ActualitésEconomieGard

VITICULTURE En moyenne, 15% de pertes estimées pour le vignoble gardois en 2021

Les vignerons gardois ont fait le point sur les vendanges 2021 (Photo Corentin Corger)
Denis Verdier, président des Vins IGP du Gard (Photo Corentin Corger)

Ce matin, le Centre oenologique de Nîmes et les Vins IGP du Gard ont communiqué sur les chiffres des vendanges 2021 dans le Gard. Avec la gelée noire de début avril, les pertes sont estimées à 15% par rapport à 2020 avec des disparités en fonction des territoires. Denis Verdier, président des Vins IGP, souhaite négocier avec la grande distribution pour un partage équitable de la valeur ajoutée. 

"On n'est pas là pour pleurer". C'est avec un message teinté d'optimiste que Denis Verdier, président des Vins IGP du Gard, a pris la parole ce matin pour faire le bilan des vendanges 2021. Hier, le groupe ICV (Institut coopératif du vin) Centre Oenologique de Nîmes a publié une estimation de la récolte prévisionnelle qui s'établit autour de 2 550 000 hectolitres de vins produits dans le Gard, soit une perte globale de 15% par rapport à 2020. Avec la gelée noire du 8 avril 2021, les viticulteurs s'attendaient à pire. Des chiffres qui placent la récolte 2021 comme la deuxième plus petite que le département du Gard ait connue depuis 1949 après celle de 2017 (2 515 000 hl produit).

Cela vient confirmer une tendance observée à quatre reprises sur les cinq dernières années avec un chiffre inférieur à la barre symbolique des 3 millions d'hectolitres de vins produits qui est la moyenne décennale. Des pertes attribuées, pour l'essentiel, aux phénomènes climatiques. Ce qui est évidemment le cas pour 2021 avec cette terrible gelée noire avec des températures à -7 degrés qui a touché notre département et plus largement une grande partie du vignoble français. Mais attention, ces 15% de pertes sont à relativiser. Il s'agit d'une moyenne globale qui masque de grosses disparités entre les différents bassins de production gardois.

Jusqu'à 60% de pertes autour de Codognan et Vergèze

C'est sur le Gard méridional (littoral gardois, zones de plaine au sud-ouest de Nîmes, Codognan, Vergèze) que les pertes ont été proportionnellement les plus importantes avec des dégâts moyens autour de 50% par rapport au millésime antérieur et jusqu'à 60% pour les plus touchés. La zone Costières de Nîmes se situe dans une fourchette de 10 à 40% de récolte en moins, toujours par rapport à 2020, avec des baisses plus marquées sur l'Ouest de la zone. Le centre et le Nord du département se trouvent également très affectés avec des pertes souvent entre 30 et 40% et jusqu'à -50% dans le Piémont Cévenol.

Seul le secteur Côtes du Rhône est épargné et affiche une progression des volumes par rapport à 2020 (Bagnols, Chusclan, Laudun). Une "bonne" récolte à relativiser car elle avait été faible l'année dernière en raison d'un gel important. Ainsi l'offre commerciale de Vins de Pays dans le Gard devrait être amputée d'environ 30% des volumes par rapport à l'an dernier. "On va manquer de blanc sur le Chardonnay", assure Denis Verdier et cela va ainsi se répercuter sur les prix. "Mécaniquement on va avoir un marché qui va augmenter sur le plan du prix, ce qui va permettre de compenser les pertes. Nous allons négocier avec la grande distribution pour que cela n'ait pas une incidence trop importante au niveau du consommateur mais qu'il y est dans le cadre d'une contractualisation, un partage de la valeur ajoutée et que la grande distribution prenne un peu sur ses marges", détaille-t-il.

Des vendanges plus longues

Ce dernier souhaite une augmentation de 15% à 20% sur les prix à la propriété au niveau du vrac "pour passer le cap". Le grenache, plus sensible, fait partie des cépages les plus touchés par cette perte de récolte. Et si les professionnels se consolent tant bien que mal en voyant que les départements voisins de l'Hérault et du Vaucluse sont plus impactés, ils peuvent se réjouir de la qualité de ce millésime 2021. Un millésime atypique avec des vendanges étalées sur deux mois, du 20 août au 15 octobre, contre six semaines habituellement.

Des vins gardois et particulièrement les IGP de Cévennes qui seront mis à l'honneur le dimanche 31 octobre dans le cadre de la sixième édition de l'opération "Les vignes reboussières". Trois kilomètres de balade vigneronne festive à travers le domaine de Berguerolles à Saint-Ambroix en présence de 14 vignerons et 42 vins des Cévennes à déguster. Des producteurs locaux (fromage, châtaigne, huile d'olive) participent aussi à la fête où 400 personnes, sur les 600 places disponibles, sont déjà inscrites !

Corentin Corger

Réservation obligatoire au 04 66 36 98 12 ou sur vinsdescevennes.com. Tarif : 14€. 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité