A la uneAlès-CévennesOAC AlèsSports Gard

COUPE DE FRANCE Longtemps héroïque, l’OAC s’incline avec des regrets

Le onze alésien légèrement remanié en l’absence de Yann Djabbou, suspendu. (Photo CP / DR)

Après avoir déjoué tous les pièges (Mauguio, Mende, Cugnaux) et renversé Blagnac dans les dernières minutes du match (4-3), l’OAC s’est offert un 7e tour de Coupe de France face à Bastia-Borgo (N1) ce dimanche après-midi, à Pibarot. Valeureux mais pénalisés par une expulsion précoce, les Alésiens s’inclinent (0-2). 

Le contexte. Si l’OAC, leader de sa poule de National 3 Occitanie, ne faiblit pas, et que Bastia-Borgo, lanterne rouge de National, ne réagit pas, les deux équipes évolueront au même niveau la saison prochaine. Or pour l’instant, ce sont bien deux divisions qui séparent Cévenols et Corses. C’est dire le défi qui attend les Alésiens ce dimanche après-midi à Pibarot. Mais, entre les hommes de Stéphane Saurat qui restent sur 10 matchs sans défaite, et ceux de Stéphane Rossi, technicien du club corse, qui n’ont pas gagné une fois lors de leurs 13 dernières sorties, les dynamiques sont diamétralement opposées. Pragmatique, Phillipe Mallaroni, manager général de l’OAC, craint « un déclic psychologique » des visiteurs qui viennent tout juste de changer d’entraîneur. Privé de son capitaine Yann Djabbou, suspendu, Stéphane Saurat peut compter sur son solide milieu récupérateur Théo Peyrard, titulaire malgré sa fracture du nez fraîche de huit jours, et héritant du brassard.

Le match. Après cinq premières minutes qui laissent penser qu’il va pouvoir rivaliser sans difficulté avec son adversaire du jour, l’OAC est réduit à 10, lorsque Lenny Houelche, d’un geste involontaire mais mal maîtrisé, envoie son crampon à hauteur du thorax de Schuster et est exclu (5e). Un fait de jeu qui nécessite une réorganisation tactique immédiate, obligeant Théo Peyrard à reculer d’un cran pour investir un poste d’arrière droit qu’il occupait à son arrivée à Alès, il y a moins de trois ans.

En infériorité numérique, les Cévenols cèdent le ballon à des Bastiais qui n’en profitent guère, trop en manque de confiance pour se livrer pleinement. La demi-volée puissante de Grain, à 30 mètres des buts de Moreau, passe un bon mètre au-dessus de la barre transversale du portier alésien (10e). Le premier tir d’une partie qui ne s’emballe qu’à la demi-heure de jeu, quand sur un centre venu de la droite, le n°9 bastiais Ba, envoie un missile à bout portant après que Mogès se soit troué. Vigilant, Moreau réalise une parade de haut-vol. Sur l’action suivante, El Hamri pense obtenir un pénalty mais l’ailier droit alésien est sanctionné d’un carton jaune, M. Benchabane estimant que le dernier nommé a accentué sa chute pour le duper.

Alors que l’OAC joue crânement sa chance les rares fois où il a le ballon, c’est bien Doumbia qui est à la conclusion d’un joli mouvement collectif bastiais. Sa frappe enroulée oblige Moreau à un nouvel envol (40e). Sur le corner qui suit, Cropanese, libre de tout marquage au second poteau après un nouvel errement défensif cévenol, fusille le gardien alésien qui, à la manière d’un gardien de handball, parvient à renvoyer le cuir d’où il vient. Si les Oaciens rentrent aux vestiaires à la pause sans avoir encaissé de but, ils le doivent en grande partie à la première période exceptionnelle d’Éric Moreau.

Le regain cévenol

De retour sur le pré, les meilleures intentions sont cévenoles. Jérémy Balmy allume le premier pétard et sa frappe lointaine n’est pas loin de tromper Guerin (47e). La subtilité d’un jeu à trois orchestré par Jérémy Balmy, au bénéfice d’El Hamri, manque de surprendre la charnière centrale corse, statique. Mais la tentative du gaucher, trop axiale, échoue dans les gants du gardien du FC Bastia-Borgo (57e).

L’expérience bastiaise, incarnée par l’ancien marseillais Florian Raspentino, s’exprime avec brio par intermittence, mais l’OAC a du répondant, et des qualités athlétiques entrevues depuis longtemps désormais, ce qui lui permet de ne pas être dominé comme il devrait l’être par une équipe évoluant deux divisions au-dessus et en supériorité numérique depuis la 5e minute du match.

Les décisions arbitrales de M. Benchabane, rarement dans le sens des siens, font pester Stéphane Saurat qui reçoit un carton jaune à la 68e minute. Quelques minutes plus tôt, le technicien cévenol a fait rentrer du sang-neuf, envoyant Mboup et Abelinti sur le rectangle vert. Saoudi, lui aussi fraîchement aligné, oblige Guerin à une parade dès son premier ballon alors qu’il vient de reprendre un corner sortant botté par Franco (76e). Dans la foulée, Mogès en fait de même et fait se lever comme un seul homme les 500 spectateurs de Pibarot.

Impitoyable football

Dominateur en première mi-temps, Bastia-Borgo, méconnaissable, n’entreprend presque plus rien. Mais parce que le football est à juste titre réputé cruel, les Corses plantent les Cévenols sur l’une de leurs rares occasions du second acte. À la réception du centre de son latéral droit, Ba se défait du marquage alésien pour mystifier Moreau d’une volée surpuissante (78e). Héroïque pendant les 45 premières minutes, le portier alésien s’incline sans rien n’y pouvoir.

Alors que l’OAC part à l’abordage pour tenter d’égaliser, les jambes cévenoles ne répondent plus après une perte de balle qui annonce une contre-attaque éclair des Bastiais, lesquels se présentent à trois face au seul Moreau. Servi en retrait par Cropanese, Marmot ne manque pas un but tout fait et envoie son plat du pied au fond des filets (89e). Le public de Pibarot l’a compris, cette réalisation met fin à la belle aventure alésienne amorcée au mois d’août à Mauguio (2-9). Ce qui aura au moins le mérite de recentrer les hommes de Stéphane Saurat sur leur objectif initial : la montée en National 2. La réception de Blagnac samedi prochain à Pibarot en est une étape importante.

Corentin Migoule

7e tour de Coupe de France. Stade Pierre-Pibarot. Arbitre : M. Benchabane OAC 0-2 Bastia-Borgo. (mi-temps : 0-0). Buts pour Bastia-Borgo : Ba (78e), Marmot (90e). Expulsion à Alès : Houelche (5e). Avertissements à Alès : El Hamri (30e), Peyrard (35e). Avertissement à Bastia : Hamdi (26e)

OAC : Moreau – Houelche, Mogès, Fontanelli, Jdaini (Thoiron, 90e) – Peyrard (cap.), Jérémy Balmy, Franco (Dalverny, 90e), El Hamri (M’Boup, 60e), Joakim Balmy (Saoudi) – El Bakkal (Abelinti, 60e). Entraîneur : Stéphane Saurat.

Bastia-Borgo : Guerin – Schuster (Marmot, 79e), Guibert, Lajugie, Hamdi – Anziani, Grain (Bassouamina, 60e), Doumbia, Cropanese, Raspentino (Magassouba, 84e) – Ba. Entraîneur : Enzo Donis.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité