A la uneCamarguePolitique

VAUVERT Pugilat au conseil : le maire menace de faire intervenir la police municipale

Entre majorité (en haut) et opposition (en bas), il y a de l'eau dans le gaz. (photo Boris Boutet)
Au cours de ce conseil municipal, la forme a pris le pas sur le fond. Le maire, Jean Denat, et Katy Guyot ont vivement répondu aux attaques de l'opposition. (photo Boris Boutet)

Ce lundi, pour son retour en salle Bizet, le conseil municipal de Vauvert s'est tenu dans une ambiance délétère. Entre le maire, Jean Denat, et son opposition, le ton est monté à plusieurs reprises. S'estimant systématiquement rabaissée par ce dernier, Sandrine Rios s'est montrée particulièrement virulente. Le calme est finalement revenu après que Jean Denat a menacé de faire intervenir la police municipale. 

Il y a des soirs comme ça où les choses tournent mal. Avant même le traitement de l'ordre du jour, le ton monte. N'appréciant guère la réponse ironique de Jean Denat à Jean-Pierre Gusaï concernant une décision du maire, Sandrine Rios s'emporte : "À chaque conseil vous nous dénigrez et nous faites des réflexions. Vous nous agressez systématiquement et pourrissez ce mandat. Vous êtes un tyran ! Heureusement, toute votre équipe n'est pas comme vous et je remercie certains de vos conseillers qui nous ont soutenus." 

"Vous êtes grossière en permanence. N'essayez pas de diviser notre équipe, réplique aussitôt Jean Denat. Nos affaires se règlent aujourd'hui au tribunal et je n'ai pas vocation à me montrer sympathique à votre égard. Je vous accorde la place à laquelle vous avez droit selon la loi et je réponds à vos questions. Maintenant que vous vous êtes bien purgée, on va pouvoir avancer. On a des choses importantes à voir ce soir." 

Renégociation de la dette

Après cette première passe d'armes, la séance s'apaise quelque peu. Le temps de voter la prescription de la première révision allégée du plan local d'urbanisme, la composition des comités de quartier, mais aussi des modifications du budget ayant pour objectif de renégocier la dette communale. "Celle-ci concerne six emprunts et elle a pour but de diminuer le taux moyen et l'annuité de la dette", explique l'adjointe aux Finances, Annick Chopard.

La majorité adopte ensuite un abattement de 20% de la taxe locale sur la publicité extérieure. "Étant donné les difficultés traversées par nos commerçants, n'aurait-il pas été possible de mettre en place une exonération plus importante, voire totale pour cette année ? ", demandent plusieurs membres de l'opposition. "Légalement, bien sûr. La Ville peut aussi se passer des recettes de la taxe foncière si vous allez par là", ironise Jean Denat.

Les débats se tendent à nouveau lorsque Jean-Pierre Gusaï évoque la fin de l'utilisation des produits phytosanitaires. "Je suis tout à fait pour mais nos bassins de rétention et nos fossés sont remplis d'herbe et en cas de forte pluie, ils ne font que la moitié du travail", pointe le membre de l'opposition. "Pour le zéro phyto, on a été précurseurs, le problème c'est que pour avoir plus de bras il faut avoir des moyens que nous n'avons pas", se défend la première adjointe, Katy Guyot.

Festival d'invectives

C'est le moment choisi par Jean-Louis Meizonnet, le leader de l'opposition plutôt discret jusque-là, pour fustiger la gestion du cimetière rempli d'herbes au printemps dernier et de s'indigner des propos tenus par Jean Denat au cours de la campagne lors des élections départementales. "Vous nous avez traités de chacals. Pour vous ce n'est pas une insulte ?"

"Je n'ai cité personne. Si vous l'avez pris pour vous, c'est que vous vous sentiez visé", s'amuse le maire de Vauvert. Une nouvelle réplique ironique qui fait littéralement dégoupiller Sandrine Rios qui se lève pour crier : "Ah bon, alors on peut tout dire ! Si je dis "il y a des pédophiles dans cette salle", qui se reconnaît ?" Après un moment de flottement empli d'indignation côté majorité, Jean Denat reprend la parole. "Arrêtez ces vociférations dégoûtantes, je vais faire intervenir la police municipale." 

Le calme revient finalement, et Jean-Louis Meizonnet peut conclure son intervention. "Avec vous, être dans l'opposition ce n'est vraiment pas facile, vous êtes toujours dans l'ironie ! Vous sous-entendez qu'on est bêtes, qu'on est des chacals, des fachos. Nous, on veut juste être dans notre rôle. L'opposition doit être la mouche du coche." "Il y a plusieurs types de mouches...", conclut simplement Jean Denat.

Boris Boutet

Et aussi : Dans ce conseil où les incartades ont trop souvent pris le pas sur le fond, plusieurs décisions importantes ont malgré tout été prises. Parmi elles notamment, la demande de fond de concours à la CCPC pour le pôle d'échange multimodal de Vauvert, l'exonération des droits d'occupation du domaine public pour les forains présents pendant l'intégralité de la fête votive ou encore la demande de financement pour l'aménagement d'un espace public au pied de la copropriété du Montcalm.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité