A la uneAlès-Cévennes

FAIT DU JOUR Les casquettes d’un Grand-Combien piquent le cœur des Marseillais

Les créations de Rayane Saïdi font la fierté du conseil municipal grand-combien. (Photo Corentin Migoule)
En suédine ou en coton, les créations de Rayane Saïdi font la fierté du conseil municipal grand-combien. (Photo Corentin Migoule)

"Cœur piqué", la marque créée par Rayane Saïdi, un habitant de La Grand-Combe, séduit de plus en plus de jeunes de la cité phocéenne. Portées par des stars du rap telles que Naps ou SCH, les casquettes se vendent comme des petits pains à Marseille à tel point que le jeune cévenol va y ouvrir un magasin sur le Vieux-Port. 

Le 19 mai prochain, Rayane Saïdi aura pignon sur rue à Marseille. Et pas n'importe où ! "Sur le Vieux-Port, à deux pas de l'Hôtel de ville", se réjouit celui qui a grandi et vit toujours à La Grand-Combe. Sa boutique "Cœur piqué" va en effet ouvrir ses portes au public. Il faut dire qu'en un rien de temps, le jeune homme âgé de 21 ans a fait du chemin ces derniers mois.

Peu féru des bancs de l'Éducation nationale quittés dès l'âge de 16 ans, le petit dernier - "le plus foufou" - d'une fratrie de cinq enfants a abandonné son poste en restauration pour s'adonner à ses passions. Parmi elles, la mode, occasionnant un séjour logique à Paris il y a quelques mois. "C'est là-bas que je me suis vraiment convaincu qu'il fallait que je me lance en créant ma marque", rembobine Rayane Saïdi. Le voyage, "c'est la meilleure inspiration", revendique celui qui se décrit comme "un vagabond".

Rapidement, le Grand-Combien opte pour la casquette, un accessoire qui agrémente la plupart de ses sorties depuis plusieurs années même s'il ne trouvait pas toujours le modèle à son goût : "Sur le marché, il n'y avait pas de casquette qui me plaisait vraiment. Donc j'ai d'abord créé des casquettes qui me plaisaient vraiment avant de faire en sorte qu'elles ne plaisent aussi aux autres."

La boutique Cœur piqué de Rayane Saïdi va ouvrir ses portes le 19 mai au 50 rue du Lacydon à Marseille. (Photo DR)

Ce dernier voulait un logo en adéquation avec le nom de sa marque Cœur piqué. "J'ai donc dessiné un cœur piqué d'une flèche", explique simplement le jeune homme en se marrant. Le Cévenol dit avoir contacté "une cinquantaine d'usines" avant de trouver la bonne, celle avec laquelle il collabore aujourd'hui sans pour autant la nommer. De l'abnégation au service de la passion pour faire naître un nombre incalculable de modèles et de coloris différents : "J'essaie de sortir une nouvelle collection tous les trois mois pour qu'il y en ait pour tous les goûts."

S'il se cantonnait dans un premier temps à son entourage proche et à quelques connaissances, le succès devient fulgurant à l'automne dernier lorsque le célèbre rappeur SCH, l'un des plus gros vendeurs de disques de la scène urbaine (63 800 ventes en une semaine pour son dernier album JVLIVS : Tome 2, NDLR) est aperçu sur un live Youtube avec une casquette Cœur piqué vissée sur la tête. "Il faut savoir que depuis le début, c'est à Marseille que je vends le plus", retrace Rayane Saïdi sans pouvoir l'expliquer. Et d'enfoncer : "SCH a vu un jeune avec ma casquette. Elle lui a plu donc quand on l'a su on lui a fait livrer plusieurs modèles."

Le rappeur Naps, révélé en 2017 avec son album Pochon bleu, double disque de platine, et dernièrement remarqué dans le clip phénomène Bande organisée, a lui aussi été identifié comme un porteur régulier de la marque du Grand-Combien. Son dernier fait d'arme, et pas des moindres, est à mettre au crédit d'un autre rappeur. Gims pour ne pas le nommer. Le pensionnaire de la Sexion d'assaut, suivi par près de 3 millions de fans sur Instagram, s'est affiché avec un ami portant une casquette cévenole devant son jet privé sur l'un de ses derniers posts.

Un ami de Gims s'affichant sur les réseaux avec une casquette Cœur piqué. (Photo Instagram Gims)

Une publicité hors du commun pour celui qui, sans en connaître le chiffre exact, a vendu "plusieurs milliers d'exemplaires". Si la production de tee-shirts, de pulls et de parfums frappés du logo Cœur piqué sont déjà d'actualité, des bobs, autres gadgets très en vogue chez les jeunes car plébiscités par la mouvance urbaine, sont aussi envisagés.

Enchanté mais pas rassasié, celui qui a toujours eu le soutien de ses parents ne l'ayant "jamais limité dans ma folie et toujours laissé penser que c'était possible", se verrait bien, en plus de sa boutique sur le Vieux-Port, "avoir des bureaux sur Alès pour disposer d'un vrai lieu de travail" afin de laisser libre cours à sa créativité. Symbole de son attachement aux Cévennes qu'il n'entend pas quitter de sitôt, pour le plus grand bonheur de la municipalité grand-combienne qui, par l'intermédiaire de Sébastien Migliore notamment, veut chaperonner sa réussite.

"On l'a vu grandir et aujourd'hui on sent qu'il est dans un moment où il a besoin d'être accompagné pour se développer", remarque l'adjoint à la mairie, nommant au passage un certain nombre de "talents issus de La Grand-Combe qui ont bien réussi dans la vie". Ainsi, pour encadrer ces pépites, Sébastien Migliore œuvre à la création d'un campus, sorte d'"outil pédagogique" pour les soutenir. Et Rayane Saïdi devrait en être la tête de gondole : "Ce que j'aime chez lui, c'est qu'il n'a pas de limites. Aujourd'hui pour réussir dans la vie, il ne faut pas en avoir", achève le conseiller municipal.

Corentin Migoule

Plus d'informations sur le site internet de la marque ou sur la page Instagram cœur.pique. 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité