ActualitésEconomieEnvironnementGardNîmesSociété

GARD Le premier contrat patrimonial national signé pour favoriser les économies d’énergie

(Photo Anthony Maurin).
Camille Fabre de l’ADEME, Éric Giraudier président de la CCI 30, le président et le directeur général de l’Unapei ainsi que le député Anthony Cellier se lancent dans une belle réalisation (Photo Anthony Maurin).

L’Unapei 30 fera à jamais partie des pionniers. La structure vient de signer le premier contrat patrimonial avec l’ADEME, la CCI et la Région. Place aux économies d’énergie.

Connaissez-vous l’Unapei dans le Gard ? Vous savez, les brioches solidaires ? On en parle depuis une semaine. Mais l’Unapei 30 fait aussi autre chose. Ici, les valeurs associatives et parentales d’humanisme, de solidarité et d’entrepreneuriat militant sont partagées et défendues au quotidien par les actions de la structure. L’épanouissement de la personne en situation de handicap, sa défense, le respect de sa dignité et son accès à la citoyenneté sont les principaux enjeux de l’Unapei.

Mais aujourd’hui et au-delà de son action concrète au quotidien, l’Unapei 30 est fortement engagée dans une démarche de responsabilité qociétale des organisations. C’est dans la zone de Grézan que vient d’être signée une convention d’importance concernant la maîtrise énergétique de l’association. Un contrat patrimonial, c’est son nom, accordé par la Région en partenariat avec l’ADEME.

Des aides bienvenues

Olivier Donate, directeur général de l’Unapei 30 qui a engagé le projet il y a deux ans, commente : « Nous nous engageons, sur douze études qui sont regroupées sur cinq installations en biomasse, trois en solaire thermique et une en géothermie. Les énergies renouvelables sont une chose importante et nous gérons 26 établissements. Nous commençons car les aides nous le permettent. » En effet, sur un peu plus d’un million d’euros que coûte l’opération, l’ADEME et la Région financent 80 %. Olivier Donate poursuit : « Nous sommes une association à but non lucratif, alors sans aide cela nous aurait été impossible. On travaille sur nos déchets, sur l’hygiène des locaux, sur le gaspillage alimentaire, sur les achats responsables… Beaucoup reste à faire, évidemment, mais chacun doit faire sa part et nous faisons la nôtre en espérant essaimer. Le mur énergétique est devant nous et si on veut le passer… »

Pour le président de l’Unapei 30 : « Ce contrat et ces travaux sont logiques pour nous, même si c’est à une petite échelle, nous allons dans le bon sens. » Ce contrat encadre le financement des conversions de système de chauffage en énergies renouvelables et, pour ce faire, les établissements concernés bénéficieront d’une aide régionale pour la réalisation de ces travaux. Un exemple ? Le premier établissement concerné (l’Établissement d’accueil médicalisé (EAM) Les Massagues à Montpezat, Ndlr) recevra une aide financière de 80 % pour la mise en place d’une chaudière biomasse.

350 tonnes de CO2 évitées

Camille Fabre, directeur général délégué de l’ADEME, explique : « Avec ce fonds chaleur, sept ou huit bâtiments vont être concernés par ce contrat de massification, le premier de cette nature au niveau national. Grâce à l’Unapei 30, nous pouvons établir une « fiche exemple à suivre. » Ces changements s’inscrivent sur le territoire, ici on utilisera le bois et la géothermie comme peut aussi être utilisé le soleil. Tout est complémentaire et ça se valorise, c’est du circuit court. Mais pour avoir 80 % de subventions, il faut réaliser des objectifs. Ici, on évite 350 tonnes de CO2 par an et notre convention nous lie jusqu’en 2027. »

Président de CCI, parlementaire, dirigeants de l’Unapei et responsable de l’ADEME ensemble pour ce beau projet (Photo Anthony Maurin).

Anthony Cellier, député du Gard et président du Conseil supérieur de l’énergie, était lui aussi de la partie : « Je dois dire ma double satisfaction de voir ce projet. Une satisfaction climatique car nous devons décarboner notre économie et l’économiser pour arriver à une sorte d’indépendance européenne. Ensuite, j’ai une satisfaction énergétique car on ne s’imagine pas la hauteur du mur énergétique qu’il faudra passer. Tout le monde doit se mobiliser et dans le Gard je constate que nous accélérons, c’est un exemple, on le revendique et depuis quatre ans nous sommes proactifs. Ce genre de projet remonte à l’échelle nationale et tout le monde se met en ordre de bataille, y compris grâce à Maprimerénov’ qui fonctionne bien. »

Éric Giraudier, président de la Chambre de commerce et d’industrie du Gard, est lui aussi heureux d’avoir joué les entremetteurs, les facilitateurs : « C’est une démarche exemplaire parce qu’on a un triptyque ADEME, Unapei et CCI. Nous nous engageons dans des missions humaines, environnementales et économiques, nous mettons en oeuvre pour plusieurs années des choses qui vont servir, notamment à éviter une envolée des prix de l’énergie. Même si nous consommons moins, nous consommons plus ! C’est l’effet boomerang… » Deux autres contrats vont se signer dans le Gard : un avec le SDIS (pompiers) et l’autre avec le conseil départemental.

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 38 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité