ActualitésPolitique

DÉPARTEMENTALES Calvisson : la Gauche face au RN, pas de consigne de vote à Droite

À Gauche, le binôme Giannaccini-Larroque revendique son ancrage territorial
Au centre, le binôme Giannaccini-Larroque revendique son ancrage territorial (Photo : Coralie Mollaret)

Au premier tour des élections départementales, le duo de Gauche Giannaccini-Larroque arrive loin devant le RN avec 42,85%. Mais rien n’est joué d'avance… La clef du scrutin de dimanche réside dans le report des voix des électeurs de la Droite républicaine. 

De la joie mêlée de prudence. C’est ce que ressent la candidate Maryse Giannaccini arrivée en tête du premier tour des élections départementales. La sortante prouve avec son binôme qu’elle est capable de reprendre le flambeau de Christian Valette, son ex-coéquipier qui a pris sa retraite politique. « Je suis contente du résultat mais on ne fait pas de triomphalisme », prévient l’élue sortante.

Avec 42,85% des suffrages, le duo Giannaccini-Larroque arrive dix points devant le Rassemblement national, incarné par l'ancien candidat du parti de Marine Le Pen aux municipales de Nîmes sur la liste de Yoann Gillet, Owen Godard, et par l'attachée parlementaire de Nicolas Meizonnet, Sherley Stobiac. Toutefois rien n’est joué pour le second tour. La clef du scrutin résidant dans le report des voix de la Droite républicaine. 

Pas de consigne de vote à Droite

Soutenus par Les Républicains, l’élue d’opposition de Saint-Dionisy, Éline Liron, et le maire de Saint-Geniès-de-Malgoirès, Jean-François Durand-Coutelle, ont recueilli 20% des voix. « Un score honorable », commente Éline Liron qui ne donnera aucune consigne de vote. « Je suis sur la même ligne que Marc Taulelle à Nîmes. Les voix des gens ne m’appartiennent pas. Et puis, je vote sur le canton de Saint-Gilles et moi, je voterai Eddy Valadier. » La Droite a-t-elle définitivement abandonné le fameux « Front républicain » ?

Aux élections départementales de 2011 (sur l’ancien canton de Sommières) Éline Liron s’était retirée au profit de Christian Valette, dans une triangulaire avec le Front National d'alors : « Aujourd’hui les choses ont clairement changé. Christian Valette était quelqu’un que j’appréciais. » Et de conclure : « Si je suis partie aux élections, c’est pour incarner les valeurs de la Droite républicaine ». Et pour ne pas laisser le champ libre à l'extrême-Droite ?

CM

coralie.mollaret@objectifgard.com 

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité