ActualitésÉducationNîmes

NÎMES Épreuve anticipée de Français : les lycéens encouragés par la rectrice d’académie

Sophie Bejean, rectrice d'académie (Photo Corentin Corger)
Sophie Bejean a procédé à l'ouverture des sujets juste avant le début de l'épreuve (Photo Corentin Corger)

Ce jeudi après-midi, une classe de Première du lycée Albert-Camus situé à Nîmes a reçu la visite de Sophie Bejean. La rectrice d'académie de Montpellier a souhaité apporter son soutien aux élèves avant de plancher pendant quatre heures sur l'épreuve anticipée de Français. 

En cette journée particulière pour les lycéens qui marque le début des épreuves du baccalauréat, la rectrice d'académie de Montpellier, Sophie Bejean, était en visite à Nîmes. Non pas pour rencontrer des Terminales qui participaient à l'épreuve de philosophie ce matin, mais pour encourager une classe de Première du lycée Albert-Camus de Nîmes en début d'après-midi.

Juste avant de plancher pendant quatre heures sur l'épreuve anticipée de Français, les élèves ont eu droit à quelques mots de soutien de la part de la rectrice (voir ci-dessous en vidéo). Pas sûr que cela leur ait donné de la motivation avant de choisir entre la dissertation ou le commentaire. Pour cette édition 2021 particulière en raison de la pandémie, l'Éducation nationale a mis en place deux sujets au choix.

Pour le bac général, le commentaire (sur 20 points) portait soit sur "La poésie du XIXe au XXIe siècle", soit sur "Le roman et le récit du Moyen Age au XXIe siècle". Quant à la dissertation, trois sujets étaient au choix sur l'objet d'étude "La poésie du XIXe au XXIe siècle" et trois autres sujets sur "Le théâtre du XVIIe siècle au XXIe siècle. Pour l'oral de Français, le nombre de textes à étudier a été réduit : de 20 à 14 pour la voie générale et de 12 à 7 pour la voie technologique.

Un examen modifié avec la prise en compte pour la plupart des matières des notes en contrôle continu. Mais pour les épreuves à passer, les élèves sont-ils prêts ? "La France est le pays d'Europe qui a décidé de maintenir le plus possible les établissements ouverts. Notre pays a su néanmoins s'adapter avec un suivi pédagogique. Les élèves ont pu se préparer, assure Sophie Bejean, qui poursuit : "il s'agit d'un bac particulier mais sa qualité est attestée, ce diplôme aura toute sa valeur nationale."

La nouveauté de ce baccalauréat c'est aussi l'instauration du grand oral avec cinq minutes de présentation, dix minutes d'échange avec le jury et cinq minutes sur le projet professionnel de l'élève. La visite de Sophie Bejean était également dédiée à rendre hommage à Hélène Ghesquière, l'emblématique proviseure de Camus depuis 2013 qui tire sa révérence à la fin de l'année et vit donc sa dernière session d'examens.

Corentin Corger

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité