A la uneActualitésEconomieGardPolitique

EXPRESSO L’aéroport de Nîmes va vraiment décoller…

Photo DR

Vendredi dernier, le président de Nîmes métropole accompagné des équipes du délégataire de l’aéroport nîmois Edeis, s’est rendu à Dublin, pour rencontrer la direction de la compagnie à succès Ryanair. Un rendez-vous qui devrait projeter positivement l’équipement gardois dans les prochaines années.

Vendredi matin avant de décoller pour Dublin, Franck Proust était en colère. Il venait de découvrir avec stupéfaction les propos polémiques tenus par Hugues Moutouh, préfet de l’Hérault, qui remettait en cause l’existence même des aéroports régionaux, dont celui de Nîmes. « L’aéroport de Nîmes a connu des périodes de prospérité et une fois les effets de la crise sanitaire résorbés, il va participer à l’essor économique non seulement de la région nîmoise, mais aussi des territoires environnants gardois et au-delà, étant la porte d’entrée de la Provence. Une interaction aux effets positifs pour notre propre territoire tant les flux se croisent », a déclaré le président de Nîmes métropole avant de décoller.

Preuve s’il en est de la légitimité de l’aéroport et de ses ambitions économiques, ce vendredi 26 novembre, Franck Proust s’est rendu au siège irlandais de Ryanair, « l’un des leaders mondiaux du transport aérien pour vendre les qualités de notre infrastructure aéroportuaire et son positionnement touristique idéal pour une clientèle prisée. »

Et de préciser : « Pour 1 euro investi dans une ligne touristique, nous aurons 40 euros de retombées sur le territoire. C’est la raison pour laquelle, en ma qualité de parlementaire européen, j’avais obtenu la possibilité de conserver la dynamique commerciale des aéroports de province. » Le résultat est là. Selon nos informations, Franck Proust a négocié avec Ryanair un nouveau contrat de sept ans – au lieu de cinq – avec l’aéroport de Nîmes-Garons. « Un accord qui devrait se signer prochainement et permettra de sécuriser les vols réguliers », glisse une source bien informée.

Mais aussi, toujours selon nos informations, de développer de nouvelles destinations au départ de Nîmes. D’ailleurs, la plus grande ville d’Irlande, Dublin, pourrait en être, ainsi que Bergame en Italie, ou encore Malaga et pourquoi pas Séville en Espagne. « Attention toutefois, tout cela est soumis à des négociations. Vous le savez, j’ai une règle : je ne m’exprime que quand le dossier est finalisé », ajoute prudemment Franck Proust, pas peu fier toutefois de ces bonnes nouvelles pour son territoire. Cerise sur le gâteau, Nîmes métropole négocie aussi actuellement avec deux nouvelles compagnies aériennes pour des vols à l’intérieur des frontières françaises, Corse y compris et une autre destination européenne.

Alors, préfet de l’Hérault ou pas, Franck Proust veut développer le marketing territorial et assurer de belles retombées économiques pour Nîmes et le Gard. Il est en train de réussir là où son prédécesseur, (Yvan Lachaud qui ne croyait pas beaucoup à l’aéroport nîmois, Ndlr), a échoué.

Abdel SAMARI 

Abdel Samari

Créateur d'ObjectifGard, je suis avant tout passionné par les médias et mon département. Ce qui me motive chaque jour : informer le plus grand nombre sur l'actualité du Gard ! Pari tenu ?

Articles similaires

4 commentaires

  1. PROUST a raison,Nimes a un trés bel Aéroport qui profitera au tourisme dans la région.C’est Montpellier qui l’ a mauvaise et veut faire fermer Nimes par le biais de l’état.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité