A la uneBagnols-UzèsPolitique

DÉPARTEMENTALES Bagnols/Cèze : RN et Gauche à couteaux tirés

Les candidats du RN Corine Martin et Jean-Louis Morelli, accompagné du maire de Beaucaire Julien Sanchez, et les candidats de la Gauche Alexandre Pissas et Sylvie Nicolle (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Ce dimanche, les électeurs du canton de Bagnols auront le choix entre les candidats du Rassemblement national et ceux de la Gauche. Les deux binômes encore en lice ont donné leur conférence de presse ce mercredi, à quatre jours d’un second tour qui s’annonce serré. 

« Je fais le tour des cantons gagnables, et je pense que Bagnols est un canton gagnable » : les mots sont signés du maire RN de Beaucaire, Julien Sanchez. Ici, le RN de Corine Martin et Jean-Louis Morelli est arrivé en tête dimanche avec près de dix points d’avance sur les sortants de gauche Alexandre Pissas et Sylvie Nicolle (36,52 % des voix contre 27,31 %).

Pour le RN, il s’agit donc de transformer l’essai, chose qu’il n’a jamais réussi jusqu’à maintenant sur ce territoire où il réalise pourtant de gros scores. En 2015, dans une situation sensiblement identique et même plus défavorable pour la Gauche, le binôme Pissas-Nicolle l’avait finalement emporté.

Les candidats du RN sur la canton de Bagnols Corine Martin et Jean-Louis Morelli autour du maire de Beaucaire Julien Sanchez (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

« Oui, mais tout le monde a pris six ans, et tout le monde dit qu’Alexandre Pissas est à bout de souffle et ne sert à rien, attaque le maire de Beaucaire. Il faut être cohérent, s’il ne sert à rien, comme le dit le maire de Bagnols, alors mettons d'autres personnes à sa place. » Le sortant est présenté comme un cumulard, « ses multiples mandats lui font courber le dos », grince Corine Martin, qui affirme qu’Alexandre Pissas aurait « abandonné » son canton. Jamais Sylvie Nicolle n’est citée. 

On le voit, le RN joue l’attaque, et même les attaques face à la Gauche, à qui il reproche d’avoir « augmenté la taxe foncière de 10 % sur le dernier mandat », avance Julien Sanchez. Les candidats du parti d’extrême-Droite réaffirment, comme depuis le début de la campagne, qu’ils seront « des élus de proximité », à l’écoute des maires et sans cumul. Jean-Louis Morelli veut croire que le RN va récupérer des voix « dans les petits villages », et en appelle à la mobilisation des électeurs. « Allez voter, essayez-nous ! », lance Julien Sanchez, estimant que la seule alternative à la Gauche est le RN, puisque « la Droite est out ».

Si le RN a choisi d’attaquer la Gauche, la Gauche n’est pas en reste. « Au premier tour, nos adversaires étaient la Droite et LREM, et l’ennemi le RN, lance Alexandre Pissas. Pour le deuxième tour, nous lançons un appel à toutes les formations politiques républicaines. » Et voici comment le binôme de la Gauche a enregistré le soutien des candidats éliminés au premier tour Christian Roux et Marie-Françoise Combin, ou encore celui du président de l’Agglo du Gard rhodanien Jean-Christian Rey et du maire de Bagnols, Jean-Yves Chapelet. Ce même Jean-Yves Chapelet qui allumait Alexandre Pissas il y a quelques jours. Le front républicain produit ses effets. 

Alexandre Pissas et Sylvie Nicolle martèlent qu’ils s’inscrivent pleinement dans la majorité sortante et son manifeste, ainsi que dans l’union de la Gauche. « Cette union nous a fait nous sentir plus forts », note Sylvie Nicolle. Elle n’a cependant pas contré l’abstention : 66,6 % sur le canton et 71,8 % à Bagnols. « C’est énorme, et je sais que des gens qui nous sont proches, qui m’avaient assuré de leur soutien ne sont pas allés voter. J’en ai la preuve matérielle », avance le conseiller départemental sortant. Alors le binôme compte mobiliser dans les quelques jours qui nous séparent du second tour.

Les candidats de la Gauche sur le canton de Bagnols Alexandre Pissas et Sylvie Nicolle (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Sylvie Nicolle insiste quant à elle sur l’aide aux communes par le Département. « Si nous sommes élus elle sera maintenue, c’est très important pour toutes les communes rurales qui sinon ne peuvent pas avoir de projets. » Le maire du Pin Patrick Palisse, présent dans la salle, confirme. 

Reste que le RN est encore loin devant, comme en 2015. « Mais en 2015 nous avions 20 % et le RN 37 %, rappelle Alexandre Pissas. Cette fois nous avons 27 % et le RN un peu moins de 37 %, ça ne veut pas dire qu’on a gagné, mais en théorie on est moins en difficulté, je suis d’un optimisme mesuré. » Et Alexandre Pissas de prévenir : « Si le RN gagne le canton, avec une majorité départementale qui a de grandes chances d’être de la même tendance qu’aujourd’hui, Bagnols aura des conseillers départementaux en marge de la politique du Département, ce qui a forcément des conséquences, ça fera tache. » 

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité