'AS Saint-Étienne depuis mon enfance, justifie Daniel, éleveur depuis 1982. Alors, je me suis souvent amusé à rendre hommage à des légendes des Verts. Parmi nos meilleurs taureaux ces dernières années figurent notamment Larqué, Piazza ou Sablé." 

Plus récemment, et depuis son association avec l'éleveur Benjamin Bini, fan de l'OM, ce sont les joueurs marseillais qui ont la côte au sein de la manade bellegardaise. "On a appelé des taureaux Brandao, Sanson et Thauvin", explique ce dernier qui suit aussi de près les résultats du Nîmes Olympique.

Proche des deux manadiers, André Paillet, président du club taurin de Remoulins, est quant à lui un supporter inconditionnel des Crocos. "J'ai soufflé l'idée à la manade Didelot de nommer une bête Ripart, indique-t-il. C'est un joueur qui revendique son amour de la tauromachie, ce qui est de plus en plus rare chez les personnalités publiques. C'est une bonne chose pour nos traditions que quelqu'un comme lui se mouille pour nous."

Renaud Ripart entre Daniel Didelot et Benjamin Bini. (photo DR)

Et un juste retour des choses de baptiser un taureau à son nom. "Je l'ai contacté et il est venu à la manade, poursuit Benjamin Bini. Il a été emballé par l'idée et il est même venu le voir courir à Remoulins l'été dernier en course de Ligue. En course camarguaise, il s'agit des épreuves dédiées aux jeunes taureaux de moins de six ans. À ce niveau-là, ils ont simplement un numéro, le nom vient dans les catégories supérieures." 

Mais par sa vitesse et son intelligence, Ripart ne tarde pas à attirer les regards des spécialistes. "C'est un taureau très intéressant, s'enthousiasme Daniel Didelot. Il sait se placer et défend bien ses attributs. Il a réalisé une très belle saison et s'est fait remarquer parmi les taureaux de sa catégorie. Il était craint par les jeunes raseteurs."

Autant craint que Renaud - le footballeur - par les défenseurs de Ligue 1 ? À l'automne en tout cas, le meilleur buteur des Crocos a fait découvrir à ses coéquipiers Baptiste Reynet, Nolan Roux et Lucas Deaux la manade Didelot avec laquelle il entretient désormais une relation particulière. "Je me suis pas mal fait chambrer dans le vestiaire, rigole Renaud Ripart. Ils m'ont dit qu'il faisait plus peur que moi. Plus sérieusement j'ai été touché car je suis la course camarguaise depuis tout petit. Si on m'avait dit que je donnerais mon nom à un taureau, je ne l'aurais pas cru !" 

Espoir de la course camarguaise

Alors que le vice-capitaine du NO se bat pour maintenir le club en Ligue 1, Ripart démarre quant à lui sa carrière. Tout juste adulte, il doit disputer cette saison ses premières courses au Trophée de l'Avenir, l'équivalent de la 3e division de la course camarguaise. "La seule fois où je l'ai vu courir il a gagné la course, indique le footballeur. Il a un bon potentiel et je vais suivre sa carrière. S'il pouvait arriver jusqu'aux As ce serait super." 

"C'est un beau taureau qui a d'énormes qualités, souligne quant à lui André Paillet. Il risque de faire parler de lui dans les prochaines années. D'autant qu'avec son nom, il ne passera pas inaperçu. Les spectateurs des arènes fréquentent aussi souvent les stades de football." 

Attendu au Grau-du-Roi dimanche dernier, Ripart n'a pas pu montrer son potentiel sur la piste, la course ayant été annulée en raison de la crise sanitaire. Les Gardois devront donc patienter pour le découvrir. Peut-être dans les arènes de Sommières, où il est programmé le 16 mai ? Le même jour, Renaud et les Crocos disputeront leur avant-dernier match de la saison contre Lyon. Destins croisés ?

Boris Boutet

Publicité
Publicité
Publicité

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité