ActualitésFaits DiversGard

AVIGNON Après la mort par balles d’un policier hier, les politiques gardois réagissent

Un policier a été tué en fin d'après-midi ce mercredi, dans le centre-ville d'Avignon. ©Isabelle Gaudin/Radio France/Maxppp - Isabelle Gaudin / Radio France / Maxppp, avignon 06/05/2021 Policier tué à  Avignon : des fleurs sur les lieux du drame rue du Rateau (MaxPPP TagID: maxradiofr019286.jpg) [Photo via MaxPPP]

Ce mercredi 5 mai en fin d'après-midi, un policier du Groupe départemental d’intervention de la sécurité publique du Vaucluse a été mortellement blessé par balles lors d'un contrôle dans le centre-ville d'Avignon. Un homme a été interpelé et placé en garde à vue. 

Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, s'est rendu sur place hier et a tenu un point presse vers minuit. La victime serait âgée de 36 ans et était père de deux enfants, indiquent nos confrères du Dauphiné libéré et de La Provence. Le drame a suscité une forte émotion au niveau national. Dans le Gard, plusieurs politiques ont réagi :

Jean-Yves Chapelet, maire de Bagnols-sur-Cèze. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Jean-Yves Chapelet, maire de Bagnols/Cèze, a indiqué sur Facebook : "Très ému par ce nouveau drame à quelques kilomètres seulement de chez nous. Un profond sentiment de tristesse et de colère alors qu'il exerçait ses missions du quotidien : lutter contre les trafics en tout genre et apporter son aide à nos concitoyens. L'uniforme est une vraie fierté, il est une nouvelle fois attaqué et c'est un homme qui ce soir est allé au bout de son engagement. Soutien plein et entier à sa famille, ses collègues comme à nos forces de l'ordre Bagnolaises. On ne vous lâchera pas !"

Laurent Burgoa, sénateur du Gard. (photo Objectif Gard)

Le sénateur du Gard, Laurent Burgoa, a aussi commenté : "Je soutiens nos policiers, nos gendarmes, nos pompiers qui sont souvent la cible d'agressions inadmissibles et intolérables. Je pense, suite au dramatique décès du policier d'Avignon, à ces élus, personnalités de la société civile qui critiquent nos forces de l'ordre régulièrement. Après ces faits, leur silence est assourdissant !!! C'est ma façon de rendre hommage à cet agent de la Police nationale tué dans l'exercice de ses fonctions."

Françoise Dumas, députée de la 1re circonscription du Gard.

La députée de 1re circonscription du Gard, Françoise Dumas : "Nos forces de l’ordre sont à nouveau endeuillées par le décès d’un policier, tué à Avignon dans l’exercice de ses fonctions, au service de son pays. Mes premières pensées vont vers sa famille, ses proches et l’ensemble de ses collègues qui assurent notre protection au quotidien."

Gilbert Collard en direct sur Cnews le lendemain du drame à Avignon. (capture d'écran)

Le député européen, Gilbert Collard, est intervenu en direct sur la chaîne Cnews ce matin : "Je suis consterné, j'ai beaucoup de peine. On est arrivé au-delà des mots. J'ai l'impression que ceux qu'on emploie sont vides et creux. Il y a la réalité de la mort et du deuil, il faut penser à cette famille, à ces gosses, à cette compagne à qui il a fallu annoncer que le père est mort. [...]" Il ajoute : "C'est bien que l'image du policier est devenu une cible et que tous les mécanismes de la psycho criminalité font que tuer une flic aujourd'hui, ce n'est rien pour ces gens-là. C'est un travail colossal qu'il faut faire. Il faut reconstruire dans le respect absolu l'image du policier, l'identité institutionnelle du policier à la fois à l'intérieur et à l'extérieur de l'institution, dans les tribunaux, dans les médias, dans les débats. Le ministre parle de "guerre", qu'ils donnent les moyens guerriers aux policiers. [...]"

Le maire de Laudun-l'Ardoise Yves Cazorla (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Yves Cazorla, maire de Laudun-l'Ardoise : "C'est un terrible drame qui touche la Police nationale. Un policier, père de deux petites filles, a perdu la vie lors d'une opération anti-drogue ce soir à Avignon. Mes pensées vont à sa famille, à ses proches et à la grande famille de la Police nationale à nouveau endeuillée."

Pascale Bories, maire de Villeneuve-lez-Avignon. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Pascale Bories, maire de Villeneuve-lez-Avignon apporte son soutien le plus total à la famille du policier, ses proches, ses collègues ainsi qu'aux forces de l'ordre dans leur ensemble : "Ces derniers, trop souvent lâchés, critiqués voire lynchés par certains, agressés par des groupuscules et des lâches sans foi ni loi, cibles des terroristes et des petits caïds impunis, méritent bien au-delà des discours et des hommages des moyens et matériels pour faire ce pourquoi ils s'engagent : nous protéger sans risquer leur vie."

Anthony Cellier, député de la 3e circonscription du Gard. (photo Thierry Allard / Objectif Gard)

Anthony Cellier, député de la 3e circonscription du Gard : "En premier lieu, mes pensées vont à la famille, les enfants, les proches du policier, mortellement blessé, hier soir, à Avignon, en intervention. Je pense aussi à l’ensemble de ses collègues et la famille de la Police nationale, durement touchée et à nouveau endeuillée. J’ai un profond respect pour nos forces de l’ordre et l’immense travail qu’elles fournissent, au quotidien, dans des conditions difficiles, mettant en jeu leur vie pour notre sécurité. Nous menons une lutte contre le trafic de stupéfiants, une guerre, à tous les niveaux, avec un engagement total des policiers et des gendarmes et des moyens supplémentaires. Le trafic de drogue est une pieuvre, qui gangrène nos quartiers et qui s'insinue partout, dans nos centres-villes comme dans nos villages. Nous devons nous attacher à la démembrer point de deal par point de deal et la traquer jusque dans ses moindres repaires."

Articles similaires

2 commentaires

  1. La situation que nous subissons est la conséquence d’années de politiques irresponsables.
    La seule façon de rendre hommage aux victimes du terrorisme, des voyous, est de prendre et d’appliquer des mesures d’exception.
    Commençons par assécher l’une des sources de l’insécurité >>> l’immigration sauvage. Que font des Tchétchènes, des Albanais, des Maghrébins, des Somaliens, des Maliens … en France, sans invitation ?Stop les visas pour de faux travailleurs, de faux étudiants, de faux réfugiés, de faux mineurs, de faux touristes et du regroupement familial qui s’ensuit.
    Continuons par expulser les étrangers en situation irrégulière et les indésirables.
    Pour les autres il y a l’éloignement, le rééducation, la prison …
    Et finissons par espérer que les Français prennent enfin, eux aussi, leurs responsabilités.

  2. Mon premier commentaire n’ est pas passé. Il est difficile de témoigner avec son vécu quand ça en va pas dans le sens du politiquement correct . Je suis donc, a minima , d’ accord avec le commentaire de Thierry Jacob .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité