A la uneActualitésBagnols-UzèsEconomieÉducation

BAGNOLS/CÈZE Marie-Françoise Lecaillon : « Il faut combattre le trafic de stupéfiants »

Jean-Yves Chapelet et Anthony Cellier ont accompagné la préfète Marie-Françoise Lecaillon sur l'emplacement de la pyramide démolie récemment (Rémi Fagnon/Objectif Gard)
Marie-Françoise Lecaillon visite le quartier des Escanaux aux côtés de Jean-Yves Chapelet (à gauche) et Anthony Cellier (Photo Rémi Fagnon/Objectif Gard)

Ce vendredi 23 juillet, la préfète du Gard, Marie-Françoise Lecaillon, accompagnée du député de la 3e circonscription, Anthony Cellier, et du maire de Bagnols-sur-Cèze, Jean-Yves Chapelet, était en visite dans le quartier des Escanaux. Elle a ensuite signé une convention citoyenne contre l'insécurité en mairie et longuement échangé sur les travaux effectués par la commune.

Lors de cette visite, Jean-Yves Chapelet a d'abord évoqué la vétusté des logements sociaux. Ils sont actuellement rénovés avant d'en construire de nouveaux qui devraient permettre de rattraper le retard pris ces dernières années. Le cortège s'est ensuite dirigé vers l'ancienne salle de spectacle de la pyramide devant laquelle le maire de Bagnols-sur-Cèze explique à la préfète qu'il "faut reconstruire la pyramide au même endroit. Tout le monde connaît la pyramide, si on construit hors du quartier on l’isole et le ferme".

Jean-Yves Chapelet et Anthony Cellier ont accompagné la préfète Marie-Françoise Lecaillon sur l'emplacement de la pyramide démolie récemment (Photo Rémi Fagnon/Objectif Gard)

Les élus ont détaillé les projets en cours dans la commune comme la création d’une traversée en direction du square Marcel Pagnol, évitant ainsi de contourner l’actuel parking. Cette bande piétonne devrait s’étendre, selon Jean-Yves Chapelet, jusqu’à la nouvelle pyramide, au cœur même du quartier des Escanaux et l’école Jules Ferry. Pour le député Cellier, cela matérialise "le maintien du lien républicain avec les habitants". En effet, la situation dans le quartier est compliquée et les jeunes qui font des études supérieures ne sont pas assez valorisés, constate Jean-Yves Chapelet. Ce dernier s'interroge : "À quoi ça sert de faire des études si un jeune est payé au SMIC alors que son copain qui n’a pas poursuivi ses études est payé pareil ?"

Des travaux qui diminuent "la tension sociale"

Dans ce quartier où la plupart des habitants étaient des employés de Marcoule dans les années 60, 1M€ vont être investis par la commune pour continuer la rénovation débutée, il y a bientôt quatre ans, grâce à des subventions, notamment celles de l'état. "L’école Jules Ferry aura été entièrement rénovée en quatre ans", se félicite le maire de la ville. Il ajoute : "L’objectif est de monter trois groupes scolaires où on parlera anglais dès le CP et où on pourra faire du sport…".

Le quartier s’est ouvert au reste de la ville avec de nombreux aménagements, tels que l’agrandissement de la cour de récréation de l’école Jules-Ferry, le changement de la pelouse du stade Léo Lagrange, la construction d’un city stade… Ces travaux "ont permis de diminuer la tension sociale", selon les dires de l’édile bagnolais. "Il a fallu dialoguer avec les habitants, leur expliquer ce que l’on faisait et trouver des accords".

Les élus ont ensuite fait un point sur les nouvelles installations dans le quartiers des Escanaux. (Photo Rémi Fagnon/Objectif Gard)

Lorsque que l’on dépasse l’école Jules Ferry et le stade Léo Lagrange, on se retrouve à proximité du supermarché Carrefour Market. La préfète Lecaillon interroge sur la présence d’autres grands centres commerciaux dans la commune. Le maire répond que : " l’omerta longtemps présente sur la concurrence des grandes surfaces est désormais levée avec la présence de trois enseignes (Carrefour, Intermarché et Aldi) et l’arrivée prochaine de Lidl ".

Signature du dispositif de participation citoyenne

Les élus ont ensuite rejoint huit référents pour la signature d’une convention citoyenne basée sur l’entraide afin de diminuer les incivilités présentes à Bagnols-sur-Cèze. Les élus et la préfète étaient accompagnés par Jean-Pierre Sola, le directeur départemental de la sécurité publique.

Les élus ont ensuite signé avec la préfète la convention citoyenne (Rémi Fagnon/Objectif Gard)

Ce dispositif a été instauré par la circulaire du 22 juin. Il s’inscrit dans le cadre de la sécurité du quotidien pour renforcer le lien entre les élus, la population et les forces de l’ordre. Il doit permettre de développer une culture de la prévention de la délinquance, de favoriser le rapprochement entre les forces de l’ordre, les élus et la population et enfin d'améliorer l’efficacité des interventions et l’élucidation des infractions grâce aux informations transmises par les citoyens référents et les habitants.

"C'est normal de s'aider entre voisins"

En préambule, Jean-Yves Chapelet a rappelé que "cette convention faisait partie de son programme et de la lettre de mission de Mr Baume", l’adjoint chargé de la sécurité à la mairie de Bagnols-sur-Cèze. "Elle a pour but de compléter ce qui a déjà était mis en place contre les incivilités et renforcer les liens entre l’État, la police nationale et municipale". Le maire poursuit : "c’est un travail sur le quotidien et de dentelle. Le détail ne peut se faire que sur le terrain". 

Le député Cellier ajoute que "l’entraide entre les citoyens, les élus et la police est primordiale" et que "les élus sont là pour indiquer où sont les points sensibles". En plus de ce dispositif qui n’est qu’un maillon de la chaîne, l’arrivée de six policiers nationaux se fera en septembre. Ces hommes seront opérationnels à partir du mois d’octobre.

Jean-Pierre Sola n’a pas manqué de rappeler le rajout de caméras de vidéosurveillance dans les rues de la ville quand Marie-Françoise Lecaillon, elle, a remercié les citoyens pour leur engagement au même titre que celui des policiers. "L’objectif de cette convention est d’inciter les habitants à faire part de leur sentiment d’insécurité", poursuit la préfète. "Il faut combattre le trafic de stupéfiants. De nombreuses opérations ont lieu, le harcèlement envers les dealers doit continuer. La doctrine du ministère de l’Intérieur doit s’appliquer chaque jour", ajoute-t-elle en félicitant les différents acteurs pour le taux d’élucidation des affaires qui est particulièrement important à Bagnols-sur-Cèze (47 % environ).

Elle a enfin rappelé aux citoyens qu’ils "ne sont toutefois pas des policiers" et "qu’il faut faire attention au partage des rôles". Bernard, l'un des huit référents signataires, l'a bien compris :"c'est une attitude citoyenne de bon sens. C'est normal de s'aider entre voisins et de transmettre des informations. C'est notre rôle".

Rémi Fagnon

Articles similaires

Un commentaire

  1. Madame Lecaillon, dites-vous çà à Nimes…….car les habitants se plaignent de l’insécurité , en ont assez des incivilités ( saletés, bruits, rodéos , etc…. ) on nous entend, mais on ne nous écoute pas . De temps en temps, quelques actions sur le trafic de drogue, c’est tout……pas de suivi, rien . C’est désolant. Il faudrait quand même des actes corresponda,t à vos paroles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité