ActualitésAlès-CévennesCulture

ALÈS Julie Gayet star de l’acte 1 du festival de cinéma Itinérances

Julie Gayet.
De gauche à droite, Denis Lafaurie, directeur du Cratère, Antoine Leclerc, délégué général du festival, Christophe Rivenq, président d'Alès Agglomération, et Julien Camy, nouveau président du festival. (Photo Corentin Migoule)

À moins d'une semaine du lancement de la 39e édition du festival Itinérances, ses organisateurs ont présenté le programme complet d'un rendez-vous qui marque le retour du secteur culturel à Alès après des mois de purgatoire. La comédienne Julie Gayet en sera l'une des têtes d'affiche.

"C'est un ouf de soulagement de voir la vie culturelle reprendre, quelques jours après celle des terrasses." Ces mots de Christophe Rivenq, président d'Alès Agglomération, illustrent à merveille l'atmosphère qui régnait ce mardi matin dans la salle flambant neuve du forum, au cœur de la médiathèque Daudet d'Alès, lieu choisi par les organisateurs du festival de cinéma Itinérances pour en présenter la programmation complète à la presse.

Alors que son équipe "ronge son frein" depuis deux ans après l'annulation en 2020 et le report de l'édition 2021 initialement prévue en mars, Julien Camy, nouveau président de l'association du festival de cinéma d'Alès, n'a pas caché son bonheur de voir enfin "les écrans se rallumer avec du public dans les salles". Aussi, le dernier nommé a rendu hommage à Denis Lafaurie, directeur du Cratère depuis 1992 et qui va passer la main le 1er octobre prochain : "Denis est un formidable camarade de lutte pour la culture depuis plus de 30 ans."

Une jauge limitée à 35%

À l'aube de son dernier festival "dans le rôle de directeur du Cratère", ce dernier vient d'ailleurs de trouver un accord pour une sortie en douceur avec le collectif d'intermittents qui occupait la scène nationale depuis le 16 mars dernier, et dont la présence a un temps menacé la tenue de la 39e édition d'Itinérances. "Ils ont revu leur copie pour que le festival puisse avoir lieu", a salué Antoine Leclerc, délégué général de l'événement.

Les occupants du Cratère, qui ont longtemps milité pour la réouverture des lieux de culture, auraient été bien mal inspirés d'empêcher le maintien d'un rendez-vous qui réunissait - à l'époque où le Covid n'existait pas - plusieurs milliers de personnes. Ces derniers, qui disent n'avoir "jamais eu l'intention de bloquer le festival", ne mettent pas pour autant fin à leur lutte, essentiellement articulée autour de la réforme de l'assurance chômage, et se cherchent un nouveau point de chute.

Parce que "la culture est obligatoire" aux yeux de Christophe Rivenq, elle reprendra ses droits dès le 1er juin avec le début du premier acte de la 39e édition du festival Itinérances. Cette première salve sera malgré tout "très fortement impactée par les mesures liées à la crise sanitaire" avec un couvre-feu à 21 heures et une jauge limitée à 35% jusqu'au 8 juin, avant un passage à un couvre-feu à 23 heures et une jauge à 65%, le 9 juin.

Si une soixantaine d'invités sont attendus durant ce premier acte dont le réalisateur Yves Jeuland, "que l'on retrouvera aussi en juillet puis à l'automne", la carte blanche offerte à la comédienne Julie Gayet apparaît comme son point d'orgue. La réalisatrice de 48 ans, "très sensible à la place des femmes dans le cinéma", y présentera son dernier documentaire intitulé FilmmakErs dans lequel - justement - elle interroge des femmes cinéastes.

"Beaucoup d'avant-premières et de grosses surprises"

Aussi, Fabcaro, qui n'est autre que l'auteur de l'affiche de la 39e édition du festival, présentera en avant-première son film coup de cœur Le Discours de Laurent Tirard. Le dessinateur à qui l'on doit l'album Zaï zaï zaï zaï, "vendu à plus de 300 000 exemplaires", aura, comme Jackie Berroyer, "carte blanche". En véritable touche-à-tout, le septuagénaire dévoilera un programme de courts-métrages ainsi que "l'impressionnant film" de Fabrice du Welz, et dont Antoine Leclerc espère que le titre - Calvaire - "ne ressemblera pas à l'édition 2021".

Depuis les salles de la médiathèque Daudet, du Cinéplanet, du Capitole ou du Cratère, "une cinquantaine d'avant-premières" seront à visionner cette année, dont le vibrant La Troisième guerre avec Leïla Bekhti. Les 2 Alfred, une comédie de Bruno Podalydès dans laquelle officie Denis Podalydès, son frère cadet, occasionnera la venue du premier cité à Alès, "30 ans après sa dernière visite". Un passage par la capitale des Cévennes qui s'explique par le partenariat de longue date entretenu entre le festival Itinérances et la chaîne culturelle Arte qui produit le film.

Enfin, alors que la suite du programme estival et automnal sera connue au fil de l'eau, les organisateurs ont mis l'accent sur la programmation à destination d'un jeune public avec pas moins de 35 séances qui ont déjà trouvé plus de 3 500 acquéreurs en ligne. Une billetterie exclusivement numérique pour réserver sa place à l'avance, voici "le gros changement" du festival "en raison du contexte sanitaire et pour faciliter l'accès aux salles", a justifié Julien Camy. En guise de compensation, le nouveau président de l'association organisatrice prévoit "plein de grosses surprises", à commencer par une avant-première "exceptionnelle" le 1er juin à 18 heures.

Corentin Migoule

Plus d'informations et programme complet à retrouver sur le site officiel de l'événement.

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité