A la uneActualitésAlès-CévennesPatrimoine

VILLAGE DE CARACTÈRE Vézénobres la magnifique

Vézénobres. Photo Tony Duret / Objectif Gard
La tour de l horloge à Vézénobres. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Connaissez-vous les « Villages de caractère » du Gard ? Ce label distingue les communes de moins de 2 000 habitants aux charmes parfois méconnus qui regorgent pourtant de richesses patrimoniales et culturelles. Dans le cadre de ses rubriques estivales, Objectif Gard vous emmène dans les ruelles pittoresques de ces petits joyaux. Arrêt cette semaine à Vézénobres.

Comment ne pas tomber sous le charme de Vézénobres ? La destination fait partie des visites incontournables quand on arrive dans le bassin alésien et le village est certainement parmi les plus beaux du Gard. Bien que blotti aux portes des Cévennes et situé à 15 minutes d’Alès, il a l’étonnante particularité de ressembler aux bourgades du Lubéron qui attirent chaque année des milliers de visiteurs, à l’image de Gordes.

Florence Canel au sommet de Vézénobres. Photo Tony Duret / Objectif Gard
Florence Canel au sommet de Vézénobres. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Vézénobres est un magnifique village perché, dont le point culminant, au sommet de cette commune de 1 700 âmes, se situe à 219 mètres. Sous un soleil radieux, nous y sommes allés avec Florence Canel, la responsable communication de Cévennes Tourisme, également guide-conférencière, qui proposait à la mi-juillet une visite baptisée « Vézénobres, sur les traces d’un village de caractère » (*).

Une quinzaine de curieux, essentiellement des touristes, a répondu présent. Du haut de Vézénobres, tous admirent la magnifique vue sur les Cévennes voisines et le Mont Lozère qu’on distingue parfaitement en regardant à l’Est. Avant d’atteindre cet oppidum gallo-romain (un village fortifié qui se trouve sur les hauteurs, Ndlr), il a fallu grimper. Rassurez-vous, l’ascension est douce et agréable.

Sur le chemin de Régordane

Rendez-vous est donné à la Maison de la figue, l’emblème de la commune, et on s’engouffre dans les ruelles pavées de Vézénobres. Ici et là, au hasard de ce qu’on appelle une endroune (une venelle, Ndlr), on tombe subitement sur des panoramas à couper le souffle. Puis, on passe la première des cinq portes qui protégeaient le village des assaillants pour arriver rue du Porche, à la cour intérieure du château.

La fontaine à trois têtes. Photo Tony Duret / Objectif Gard
La fontaine à trois têtes. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Passionnée et passionnante, Florence Canel livre alors une multitude d’anecdotes sur les pierres, les bâtisses, la végétation et parvient, par ses récits, à plonger les visiteurs au cœur du Moyen-Âge. Sur la place de la mairie, à côté du restaurant « Au grenier d’Aladin », elle désigne ''la fontaine à trois têtes'', qui passerait certainement inaperçue auprès du simple marcheur. « Elle date de l’époque romane. Il y a un côté Picasso avec ses deux paires d’yeux et les trois visages », explique la guide. En relevant la tête, elle montre cette fois un cadran avec une inscription latine qui lui permet de proposer une énigme que nous ne dévoilerons pas. C’est aussi l’intérêt de la visite.

On emprunte ensuite la rue des Maisons romanes qui comptait beaucoup de commerces et d’échoppes. « Vézénobres se trouve sur le chemin de Régordane, un axe qui relie Le Puy-en-Velay à Saint-Gilles dans le Gard, poursuit-elle. C’était un chemin très emprunté au Moyen-Âge pour des raisons marchandes et religieuses. Les pèlerins se rendaient à l’abbatiale de Saint-Gilles. C’était aussi une manière de rejoindre Saint-Jacques-de-Compostelle. » Autre intérêt de Vézénobres : on passe d’un siècle à l’autre en quittant une voie très prisée des catholiques pour une ruelle plus discrète qui abrita la maison du célèbre chef camisard, Jean Cavalier. Chaque rue, chaque endroune, semble recouvrir un secret. Et pour les connaître un peu plus, rien de mieux que de visiter Vézénobres.

Tony Duret

* Deux autres visites guidées de Vézénobres sont prévues les lundis 2 et 16 août. Départ à 10h de la Maison de la Figue et du Tourisme. 4€ par adulte – 1€ pour les 12-18 ans et gratuit pour les -12 ans.

Vous pourrez retrouver cet article, comme bien d'autres, dans notre version papier d'Objectif Gard Le Magazine qui sortira en kiosque le 6 août prochain.

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité