A la uneNîmesNîmes Olympique

FAIT DU JOUR Contre Strasbourg, le Nîmes Olympique est attendu au tournant

Au match aller, Ripart et les Nîmois ont raté un premier tournant. [Photo via MaxPPP]
Au match aller, Ripart et les Nîmois ont raté un premier tournant de leur saison. [Photo via MaxPPP]
Ce dimanche à 15 heures, le Nîmes Olympique (18e, 30 pts) reçoit le RC Strasbourg (14e, 36 pts). Un nouveau match décisif dans la course au maintien pour les hommes de Pascal Plancque qui ont gâché deux belles opportunités de prendre des points contre Saint-Étienne (0-2) et Brest (1-1). Les Crocos sont désormais attendus au tournant. 

L'exploit à Lille (1-2) avait suscité des espoirs. Bien que barragistes, les Nîmois abordaient le sprint final du championnat revigorés par une performance XXL. Après la trêve internationale, trois matches consécutifs contre des équipes situées juste devant eux au classement les attendaient, avec la possibilité de remettre dans la bataille pour le maintien des clubs que l'on pensait il y a peu définitivement envolés.

Oui mais voilà, les Crocos apathiques ont laissé Saint-Étienne composter son billet pour une nouvelle saison dans l'élite. À peine mieux en Bretagne une semaine plus tard, ils ne sont pas non plus parvenus à se rapprocher de Brest, que l'on imagine mal désormais s'écrouler au point de tomber dans la zone rouge d'ici la fin de saison. En pleine 33e journée de Ligue 1, la lutte pour le maintien semble à nouveau - et sans doute plus que jamais - prendre l'allure d'un match à trois entre Nantes, Lorient et Nîmes.

Maintenir la pression sur Strasbourg

Trois équipes qui croiseront le fer avec Strasbourg en cette fin de championnat. Des Alsaciens pas encore tout à fait sauvés, mais qui disposent d'un matelas de six points sur les Crocos et d'un calendrier plutôt favorable. "Si l'on gagne on fera une excellente opération, si l'on perd on aura pris un coup sur la tronche. Mais quoi qu'il arrive, il restera cinq matches à disputer et rien ne sera joué", veut relativiser l'entraîneur, Pascal Plancque. Il n'empêche, les Nîmois seraient bien inspirés de s'imposer dimanche. Pour passer devant Lorient, défait sur le fil à Marseille ce samedi (3-2), bien sûr. Mais aussi pour maintenir le Racing sous pression et concerné pour la fin de la saison.

Car du côté du Nîmes Olympique, le menu sera ensuite copieux, avec à affronter des équipes figurant toutes dans le top 12 du championnat, dont trois potentiels candidats aux places européennes : Lens, Lyon et Rennes. "Le calendrier ne veut pas dire grand chose, surtout avec les matches à huis-clos, tempère Pascal Plancque. Cette saison, tout le monde peut battre tout le monde et on le voit à chaque journée. En fin de championnat, des équipes qui ne jouent plus rien peuvent être libérées et donc très performantes, ou au contraire un peu démobilisées. On ne peut pas trop savoir." 

Ajorque VS Koné : deux buteurs, deux profils

Ce dimanche en tout cas, c'est une équipe strasbourgeoise pleinement concernée qui sera alignée aux Costières. Une formation qui présente quelques similitudes avec celle de Brest rencontrée la semaine passée. À commencer par un attaquant très athlétique et redoutable dans le jeu aérien. Si Mounié (1,90m) a été plutôt bien maîtrisé par la charnière Ueda-Landre, les défenseurs Crocos auront fort à faire face à Ajorque (1,97m), auteur de 12 buts cette saison et préservé la semaine dernière par son entraîneur Thierry Laurey.

Un avant-centre qui a l'habitude de briller contre Nîmes et qui avait martyrisé les hommes de Jérôme Arpinon au match aller. "Ce n'est pas le plus élégant des attaquants mais il fait peser une menace constante sur les défenses, analyse Pascal Plancque. D'une manière générale, Strasbourg est une équipe très athlétique. Elle nous est supérieure dans ce domaine."

Moussa Koné est en pleine bourre (Photo Anthony Maurin).

Mais les Crocos ont d'autres atouts à faire valoir, à commencer par Moussa Koné, quatre fois buteur lors des six derniers matches. Très en vue face à une arrière-garde brestoise souffrant d'un déficit de vitesse, l'attaquant sénégalais qui n'en manque pas aura face à lui une charnière strasbourgeoise présentant un profil similaire. "Il est plus efficace ces dernières semaines, mais il a encore du déchet dans son jeu, nuance son coach. Je suis convaincu qu'il peut progresser et nous aider davantage." 

Dans ce duel d'équipes appréciant la verticalité et les projections rapides vers l'avant, le rôle de ces deux avant-centres aux profils diamétralement opposés devrait être décisif. Mais pour faire briller le Croco en forme du moment, ses coéquipiers devront se montrer plus inspirés que lors de leurs deux dernières prestations, où une certaine fébrilité s'est parfois faite sentir. "Il faut parvenir à oublier le contexte et à se focaliser sur le contenu des matches, avance Pascal Plancque. Mais ce n'est pas facile car tout nous rappelle en permanence que le maintien est loin d'être acquis."  Il faudra s'y faire. Contre Strasbourg et jusqu'à la fin du championnat, la pression sera sur les épaules des Nîmois, attendus au tournant à plus d'un titre.

Boris Boutet

Le groupe retenu : Reynet, Nazih ; Guessoum, Meling, Ueda, Landre, Alakouch, Paquiez, Miguel, Ahlinvi, Fomba, Sarr, Deaux, Eliasson, Ferhat, Ripart, Benrahou, Roux, Koné Aribi. 

Le 11 probable : Reynet - Alakouch, Ueda, Landre, Meling - Deaux - Eliasson, Fomba, Ripart, Ferhat - Koné. 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité