A la uneActualitésBeaucaire

FAIT DU JOUR Au fil de ses publications, la Tiktokeuse gagne en assurance

Maeva V. Batista, 21 ans, est devenue en quelques mois, une influenceuse de poids sur Tik Tok. (Photo : S.Ma/ObjectifGard)

La Beaucairoise Maeva V. Batista, 21 ans, compte à ce jour 717 000 abonnés sur le réseau social TikTok. Un chiffre qui ne cesse d’évoluer au fil de ses publications. Rencontre.

Il est parfois difficile de capter le regard de la jeune femme âgée de 21 ans. Ses yeux sont sans cesse braqués vers son compagnon, Renatto Salerno, 24 ans. « C’est lui qui m’a poussé à me lancer en tant qu’influenceuse. Il m’a aidé à accomplir mon rêve« , lâche la Beaucairoise. Maeva V. Batista surnommée Chamaelloow sur Tik Tok, compte aujourd’hui plus de 700 000 abonnés, elle vise les un million voire plus si affinité. Mais avant d’en arriver-là, à ces photos et vidéos postées sur les réseaux sociaux, la jeune femme a dû surmonter sa timidité, réagir face à la solitude.

Maeva V. Batista, 21 ans, est devenue en quelques mois, une influenceuse de poids sur Tik Tok. (Photo : Stéphanie Marin/Objectif Gard)

Maeva se souvient de son adolescence solitaire, « personne ne voulait être ami avec moi. » À 14 ans, elle découvre Facebook, et cette opportunité, grâce à quelques clics que l’on nomme des likes, de multiplier les rencontres pour créer des liens d’amitié. Des rencontres, des liens virtuels certes, mais à l’époque, la jeune fille ne s’en préoccupait guère. Puis, en avril 2018, elle s’abonne à Instagram et poste des contenus en mode fitness.

Vient ensuite et tout logiquement pour les adeptes des réseaux sociaux, Tik Tok. L’application mobile compte 6 millions d’utilisateurs en France, c’est la star du moment. « Avant Tik Tok, c’était Musicali. J’ai ouvert trois fois un compte. J’étais très mal à l’aise, je n’avais pas confiance en moi. Je n’osais pas. Je suis à la base quelqu’un de très réservée. Généralement, je ne parle qu’aux gens de confiance« , assure la Beaucairoise. Mais Maeva a trouvé le courage d’aller au bout de son envie dans les yeux de Renatto.

Maeva a collaboré avec des marques telles que L’Oréal, Maybelline, Caudalie, etc. (Photo : DR/)

Au tout début, la Tiktokeuse n’avait pas de thème privilégié. « Je racontais ma vie avec des « acting », des situations que j’avais vécues. C’était plutôt drôle. » Elle s’est ensuite lancée dans le maquillage « alors qu’à ce moment-là, je ne me maquillais pas« . Pas de quoi la décourager, Maeva apprend, peaufine, progresse, s’applique. C’est aussi ça « l’influence ». « On pense que c’est un univers artificiel et je peux comprendre qu’on puisse le penser. On nous voit tout le temps sur notre téléphone à faire des photos, des vidéos. Mais c’est aussi beaucoup de travail. Il faut savoir gérer son compte, savoir quand et quoi poster, comprendre algorithme des réseaux. J’ai développé des compétences en marketing, en communication« , commente la jeune femme.

Son implication, sa persévérance ne sont pas restées sans résultat. Chamaelloow a décroché des partenariats avec des grandes marques : Maybelline, L’Oréal, Caudalie, Fabletics, Shein, Paris Gloo Esthetic. Cette dernière collaboration a permis à la Beaucairoise d’en finir avec son plus grand complexe. « J’avais encore moins de poitrine que lui, s’amuse-t-elle en fixant son compagnon. Je me suis faite opérée et en échange, j’ai fait des publications pour montrer tout le processus. » Les partenariats se multiplient, à tel point qu’elle pourrait en vivre. Mais même si elle s’amuse tout en développant sa créativité, Maeva garde la tête sur les épaules et conserve son activité d’interprète en langue étrangère.

Des personnes étaient venues frapper à la porte de son appartement lorsqu’elle habitait dans le centre-ville de Beaucaire. (Photo : Stéphanie Marin/Objectif Gard)

La Beaucairoise est la première surprise de son succès. « Ce n’est pas rare qu’on m’arrête dans la rue. Je me souviens d’un attroupement qui s’était formé autour de moi alors que je faisais des courses ou d’une personne qui a pleuré en me voyant », lance-t-elle en riant. Un souvenir moins agréable lui revient à ce moment-là, cette fois où des personnes avaient frappé à la porte de son appartement situé en centre-ville de Beaucaire.

Depuis elle a déménagé. Ce désagrément n’a pas eu de conséquence sur sa volonté de poursuivre cette aventure hors norme qui lui a permis de gagner en confiance, en assurance et cela de clic en clic. Il lui reste encore du chemin à parcourir, la « tiktokeuse » en a bien conscience mais déjà des projets se présentent à elle, dont un important pour la télévision. À suivre.

Stéphanie Marin 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité